Quelques illustrations de la lignée des

Six

Balson-Six

De gueules à six annelets d’argent rangés en bande

En 1573, dans le registre paroissial de Tourcoing, « sy » pour Six, probablement.
Cités parmi les familles de Tourcoing, fin XVI° siècle.
1593, Jacques Six au cartulaire des Poutrains, page 3.
Jacques et Pierre Six demeurent au fief du Bleu-Chastel.
Un Six sous le pavement de l’église saint Christophe de Tourcoing.
1738 : Philippe Six, échevin de Tourcoing.
Nombreux Six dans le palmarès du collège de Tourcoing en 1781
1790-1800 : Joseph Six, Conseiller
An VIII : François Joseph Six, président de la Municipalité.
1831-1854 : Six-Lerouge, conseiller
1860 : Famille Edouard Six-Scrive (Maison Charles Six, rue du Château, dans la généalogie Bigo, page 170).

 Photos réunies par Jacques Cossart-Flipo et Martin Six-d'Halluin

Deux lignées nous intéressent :

La lignée des Michel Henry Six 1703-1774

& Marie Catherine Nollet 1700 ; son arrière petit fils fut Augustin Six 1790-1869 &1826 Cécile Lefèvre 1802-1871

Branche ainée : Alphonse Six,

le 8 mars 1837, Tourcoing , décédé le 15 octobre 1921, Tourcoing (84 ans),  marié le 5 mai 1863, Fenain , avec Caroline Boulangé représentée par les Paul Six, les Albert Six

Six-Edouard

Six-Alphonse-Etablissements

Quelques personnalités de cette branche (sans liens généalogiques) et alliances:

Paul Six, décédé le 10 février 1953, Villers-les-Andelys (27, Eure),  marié avec Laurence Marie Prouvost, née le 30 novembre 1871, Roubaix,décédée le 7 août 1955 (83 ans), des Paul Alexandre Prouvost, branche ainée.

Six-Prouvost-Paul&LaurenceSix-Prouvost-Paul&Laurence

 
hotel-six-Prouvost

dont

Madeleine Six, décédée en 1967, mariée le 8 novembre 1912, Tourcoing, avec Henry Pollet, né le 2 avril 1891, Roubaix,décédé le 17 septembre 1967, Flers-lez-Lille  (76 ans), fondateur de l'activité V.P.C. de La Redoute,

Pierre Six,  marié avec Christina von Scotti,

Isabelle Six, mariée avec Alexandre des Mazis, Famille noble et ancienne que quelques auteurs croient originaire de Flandre et issue du baillage de Gand. Il est certain qu'au commencement, elle était attachée à la maison de Bourgogne [La Chesnaye-Desbois]."De gueules à la fasce d'or, chargée de trois molettes de sable". Seigneurs de Nuisement, d'Hérouville, de Tillay, la Borde, Boinville, Fontaine-sous-Prémont, et autres lieux. Famille originaire de Bourgogne dont une branche s'établit en Drouais au XVème siècle [Armorial chartrain, 1909, tome 2, page 472].Ancienne extraction, maintenue noble le 16-09-1667. [A. N. F. Ile-de-France, Etampes]

 Blason-des_mazis Blason-des_mazis

Les neveux de Paul et Laurence Six-Prouvost sont Albert Six (1901-1987) et Germaine Thiriez 1905-1979, petite fille de Charles Delesalle et descendante Virnot. Minou Six-Thiriez créa l’association « Renaissance du Lille Ancien » et fut une des principales personnalités à la têt de la sauvegarde de quartiers entiers du Lille d’autrefois.

SixThiriezAlbert&Germaine_HSixThiriezAlbert&Germaine_F

Parmi les passagers de marque qui se sont embarqués hier 27 juillet sur la Normandie, dont l'arrivée est prévue à New-York le 1" août S. Exe. M. de Week, ambassadeur de Suisse a Bucarest, et Mme de Week S. Exc. M. Armand liarois, ministre de France au Venezuela M. André Morizet, sénateur de la Seine M. Armand-Achille Fould, député des Hautes-Pyrénées, et Mme Achille Fould M. Jean Michard Pélissier, député des Hautes-Alpes, Mr John Winslow Williams Jr, M et Mme Charles Six, M. et Mme Thiriez- Six, M. et Mme Prouvost Six, M. et Mme F. Gilbert, Mr et Mrs Ladimère, colonel Hubert Juliau, Mr John Artur. » Figaro 1938/07/28 (Numéro 209)

Six

Six-SaintSix-Saint


Gérard Six-Saint, né vers 1919, décédé le 24 juin 2005 (à l'âge de peut-être 86 ans), marié avec Raphaëlle d'Halluin, fille de Jean d’Halluin et Béatrice Prouvost, petite fille d’Amédée 3 Prouvost, le poète et Céline Lorthiois.

Six-dhalluin-Boulogne

Propriété à Boulogne sur Mer

Flixecourt

Leurs ancêtres Saint construisirent le château de Flixecourt actuellement habité par leurs descendants Barrois, inscrit à l'inventaire du Patrimoine.

Dhalluin-Prouvost-Prouvost-Amedee-poete-Raphaelle-Six-d-Halluin

Jean d’Halluin et Béatrice Prouvost

Prouvost-Amedee-III-Celine-Lorthiois

Amédée et Céline 3 Prouvost

 

Branche cadette : Edouard Six,

le 26 janvier 1838, Tourcoing, décédé le 19 décembre 1911, Tourcoing  (73 ans),  marié le 23 janvier 1865, Tourcoing, avec Gabrielle Dewavrin, née le 11 novembre 1843, Tourcoing, décédée le 6 juillet 1926, Tourcoing (82 ans).

Six-DewavrinSix-Dewavrin

Six-Dewavrin

Six-Dewavrin

Six-Alphonse

« Samedi, en l'église Saint-Christophe, à Tourcoing, ont été célébrées, au milieu d'une très nombreuse assistance, les funérailles de M. Edouard Six. Le deuil était conduit par M. Edouard Six-Dewavrin, père de la victime, ancien président du Tribunal de commerce; MM. Fernand Six, Albert Pollet, Segard et Lepoutre, ses frère et beaux-frères. La messe a été dite et l'absoute donnée par M. Vanbockstael, chanoine et doyen de la paroisse. Remarqué dans l'assistance MM. Albert Masurel et Eugène Motte, députés; Ch. Jonglez, ancien député Sion, conseiller d'arrondissement, et plusieurs conseillers municipaux Désiré Leurent, président, et Jules Desurmont, ancien président du Tribunal de commerce Ch. Lorthiois, président du Cercle commercial Duvilliers-Motte, président du Cercle militaire; Amédée Prouvost, de Roubaix, Monnin, proviseur du lycée, etc. Parmi les, nombreux témoignages de sympathie adressés aux parents, citons celui du général Reynouard, chef d'état-major général, un vieil ami de la famille Six. » 1898/09/20 (Numéro 263).

Gabrielle est la sœur d’

Anselme Dewavrin-Herbaux (1834-1896)

DEWAVRINxHERBAUXAnselmeJ%20%A7Henriette-Photo-Gonzague-LemaitreDEWAVRINxHERBAUXAnselmeJ%20%A7Henriette-Photo-Gonzague-Lemaitre

Portraits probablement par Marguerite Alexandrine LALLEMENT

signé Alexandrine LALLEMENT, née à Metz en1821, a étudié  sous HUSSENOT père et a exposé au The Salon: 1847 à 1861.
Cela peut aussi vouloir dire qu'elle a exposé à deux salons celui de 1847 et celui de 1861.

Photo-Gonzague-Lemaitre

 

Quelques personnalités de cette branche (sans liens généalogiques) et alliances:

Gabrielle Six, née le 20 janvier 1866, Tourcoing, décédée le 26 juillet 1926, Tourcoing  (60 ans), mariée avec Albert Pollet, né le 26 août 1862, Tourcoing, décédé le 8 juillet 1929, Tourcoing  (66 ans).

Madeleine Six, née le 6 janvier 1867, Tourcoing, décédée le 27 mai 1963, Tourcoing  (96 ans), mariée le 21 mai 1887, Tourcoing, avec Adolphe Benjamin Lepoutre, né le 13 juillet 1864, Roubaix,décédé le 26 août 1924, Rouen (76, Seine-Maritime) (60 ans).

Lepoutre-Six-Adolphe

Lepoutre-Six


  Lepoutre-Six-Adolphe

Marie Six, née le 8 septembre 1868, Tourcoing, décédée en mars 1951, Rolle (Suisse) (82 ans), mariée le 7 novembre 1890, Tourcoing, avec Emile Segard, né le 17 septembre 1866, Roubaix,décédé le 9 juin 1952, Rolle (Suisse) (85 ans).

Segard-Six

Fernand Six, né le 25 novembre 1877, Tourcoing, décédé le 19 décembre 1956, Tourcoing (79 ans), marié le 18 septembre 1915, Paris, avec Mathilde Cazin, née en 1884, décédée le 15 août 1942 (58 ans).

La lignée des Auguste Six

& Roselia Duquesne, dont le fils Charles Six épousa Julie Delemer ; son fils Edouard Six & Noémi Scrive continue la descendance masculine.

 Charles Six épousa Julie Delemer ; son fils Edouard Six, né le 25 août 1860 - Tourcoing (59 - Nord), décédé le 19 août 1912 - Hôtel du Grand-Condé, Chantilly (Oise) & Noémi Scrive, née le 7 juin 1866 - Lille (Nord), décédée le 21 août 1936 - villa du Ricoquet, Blonville-sur-Mer (Calvados) : ils continuent la descendance masculine:

Six-Edouard.Six-Edouard-Scrive-Noemi

Chantilly-hotel-grand-conde

Propriétaire d'une importante filature de laine à Tourcoing. Il ajoute à ce patrimoine industriel une autre filature de laine à Mouscron (Belgique) et une minoterie à Tournai. (Source : Antoine Scrive-Labbe et sa descendance rédigé par de Marcel Scrive en 1942 - Angers Edition de l'Ouest - 25 septembre 1945). Le tableau représentant Noémie Scrive était exposé dans l’hôtel particulier de la famille Scrive, rue du Lombard à Lille ; siège actuel de la Direction régionale des Affaires Culturelles de la région Nord - Pas-de-Calais. [C-H.Maigret (Edouard-Nicolas Derinck) 29 xii 2012]

Noémie est la fille de Georges Scrive et Nelly Isnard, présidente des œuvres des écoles libres de Lille (Nord). Musicienne excellente, pianiste et harpiste, elle se dévoua pendant de longues années à l'organisation de concerts et de fêtes données au profit de l’œuvre des écoles libres. Elle avait notamment constitué des chœurs mixtes qui venaient répéter 28, rue de Roubaix, à Lille, en vue des concerts annuels. Ces chœurs ont été l'embryon des chœurs de la Société d'Amateurs dirigée par Maurice Maquet. (Source : Antoine Scrive-Labbe et sa descendance rédigé par de Marcel Scrive en 1942 - Angers Edition de l'Ouest - 25 septembre 1945)
[C-H.Maigret communication Edouard-Nicolas Derinck 29 xii 2012]

Scrive-lisnard-Nelly


Hôtel Scrive - siège de la DRAC Nord - Pas-de-Calais

Les Charles Six

& Madeleine Corman 1886.

Quelques personnalités de cette branche (sans liens généalogiques) et alliances:

Charles-Edouard Six, marié avec Thérèse Mas de Tréhoult.

Anne Six, mariée avec Bernard Asselin de Williencourt, né le 12 mars 1930, Saint-Léger des Vignes, décédé en mars 1990, Aix en Provence (13), inhumé le 7 mars 1990, Aix (60 ans), médecin.

Dominique Asselin de Williencourt, né le 11 décembre 1959, Lille, violoncelliste et compositeur.
 marié  le 8 juillet 1983 avec Guillemette Bourel de La Roncière, née le 27 juin 1961, sculpteur, dont Pierre, Camille, Grégoire,

Six-Williencourt

Anne Constance Asselin de Williencourt, mariée en  1989, Vaugines (84), avec Louis-Dominique Despretz, capitaine de frégate.

Jacqueline Six, née en 1910, décédée le 24 juillet 2008, Roubaix  (98 ans),  mariée avec Raymond Prouvost, né le 9 juillet 1907, des Paul Alexandre Prouvost , branche ainée.

dont

Raymond Prouvost, Marié avec Brigitte Maillard, dont

Manuela Prouvost. Mariée avec Philippe Demory,  Mariée avec Emmanuel Bouchaux.

Fabienne Prouvost, née à Roubaix . Mariée le 16 décembre 1989, Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), avec Stéphane Salembien, né à Saumur (Maine-et-Loire), 

Christian Prouvost, mort pour la France.

Christian-Prouvost-MaillardChristian Prouvost-Mailliard

Jacqueline Prouvost, décédée.

Nicole. Mariée avec Hugues Burrus, fils de Robert Burrus, né le 27 juin 1907, décédé le 25 mars 1996 (à l'âge de 88 ans) 

époux le  27 février 1933, Sainte-Foy-L'Argentière, 69, avec Marguerite de Gayardon de Fenoyl, née le 12 février 1911, décédée le 25 août 1988.

Mariée avec Léopold André, décédé.

Laurence. Mariée avec Jacques Francin.

 Noémie Six, née vers 1913, décédée le 10 septembre 2009, inhumée le 14 septembre 2009, Loos (peut-être 96 ans), 

mariée avec Marcel Thiriez, né en 1912, décédé en 1995 (83 ans), héritier de l’empire Thiriez.

Thiriez-Marcel

Les usines Thiriez puis DMC

Les Edouard Six

 Chevalier de l'Ordre de Léopold (Belgique) ;

    Chevalier de l'Ordre de Saint Grégoire le Grand à titre civil (Vatican).

& Sabine Corman 1890.

Six-corman-edouardsix-corman

Edouard Six reprend avec son frère Charles Six, à la mort de leur père, la suite des affaires d’Edouard Six.

Ils dirigent ainsi une importante filature de Tourcoing (59 - Nord), une filature de laine à Mouscron (Belgique) et une minoterie à Tournai (Belgique).

En 1934, les deux frères développent ensemble le patrimoine industriel de la famille Six. Ils reprennent ensemble un peignage à Tourcoing et fonde des nouvelles filatures de laine à Porentruy (Suisse) et à Alle (Suisse). En 1951, ils créent un peignage et une filature à Jacarei (Brésil).

En 1940, Edouard et Charles Six quittent le Nord de la France avec leur famille pour se réfugier provisoirement à Villefranche de Rouergue (12 – Aveyron). Ils y reprennent une usine de conserves alimentaires et une exploitation laitière agricole.

   

Quelques illustrations et alliances:

Sabine Six, née le 26 août 1912, Lille, Nord, décédée le 13 novembre 1990, Hénin-Beaumont, Nord (à l'âge de 78 ans),

 infimière.Mariée le 19 décembre 1936, Lille, Nord, avec Albert Fournier, né le 14 mars 1911, Hames-Boucres,

Pas-de-Calais,  décédé le 12 juillet 1988, Lille, Nord (à l'âge de 77 ans), professeur à l'université catholique de Lille,

responsable de la chaire en pédiatrie, médecin-chef de l'hôpital Saint-Antoine à Lille.

Chevalier de l’Ordre National du Mérite (nommé dans l’Ordre en avril 1972, cette distinction lui fut remise

par M. François Ortoli, ministre du développement industriel et scientifique)

Médaille commémorative de la Guerre 1939-1945

Médaille de bronze de la Croix Rouge Française

fournier-Albert

Après une enfance passée dans une famille de propriétaires-exploitants agricoles à Hames-Boucres (Pas-de-Calais), Albert Fournier est reçu le 19 octobre 1934 comme interne dans les services de la faculté libre de médecine à l’hôpital de la Charité à Lille.

Il est reçu docteur en médecine le 8 mars 1937 à l’université de médecine de Nancy.

Le 5 juillet 1937 il valide une spécialité de neuro-psychiatrie-infantile à l’université de médecine de Paris.

Le 8 septembre 1939, le docteur Albert Fournier est mobilisé. Il rejoint l'armée française et est affecté à

l'ambulance chirurgicale 202. Il fait la campagne de Belgique et la retraite jusqu'en Bretagne. A Vanne,

 il est fait prisonnier puis libéré le 28 juin 1940.

Pendant l’occupation, une fois libéré et démobilisé, il réfugie sa femme et ses enfants chez sa belle sœur,

Geneviève Six, épouse René Jaÿr-de Pomairols, au château des Pesquiers, dans l’Aveyron.

Puis, il est contraint de servir dans les chantiers de jeunesse française.

En 1941, il occupe un poste de médecin au groupement des chantiers de jeunesse française 26.

Il rejoint le hameau du Boucou, dans la commune de Sauveterre de Comminges en Haute-Garonne, puis le camp de Juzet d’Izaut. C’est là bas qu'il construira une amitié solide avec Monsieur Georgelin et qu'il deviendra le parrain de baptême de Jean-Louis Georgelin, actuellement général d’armé et Grand Chancelier de la Légion d’Honneur.

A la fin de la guerre, il regagne Lille.

Il obtient son diplôme de médecine du travail le 26 juin 1948 à l’université de Lille.

Professeur agrégé en pédiatrie, professeur à l'université catholique de Lille, responsable de la chaire en pédiatrie et médecin chef de l'hôpital Saint-Antoine à Lille, il est considéré à dans le Nord comme le « Grand patron » de la pédiatrie (Cf. article de journal "La Voix du Nord" et "Nord matin" du 30 avril 1972.

Il fait valoir ses droits à la retraite le 1er octobre 1981.

Le professeur Albert Fournier est le parrain de baptême de Jean-Louis Georgelin, Grand Chancelier

de la Légion d’Honneur.

 

Geneviève Six, née en 1922, décédée le 26 juin 2009 (à l'âge de 87 ans). Mariée avec René Jaÿr, né le 6 juin 1900,

Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), décédé le 15 avril 1980, Villefranche de Rouergue (Aveyron) (à l'âge de 79 ans),

 propriétaire exploitant.

jayr-six

JAYR René Ancien senateur de la IV République (http://roglo.eu/roglo_f?lang=fr;i=2043225)

Né le 6 juin 1900 à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron)
Décédé le 15 avril 1980 à Villefranche-de-Rouergue

Conseiller de la République de l'Aveyron de 1946 à 1948.

Appartenance politique : Groupe du Mouvement Républicain Populaire

René Jayr ne quitte son pays aveyronnais et plus précisément rouergat que pour ses études qu'il fait au collège Stanislas à Paris. Mais il revient rapidement sur les terres de son grand-père, pendant la guerre, où l'on a d'autant plus besoin de lui que son père vient de tomber au combat et que son frère aîné s'est engagé dans les troupes françaises. C'est son grand-père, le poète agrarien Charles de Pomayrols qui prend en main son éducation, l'amène jusqu'au baccalauréat et lui transmet cet amour de la terre.

En tant que propriétaire exploitant, René Jayr connaît les difficultés qui se présentent aux paysans et ne cessera de défendre avec vigueur leurs intérêts. En 1924, il est élu conseiller municipal de Villefranche-de-Rouergue. L'UNSA (Union nationale des syndicats agricoles) le désigne secrétaire départemental, puis président départemental jusqu'en 1939. Il devient ensuite délégué cantonal adjoint de la CGA (Confédération générale de l'agriculture) et président de la mutualité agricole de l'Aveyron.

René Jayr est un personnage d'autant plus respecté dans sa région qu'il s'engage par deux fois pendant la deuxième guerre mondiale : en 1939, dans la première armée jusqu'à l'armistice et en 1944, où refusant le syndicalisme de Vichy, il prend part à la Résistance au sein du Front national.

Toutes ces responsabilités locales et sa glorieuse participation à la Libération en font pour le MRP auquel il est rattaché, un candidat idéal pour les élections sénatoriales de décembre 1946. Le 3 décembre 1946, "Le Pays", journal rouergat, titre à propos de René Jayr : « enfin un vrai candidat paysan » pour les élections sénatoriales.

C'est en effet l'atout majeur de René Jayr que d'être véritablement issu du monde paysan car il peut prétendre défendre « les deux classes laborieuses » : celle des paysans et celle des ouvriers. « Pour lui, poursuit Le Pays, travail, effort et fatigue ont un vrai sens ».

Élu conseiller de la République, René Jayr tient son engagement et défend auprès de ses pairs les revendications des paysans. En 1947, il est nommé membre de la Commission de l'agriculture et de la Commission de la France d'outre-mer. Il intervient d'abord dans une discussion sur la proposition de loi qui vise à encourager la culture du blé et du seigle par l'établissement d'une prime à l'hectare pour les récoltes à venir de 1947 et 1948. Il s'intéresse également à la réglementation du travail dans les professions agricoles.

La Commission de l'agriculture le désigne en 1948 comme rapporteur afin de réagir en son nom à une proposition de loi invitant le gouvernement à améliorer la politique céréalière. Ses interventions pour défendre les agriculteurs sont nombreuses et concrètes. Preuve en est : l'importante question qu'il pose au ministre de l'agriculture à propos de la ficelle lieuse, indispensable au bon déroulement des moissons. Les agriculteurs manquent en effet de cette précieuse ficelle lieuse et alors même que le gouvernement leur avait promis d'en envoyer un contingent, certaines régions manquent du tiers et parfois de la moitié de cet envoi. Le marché noir en revanche se développe et vend des pelotes jusqu'à trois fois le prix normal. René Jayr attire donc l'attention du ministre sur ce phénomène et lui demande de remplir ses engagements, d'enquêter et de sanctionner les protagonistes du marché noir. Pierre Pfimlin, alors ministre de l'agriculture, répondra à cette question.

Même si René Jayr intervient par deux fois sur l'avenir des territoires d'outre-mer et notamment sur l'application de la Constitution et l'élection des députés dans ces territoires, l'essentiel de ses préoccupations touche au monde rural. C'est là qu'est sa véritable vocation. Quand en 1948, il n'est pas réélu au Sénat, il s'empresse d'ailleurs de reprendre la direction de son exploitation.

Il meurt le 15 avril 1980 dans sa commune natale de Villefranche-de-Rouergue.

Quelques personnalités de cette branche (sans liens généalogiques) et alliances:

Christophe Six, né le 5 septembre 1959, Sao Paulo (Brésil), décédé le 4 janvier 2011, hôpital de Campinas (Brésil), inhumé en janvier 2011, crypte de l'église du monastère d'Itaïci à Indaiatuba, Sao Paulo (Brésil) (51 ans), prêtre jésuite au Brésil.

Jacques Six, né le 11 avril 1932,  marié  avec Véronique Delame Lelièvre, fille de Charles  Delame Lelièvre, industriel textile, président de la Chambre de Commerce de Valenciennes, président du Tribunal de Commerce de Valenciennes, officier de la Légion d’Honneur, croix de guerre 14-18, croix de guerre 39-45, chevalier de l’Ordre de Saint-Grégoire le Grand, d’une lignée patricienne de Valenciennes.

Demeure-Lemaire-Six-Mouvaux-1929

« Le 17 octobre a eu lieu dans la plus stricte intimité, à Biarritz, le mariage de M. Henri du Poy, fils de M. Hector du Poy, chef d'escadron d'artillerie honoraire, officier de la Légion d'honneur, croix de guerre, secrétaire particulier et 'membre du service d'honneur de Monseigneur le Duc de Guise, avocat, décédé, et de Madame, née Le Saulnier de La Villehélio, avec Mlle Madeleine Six-Prouvost, fille de M. Emile Six et de Madame, née Prouvost, décédée. Monseigneur le Duc de Guise avait daigné se faire représenter au mariage par le colonel de Tuite, membre de son service d'honneur. Le présent avis tient lieu de faire-part. »

SixDubusAdolpheFlorentine_HSixDubusAdolpheFlorentine_F

Adolphe et Florentine Six-Dubus

Total: 36 personnes (conjoints non compris).

Retour