Quelques illustrations de la lignée des

Peugeot 

« Luthériens et originaires du pays de Montbéliard, les Peugeot ont contribué au développement économique et social de la France, dès le XVIIIe siècle, en construisant un empire industriel, pionnier dans le domaine social.   Probablement originaires de Suisse (l'un d'eux est mentionné vers 1550 comme « bourgeois de Soleure ») les Peugeot apparaissent dès le XVe siècle dans des registres de paroisse du Pays de Montbéliard, notamment à Vandoucourt, puis Hérimoncourt dont ils ont été pratiquement maires de père en fils jusqu'à la deuxième guerre mondiale. Devenus luthériens avec le duc de Wurtemberg dont dépendait à l'époque leur pays, ils ont toujours été largement imprégnés de culture protestante. Ils étaient le plus souvent « anciens d'église » et donc engagés dans la vie de leur paroisse. L'éthique protestante qui a toujours fait partie de leur éducation a orienté les Peugeot vers le libéralisme et le social : dès avant 1789, ils militent en prenant des risques pour le rattachement définitif de leur pays à la France où dominent les idées nouvelles. C'est dans le courant de la deuxième moitié du XVIIIe siècle que le premier Jean-Pierre Peugeot, né en 1734, engage la famille dans la voie qui va la conduire à l'industrie. Débutée par la meunerie, la teinturerie et la tannerie, l'activité industrielle de la famille s'oriente en 1810 vers la métallurgie. Les deux fils aînés du premier Jean-Pierre Peugeot, Jean-Pierre, dit Jean-Pierre II et Jean-Frédéric, créant avec un gendre des Japy une première société pour fondre et forger les aciers tandis que leurs deux plus jeunes frères, Charles-Christophe et Jean-Jacques, s'orientent vers le secteur textile.

Un brevet Peugeot de laminage à froid des aciers obtenu en 1819 et l'exploitation des forêts possédées par la famille dont le bois de hêtre est excellent pour les manches d'outils permettent bientôt la fabrication de toutes les formes d'outillage à main pour l'artisanat, l'industrie et l'agriculture auxquelles s'ajoutent les lames de ressort pour l'horlogerie et les baleines de corset pour les femmes. À la génération suivante les deux fils de Jean-Pierre II, Jules, ancien élève de l'École Centrale, né en 1811, et son frère Émile, né en 1815, désintéressent les autres associés puis créent en 1851 une nouvelle société, « Peugeot Frères ». Ils développent les fabrications dans l'usine de Terre-Blanche, à Hérimoncourt puis dans deux usines en bordure du Doubs à Valentigney et à Beaulieu. Jules Peugeot a coutume de dire « qu'on aura toujours besoin de clous, de marteaux pour les enfoncer et de tenailles pour les arracher ». Cela n'empêche pas les deux frères de fabriquer des baleines en acier laminé pour les crinolines des dames du Second Empire.

Vers la grande industrie

Ce sont cependant les fils des fondateurs de Peugeot-frères, Eugène, fils de Jules, né en 1844, diplômé d'HEC et Armand, fils d'Émile, né en 1849, ingénieur de l'École Centrale qui vont accomplir avec la nouvelle société « les Fils de Peugeot - Frères » la transition vers la grande industrie. Ils le peuvent grâce aux succès industriels et à la prudence financière de leurs aînés.

Les moyens industriels dont ils disposent les orientent, quand en vient la mode, vers la bicyclette dont la fabrication est confiée en 1888 à l'usine de Beaulieu, puis Armand Peugeot, féru de ce qui est alors une technique de pointe, décide de motoriser ce qui peut rouler.

Le développement du moteur à essence va le lui permettre et dès 1890 les premières voitures Peugeot équipées d'un moteur Daimler commencent à se montrer puis à gagner des courses. Reprise par les fils de son cousin Eugène Peugeot, Pierre, Robert et Jules, cette activité va entraîner le développement jusqu'à l'époque actuelle de la « Société des Automobiles Peugeot ».

Remonter en haut de la page Des pionniers dans le domaine social

Inspirés par leur culture protestante, les Peugeot ont toujours été des pionniers en matière sociale. Émile Peugeot puis sa fille Lucy, morte en 1928, ont en particulier laissé le souvenir de personnes attachées aux idées de paix et de charité encouragées par leur religion : on leur doit la création de diverses sociétés de secours et d'un hôpital à Valentigney où les ouvriers et leurs familles étaient soignés gratuitement. Les Peugeot ont mis en œuvre pour leur personnel bien avant qu'elles deviennent habituelles ou légales :

la journée de 10 heures (avec trente ans d'avance),

une société de secours mutuel créée en 1853 et largement financée par eux,

une politique de logements à bas prix pour leurs salariés,

la formation professionnelle des jeunes,

les assurances sociales cent ans avant la Sécurité Sociale,

les retraites ouvrières, » http://www.museeprotestant.org

 

La famille Peugeot descend de Hans Peugeot ca 1410.

Son descendant, Jean Peugeot, né en 1510

généra la branche ainée des Huguenin Peugeot ca 1560-1618

 éteinte avec Jules André Peugeot 1893-1914

Étudiant, caporal au 44ème Régiment d'infanterie (1914†), Tué le 2 août 1914premier "Mort pour la France" de la guerre de 1914-1918, Joncherey (Territoire-de-Belfort)

Peugeot-jules_andre.0.peugeot.

Peugeot-mon-mort-drame%20de%20joncherey

 

Et la descendance de son frère Claude Peugeot 1565-1619,

d’où les Peugeot actuels descendent :

On distingue le rameau éteint des Régnault Peugeot

et le rameau des Claude Peugeot &1655 Jehanne Gellon qui se subdivisera en branche ainée, puinée et cadette :

 

Rameau éteint des Régnault Peugeot

Quelques illustrations :

Jean Georges Peugeot, né le 23 mars 1716, décédé le 17 janvier 1749 (à l'âge de 32 ans), maire de Valentigney.

Jean Georges Peugeot, né le 11 octobre 1687, décédé en octobre 1740 (à l'âge de 53 ans), maire de Valentigney (25).

Jean Pierre Peugeot, né le 19 décembre 1795, décédé le 25 août 1862 (à l'âge de 66 ans), maire de Valentigney.

Jacques Peugeot, né le 31 mars 1781, décédé le 28 décembre 1842 (à l'âge de 61 ans), horloger.

 

Rameau des Claude Peugeot &1655 Jehanne Gellon

"Jusqu’à Jean Pierre Peugeot, tisserand et teinturier. Il a son atelier à Hérimoncourt, mais il possède le droit de bourgeoisie de Montbéliard, (1734-1814),  fils de Jean-Jacques (1699-1741) meunier à Hérimoncourt  dirige une entreprise de teinturerie et de meunerie d'huile ou de céréales, avec la construction de plusieurs moulins, dans une région riche en cours d'eau.

. Il épouse en 1763 Marie Elisabeth Jusserand, parfois appelée aussi Suzanne Catherine par certains auteurs.

Sa fortune lui permet, après le rattachement de la principauté de Montbéliard à la France en 1793, de profiter de la vente des Biens Nationaux pour agrandir son patrimoine notamment en achetant un moulin et une tuilerie." Wikipedia

De la descendance de Jean Pierre Peugeot (1734-1814), on peut distinguer les branches ainée, puinée et deux branches cadettes :

 

Branche ainée : Jean-Pierre Peugeot 1768-1852

Quelques personnalités de cette branche (sans liens généalogiques) et alliances: 

Peugeot-Jean-Pierre-1768-1852

Epousa en 1795 Catherine Masson 1778-1862

"En 1810, Jean-Pierre (1768-1852) et Jean-Frédéric Peugeot, les deux fils aînés de Jean-Pierre, s'orientèrent vers la métallurgie ; le moulin du lieu-dit Sous-Cratet est transformé en fonderie d'acier. Fin 1814, la fonderie n'est pas rentable et est abandonnée. L'entreprise se reconvertit alors dans la production de ressorts pour mécanismes d'horlogerie. En 1819, la société changea son nom en « Peugeot Frères Aînés et Cie ». Les Peugeot utilisent leur brevet de laminage à froid.  À partir de 1825, une nouvelle usine de laminage à chaud est construite à Valentigney au sud de Sochaux et Montbéliard au bord du Doubs. En 1832, Jean-Pierre et Jean-Frédéric s'associèrent avec Jacques Maillard-Salins d'une grande famille d'industriels horlogers du Haut-Doubs. Ils fondèrent « Peugeot Frères Aînés et Jacques Maillard-Salins ». Deux nouvelles usines sont construites dans les environs de Sochaux : Terre-Blanche à Hérimoncourt en 18396 et Beaulieu / Mandeure en 18537 en bordure du Doubs."

Wikipedia

 

Rameau 1 des Jules Peugeot

né le 9 septembre 1811, Hérimoncourt (25), décédé le 9 décembre 1889 (à l'âge de 78 ans), ingénieur, industriel, maire d'Hérimoncourt, Légion d'honneur (base Léonore), marié avec Louise Duvernoy,

"Jules (1815-1874), École centrale Paris) et Émile Peugeot (1811-1889) succèdent à la tête de la société à leur père Jean-Pierre (1768-1852). Elle deviendra « Établissements Peugeot Frères ». En 1847, les frères Peugeot font appel à Justin Blazer, orfèvre et graveur de Montbéliard, afin de créer leur emblème et se distinguer de la concurrence. Ils choisissent le Lion aux qualités analogues à celles des lames de scies produites : résistance, souplesse et rapidité. Une marque en forme de lion était déjà utilisée pour la meilleure qualité d'acier, une marque en forme de croissant de Lune pour la seconde et une marque en forme de main pour la troisième3. Le logo est déposé en 1858 au Conservatoire impérial des Arts et Métiers et sera apposé sur les outillages, les cycles et les motos. Il apparaîtra sur les automobiles en 1905.

Les Peugeot exploitent les domaines forestiers familiaux de hêtres, fabriquant toutes sortes d'outillage à main pour l'artisanat, l'industrie et l'agriculture8, des lames de ressort pour l'horlogerie et des baleines de corsets pour l'habillement féminin."

Wikipedia

 

Quelques illustrations :

Eugène Peugeot

né le 1er août 1844, Hérimoncourt (25), décédé le 1er mars 1907, Hérimoncourt (à l'âge de 62 ans), industriel, marié le 23 août 1869 avec Hélène Koechlin, née le 25 octobre 1848, Mulhouse (68), décédée le 1er août 1924, Hérimoncourt (à l'âge de 75 ans),

Peugeot-eugene.1.peugeot

En 1892, « Etablissements Peugeot Frères » devient « les Fils de Peugeot Frères » et Armand Peugeot veut développer la construction automobile alors que son cousin Eugène reste hostile à cette invention à laquelle il ne croit pas. Le 2 avril 1896, Armand Peugeot se sépare des activités de « les Fils de Peugeot Frères » et fonde la « société des automobiles Peugeot » avec des usines à Audincourt13 et à Lille14, alors qu'Eugène avec « les Fils de Peugeot Frères » continue à fabriquer des bicyclettes, motos, tricycles et quadricycles avec ou sans moteur et également des outils, des articles ménagers, des moulins à café, etc. En 1897, Armand Peugeot vend avec succès 54 voitures puis 156 en 1898 et 500 en 1900.  En 1905, Pierre (1871-1927), Robert (1873-1945) et Jules Peugeot (1882-1959), les trois fils d'Eugène sortent une voiturette de marque « Lion-Peugeot ». Leur société « les Fils de Peugeot Frères » fusionne à nouveau avec « Automobile Peugeot » de leur grand cousin Armand Peugeot en février 1910 après que leur père fut décédé en 1907. Robert Peugeot devient chef de famille et prend la tête du groupe Peugeot. En 1912, ouverture du nouveau site industriel Peugeot de Sochaux. En 1914, la Première Guerre mondiale met un coup d'arrêt à l'évolution et à la prospérité de Peugeot. Les usines sont mobilisées pour l'effort de guerre et fabriquent des vélos, des voitures, des camions, des chars, des moteurs d'avions, des bombes et des obus en imposant définitivement la nouvelle ère de la grande série. En 1919, Peugeot est techniquement dépassé par la nouvelle concurrence anglaise et américaine des surplus militaires et s'endette lourdement. En 1926, la partie rentable de fabrication de cycles est séparée de l'automobile déficitaire."

Wikipedia

dont

Pierre Peugeot

né le 14 février 1871, Hérimoncourt (25), décédé le 26 novembre 1927, Paris (à l'âge de 56 ans), gérant de la Société Peugeot, marié le 20 février 1892, Paris, avec Suzanne-Florence Ponnier, née le 9 février 1871, Mulhouse, décédée le 2 juillet 1953, Paris (à l'âge de 82 ans), dont

André Peugeot, né le 13 février 1897, Hérimoncourt, décédé en 1961 (à l'âge de 64 ans), gérant de la société Les Fils de Peugeot,  marié le 19 juin 1920, Paris, avec Suzanne Marie Ponnier, née le 1er juillet 1898, Fontenay-sous-Bois, dont

Janine Peugeot, née le 4 avril 1921, Paris 5, mariée le 29 juin 1939, Paris, avec Bernard Huguenin, né le 6 janvier 1914, Rouen, éditeur,

       Marie-Ondine Peugeot épousa Luc Prouvost, des Edouard Joseph Prouvost 1861-1933.

 

Amédée Prouvost 1820-1885
&1844 Joséphine Yon 1827-1902

Prouvost-Yon-Amedee-&-Josephine

 

 

Jules Peugeot 1811-1889
& Louise Duvernoy 1819-1884

 

 

|

 

 

|

 

 

Edouard Joseph Prouvost 1861-1933
& Pauline Elisa Fauchille 1865-1954

edouard-Prouvost

 

 

Eugène Peugeot 1844-1907
&1869 Hélène Koechlin 1848-1924

Peugeot-eugene.1.peugeot

 

 

|

 

 

|

 

 

Robert Prouvost 1886
&1919 Thérèse Léonie Desurmont 1893-1978

 

 

Pierre Peugeot 1871-1927
&1892 Suzanne-Florence Ponnier 1871-1953

 

 

|

 

 

|

 

 

Philippe Prouvost
& Marie-Rose Cornet

 

 

André Peugeot 1897-1961
&1920 Suzanne Marie Ponnier 1898

 

 

|

 

 

|

 

 

Robert Prouvost
& Hélène Bouvier

 

 

Jean-Claude Peugeot
&1951 Blandine Contamin

 

 

|

 

 

|

 

 

Luc Prouvost

 

 

Marie-Ondine Peugeot

 

 

|

 

 

|

 

 





 

 

 

Muriel Peugeot, née à Paris, mariée le 17 avril 1948, Paris 5, avec Albert Bouvier, sous-directeur Banque Nationale Commerce Extérieur,

Marie Peugeot, née le 12 juin 1898, Hérimoncourt (25, Doubs), mariée le 26 juillet 1919 avec Paul Banzet, chirurgien des hôpitaux, de l'Académie de chirurgie,

François Peugeot, né le 31 mai 1901, Hérimoncourt (Doubs), décédé le 26 mars 1985, Neauphle le Château (78) (à l'âge de 83 ans), industriel, Gérant de Peugeot Frères, député du département du Doubs (1936–1940), Gauche démocratique et radicale indépendante, marié le 29 juin 1929, Lyon, avec Raymonde Binding, née le 19 octobre 1905, Lyon.

 

Robert Peugeot

né le 21 juillet 1873, Hérimoncourt, décédé le 7 juillet 1945, Seloncourt (à l'âge de 71 ans), industriel

Gérant des sociétés Les Fils de Peugeot et Peugeot & Cie, marié le 6 août 1895, Valentigney, avec Jeanne Japy, née le 23 octobre 1872, décédée le 8 août 1958 (à l'âge de 85 ans), dont

 

Jean-Pierre Peugeot

né le 16 juin 1896, Valentigney, Sous-Roches (25), décédé en 1966 (à l'âge de 70 ans), président des Automobiles Peugeot, marié le 21 janvier 1924, Genève (cathédrale St Pierre), avec Colette Boillat, née le 26 mars 1904,

Quelques personnalités de cette branche (sans liens généalogiques) et alliances:

"En 1928, Jean-Pierre Peugeot (1896-1966), fils de Robert prend la direction de Peugeot et devient le président du club de football qu'il vient de créer : le Football Club Sochaux-Montbéliard (FC Sochaux).

En 1940-1945, durant la Seconde Guerre mondiale, les usines Peugeot sont occupées et sabotées.

Article détaillé : Peugeot pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 1953, Peugeot réintègre toutes ses différentes entités sous le nom unique Peugeot.

Mi-1966, constitution de PSA (Peugeot Société Anonyme) qui assure une gestion financière unique pour l’ensemble du groupe (automobiles, cycles, aciers et outillages. En 1966, disparition de Jean-Pierre Peugeot. Son fils Roland (1926) lui succède à la tête de la société et François Gautier est nommé PDG18 par la famille Peugeot. Il est le premier dirigeant à ne pas être un membre de la famille. En 1976, Peugeot achète 90 % du capital de Citroën à Michelin suite à la demande du gouvernement français pour sauver la marque au bord du dépôt de bilan. Le groupe devient alors PSA Peugeot-Citroën, société à directoire (présidé par F. Gautier) et conseil de surveillance (présidé par Roland). Les 2 marques sont dissociées et reste indépendantes. En 1978, PSA rachète les filiales européennes de Chrysler dont Simca en France. En 1982, PSA connaît alors de très graves difficultés financières et la famille Peugeot fait appel aux services de l'énarque Jacques Calvet. Emblématique et médiatisé, il dirige le groupe durant 13 ans à partir de 1984 (voir PSA Peugeot-Citroën) comme président du directoire."

Wikipedia

Jean-Martin Folz lui succède de 1997 à 2006 (voir PSA Peugeot-Citroën).

Dont

 

Roland Peugeot

né le 20 mars 1926, président des établissements Peugeot Frères, marié le 21 décembre 1949 avec Colette Mayeski, née le 24 avril 1929, décédée le 15 décembre 2010,

"Le 12 avril 1960, Éric Peugeot, quatre ans et demi, fils de Roland et Colette Peugeot, est enlevé dans le parc à enfants du golf de Saint-Cloud. Une demande de rançon ponctuée de menaces de mort est retrouvée près du toboggan où jouait le petit garçon. L'opinion publique est en émoi. Les parents cèdent au chantage en remettant au ravisseur la somme de 50 millions de francs. La somme est remise en billets à Paris, passage Doisy. Le petit Éric retrouve la liberté 48 heures seulement après son enlèvement. Il faudra onze mois d'enquête pour que les preneurs d'otage, Pierre-Marie Larcher et Robert Rolland, soient arrêtés et traduits en justice. L'enfant fut séquestré dans un pavillon de Grisy-les-Plâtres, un village situé dans le département du Val-d'Oise." Wikipedia

Hélène Peugeot, née le 17 août 1897, Seloncourt, décédée le 4 mars 1942 (à l'âge de 44 ans), mariée le 9 mars 1919 avec Charles Friedel, né le 18 août 1893, Nancy (Meurthe-et-Moselle), décédé le 10 septembre 1970, Nancy (Meurthe-et-Moselle) (à l'âge de 77 ans), imprimeur, président de la société Berger-Levrault, ...

Eugène Peugeot, né le 22 juin 1899, Seloncourt (25, Doubs), décédé le 30 octobre 1975 (à l'âge de 76 ans), gérant des Stés Peugeot Frères et Peugeot & Cie, marié le 2 septembre 1922, Belchamp (25), avec Marcelle Peugeot, née le 10 juillet 1903, Belchamp, décédée le 2 août 1924, Le Bannot, Seloncourt (25) (à l'âge de 21 ans), dont

 

Bertrand Peugeot, né le 30 octobre 1923, décédé le 14 février 2009, Paris 16e, inhumé le 19 février 2009, Cimetière parisien de Passy (à l'âge de 85 ans), président de sociétés (Automobiles Peugeot), marié le 8 juillet 1948, Paris, avec Jacqueline Larrieu, née le 16 mai 1925, dont

Robert Peugeot

né le 25 avril 1950, président de la holding de contrôle de Peugeot, marié avec Domitilla Lefèvre d'Ormesson, née en 1951. 

Ormesson-Blason_d'Ormesson 

"Cousin issu de germain de Thierry, est ingénieur de l'École centrale. Après être passé chez Citroën, il a été à la tête de la direction de l'innovation et de la qualité (DINQ) sous l'ère Folz où il a fondé notamment le centre de style de Vélizy. Brigant la direction de PSA, il est supplanté par Christian Streiff.  Robert Peugeot est nommé au conseil de surveillance de PSA et au conseil d'administration de Faurecia. Il reste PDG depuis 2002 de la société FFP. Il a reçu la Légion d'honneur début juin 2010 des mains du ministre Éric Woerth. Après avoir été victime le 5 décembre 2009 d'un vol de lingots d'or à son domicile parisien et un rendez-vous rapide avec le ministre, le préjudice qu'il fait valoir est de 150 000 €, alors que des déclarations initiales faisaient état de 500 000 €, ce qui soulève l'interrogation de la presse sur une possible sous-déclaration de son patrimoine." Wikipedia

Christian Peugeot, marié avec Constance Jehannot d'Huriel de Bartillat.

JEHANNOT_alias_JEANNOT_de_BARTILLAT

Rodolphe Peugeot, né le 2 avril 1902, Seloncourt (25), décédé le 17 juin 1979, inhumé, Valentigney (25) (à l'âge de 77 ans), industriel, gérant de la Sté "Les Fils de Peugeot Frères" et "Peugeot & Cie", marié le 8 août 1927, Seloncourt (25, Doubs), avec Clémence Seyrig, née le 5 décembre 1899, décédée le 2 août 1971 (à l'âge de 71 ans), dont

 

Monique Peugeot, née le 1er août 1928, Valentigney (25), mariée le 17 juillet 1948, Valentigney (25), avec Alain Banzet, né le 28 avril 1927, Paris (75), décédé, industriel, administrateur de la Sté des Cycles Peugeot, ...

Hélène Peugeot, née le 24 mars 1930, Valentigney, mariée le 24 janvier 1952, Paris, avec Jean Kohler, industriel (dont postérité).

 

Pierre Peugeot

né le 11 juin 1932, Valentigney (Doubs), décédé le 1er décembre 2002, Paris, inhumé le 5 décembre 2002, Valentigney (Doubs) (à l'âge de 70 ans), président du conseil de surveillance de Peugeot SA, administrateur de sociétés, marié le 24 septembre 1955 avec Liliane Seydoux Fornier de Clausonne.

" Pierre (1932-2002), cousin de Roland, est le seul membre de la famille à avoir eu un siège au directoire de PSA de 1972 à 1998.

Il a joué un rôle essentiel pendant cette période dans le développement du groupe PSA Peugeot-Citroën, dans la détermination de sa stratégie et dans sa mise en œuvre.

En 1988, il inaugure le Musée de l'Aventure Peugeot sur le site industriel historique de Sochaux.

En 1998, il remplace Roland à la présidence du Conseil de Surveillance de PSA et de la holding cotée qui détient la plus grande partie de la participation de la famille dans le groupe PSA ainsi que des actifs de diversification (FFP).

À ces postes, il veille à renforcer Faurecia (filiale de PSA dans les équipements automobiles) par des acquisitions successives.

Il fait en sorte d'augmenter la participation de la famille dans le groupe PSA, laquelle avait été diluée dans les années 1980, et commence à diversifier les actifs de FFP. " Wikipedia

En 2002 à la mort de son père Pierre, Thierry Peugeot (1956), diplômé de l'ESSEC, est élu président du conseil de surveillance du groupe PSA Peugeot Citroën21 et son cousin issu de germain Jean-Philippe Peugeot (1953) en est vice-président. Sa sœur Marie-Hélène Roncoroni (1960) siège avec lui au conseil de surveillance de PSA comme représentants de la FFP22.

Peugeot-Thierry_Peugeot_

Thierry Peugeot (au centre)

"Fin 2006, le dirigeant le plus important de la famille nomme Christian Streiff pour succéder à Jean-Martin Folz à la tête de PSA début 200723 avant qu'il ne soit débarqué début 2009. Ses cousins ne lui pardonneront pas ce choix, qu'ils considèrent comme une erreur de casting. Le choix de Streiff à la place de Robert Peugeot, alors à la tête de la direction de l'innovation et de la qualité (DINQ), cristallise des tensions au sein de la famille qui pourraient ressurgir si elle devait arbitrer une fusion avec un autre constructeur.

Le 2 juin 2009, il déclare que les objectifs de la famille Peugeot sont « croissance, rentabilité et indépendance » et qu'elle « n'est pas du tout opposée à regarder un certain nombre d'alliances ou de rapprochements (...) Ce que nous voulons, c'est une stratégie de croissance et de rentabilité, dans laquelle nous restons indépendants ». Wikipedia

 

Hans Peugeot ca 1410 &
|
Jacot Peugeot ca 1430 &
|
Pierre Peugeot ca 1460-1526 &
|
Jean Péquegnot Peugeot ca 1485-1562 &
|
Jean Peugeot ca 1510 &
|
Perrin Peugeot ca 1530 &
|
Claude Peugeot 1565-1619 &
|
François Peugeot +1658 &
|
Claude Peugeot &1655
Jehanne Gellon
|
Jehan Peugeot 1657-ca 1730 &1671
Suzanne Caramestrand 1669-1752
|
Jean-Jacques Peugeot 1695-1781 &1719
Suzanne Mettetal 1701-1771
|
Jean Pierre Peugeot 1734-1814 &1763
Marie Elisabeth Jusserand 1744
|
Jean-Pierre Peugeot 1768-1852 &1795
Catherine Masson 1778-1862
|
Jules Peugeot 1811-1889 &
Louise Duvernoy 1819-1884
|
Eugène Peugeot 1844-1907

Peugeot-eugene.1.peugeot

&1869
Hélène Koechlin 1848-1924
|
Robert Peugeot 1873-1945

Peugeot-robert.0.peugeot

&1895
Jeanne Japy 1872-1958
|
Rodolphe Peugeot 1902-1979 &1927
Clémence Seyrig 1899-1971
|
Pierre Peugeot 1932-2002 &1955
Liliane Seydoux Fornier de Clausonne 1932-
|
Thierry Peugeot

 

Guillemette Peugeot, née le 5 septembre 1935, Valentigney (25, Doubs), mariée avec Henri-François Cruse, né le 8 octobre 1928, Le Taillan-Médoc (33, Gironde) - château du Taillan, négociant en vins, associé-gérant de C&FF à Bordeaux (vivent au château du Taillan),

 

Jules Peugeot

Quelques personnalités de cette branche (sans liens généalogiques) et alliances: 

né le 24 mai 1882, Hérimoncourt (25, Doubs), décédé en 1959 (à l'âge de 77 ans), industriel, gérant Fils de Peugeot Frères, marié le 6 mars 1907, Hérimoncourt, avec Alice Duvernoy, née le 5 juillet 1881, Audincourt (25), décédée le 10 avril 1950, Valentigney (25) (à l'âge de 68 ans), dont Geneviève Peugeot, née le 19 mars 1908, Valentigney, mariée le 17 septembre 1938, Valentigney, avec Bertrand Voumard, industriel à La Chaux-de-Fonds (Suisse) (dont postérité). Antoine-Eugène Peugeot, né le 17 avril 1910, Valentigney (25, Doubs), décédé le 21 décembre 2002, Valentigney (25, Doubs), inhumé le 26 décembre 2002, Valentigney (25, Doubs) (à l'âge de 92 ans), gérant des Stés Peugeot, Fils et Peugeot & Cie, marié le 12 janvier 1935, Marseille (13), avec Dominique Fraissinet, née le 31 mars 1914, décédée le 25 avril 1957.

Jules Peugeot 1811-1889 &
Louise Duvernoy 1819-1884
|
Eugène Peugeot 1844-1907

Peugeot-eugene.1.peugeot

&1869
Hélène Koechlin 1848-1924
|
Jules Peugeot 1882-1959

 

Sa fille Christiane est écrivain et artiste peintre et directrice de l'Atelier Z.

Rodolphe Peugeot (1902–1979) fut résistant pendant l'occupation allemande.

 

Rameau 2 des Emile Peugeot,

né le 26 mars 1815, Hérimoncourt (25), décédé le 1er juillet 1874, Valentigny (25) (à l'âge de 59 ans).

Quelques personnalités de cette branche (sans liens généalogiques) et alliances:

" Émile Peugeot puis sa fille Lucy, protestants et fervents pratiquants, sont des pionniers en matière sociale. Ils créent et financent diverses institutions de secours, une caisse de pensions pour les veuves en 1811, une assurance mutuelle sociale en 18539 près de 100 ans avant la sécurité sociale créée en 1945, des logements à bas prix pour leurs salariés, l'hôpital du Rocher à Valentigney en 18709 où les ouvriers accidentés sont soignés gratuitement et un système de caisse de retraite ouvrière en 18769. En 1871, ils établissent la durée du travail à 12 heures par jour.  En 1865, Jules et Émile commencent à passer la main à leurs fils respectifs, Eugène (1844-1907, HEC) et Armand (1849-1915, ingénieur de l'École centrale Paris). "  Wikipedia

Berthe Peugeot, née le 11 août 1842, La Chapotte (25), décédée le 3 novembre 1928, Paris (à l'âge de 86 ans), mariée en 1866, Valentigney, 25, avec Alfred Bovet, né le 12 juin 1841, Colombier, Neuchâtel, décédé en 1900 (à l'âge de 59 ans), industriel à Valentigney, associé Peugeot Frères.

Armand Peugeot

Peugeot-Armand_Peugeot

 

né le 18 juin 1849, Valentigney, décédé le 4 février 1915, Paris (à l'âge de 65 ans), ingénieur (École Centrale de Paris - 1895), industriel, fondateur des Automobiles Peugeot. Marié le 10 juin 1872 avec Sophie Fallot, née le 22 octobre 1852, décédée en 1930 (à l'âge de 78 ans), marié avec Mina Ehrmann,

" Sous le Second Empire, l'industrie Peugeot est importante et prospère. En 1882, fabrication en série avec succès du grand-bi, puis celle des tricycles et en 188611 les bicyclettes à roues égales et transmission par chaîne avec 16 000 unités en 1897 et 20 000 en 1900. En 1889, Peugeot emploie 700 personnes à Valentigney, 300 à Beaulieu / Mandeure et 900 à Terre-Blanche / Hérimoncourt. Armand Peugeot, jeune ingénieur diplômé des Arts et Manufactures de Paris (École centrale Paris), féru de moteurs, technologie alors en plein essor, décide de fabriquer des automobiles. Il débute par l'exposition de quatre prototypes de Peugeot type 1, des tricycles équipés de chaudière à vapeur de Léon Serpollet sur le stand Peugeot dans la galerie des « machines et des progrès techniques » à l'Exposition universelle de Paris. Armand découvre alors durant cette exposition le nouveau moteur à explosion à essence de l'inventeur allemand Gottlieb Daimler (Daimler Motoren Gesellschaft) qui fait fabriquer son moteur par Panhard et Levassor. Dès la fin de l'exposition, Émile Levassor propose12 à Armand Peugeot de construire un quatricycle, le type 2 suivi un an plus tard du type 3. C'est le début de l'empire automobile Peugeot amorcé par Armand. En 1892, « Etablissements Peugeot Frères » devient « les Fils de Peugeot Frères » et Armand Peugeot veut développer la construction automobile alors que son cousin Eugène reste hostile à cette invention à laquelle il ne croit pas.  Le 2 avril 1896, Armand Peugeot se sépare des activités de « les Fils de Peugeot Frères » et fonde la « société des automobiles Peugeot » avec des usines à Audincourt13 et à Lille, alors qu'Eugène avec « les Fils de Peugeot Frères » continue à fabriquer des bicyclettes, motos, tricycles et quadricycles avec ou sans moteur et également des outils, des articles ménagers, des moulins à café, etc." Wikipedia

Madeleine Peugeot, née le 26 avril 1887, Valentigney, décédée le 17 janvier 1952, Paris (à l'âge de 64 ans), mariée le 28 mai 1913 avec Charles Breitling, né en 1881, décédé en 1958 (à l'âge de 77 ans), juge au Tribunal de la Seine.

Germaine Peugeot, née le 14 mai 1889, Valentigney, décédée en 1977 (à l'âge de 88 ans), mariée en 1912 avec Philippe Kreiss, administrateur des Brasseries de La Meuse.

Marianne Lucy Peugeot, née le 11 août 1890, Valentigney, décédée, mariée le 4 octobre 1919 avec Robert Rousseau, caissier Principal de la Banque de France (dont postérité).

 

Branche puinée : Jean Frédéric Peugeot

né le 10 avril 1770, décédé le 5 juillet 1822 (à l'âge de 52 ans), tanneur à Hérimoncourt, marié le 1er août 1793, Hérimoncourt (25), avec Suzanne Peugeot, née le 25 novembre 1768, Hérimoncourt (25), décédée le 22 avril 1838, Hérimoncourt. Cette branche se perpétuera par les femmes avec ses petites filles.

Charles Auguste Peugeot, né le 30 août 1831, Hérimoncourt, décédé le 18 mars 1895, Pont-de-Roide (à l'âge de 63 ans), conseiller général du Doubs, maire de Pont de Roide, marié avec Lucie Albaret, née le 3 août 1834, Montpellier, décédée le 23 mars 1909, Beaucourt (90) (à l'âge de 74 ans),

Gabrielle Lucie Peugeot, née en 1860, décédée, mariée le 15 mai 1878 avec Gaston Japy, né en 1854, décédé en 1936 (à l'âge de 82 ans), industriel.

Jenny Peugeot, née le 17 juillet 1833, Hérimoncourt, décédée le 21 août 1906, Paris (à l'âge de 73 ans), mariée le 4 juin 1857, Hérimoncourt, avec Napoléon Koechlin, né le 18 août 1821, Mulhouse, décédé le 1er juillet 1892, Sèvres (Seine-et-Oise) (à l'âge de 70 ans), manufacturier de filature et tissage à) Masseveaux (Napoléon Koechlin & Cie)

Fanny Caroline Louise Peugeot, née le 19 mai 1833, La Chapotte, décédée le 6 mars 1902, La Barentière, Toulon (83) (à l'âge de 68 ans), mariée le 11 septembre 1855, Pont-de-Roide, avec Emile Charles Frédéric Dorian, directeur des Constructions Navales.

Anna Peugeot, née le 29 avril 1862, Pont-de-Roide, décédée le 4 juin 1928, Paris (à l'âge de 66 ans), mariée le 17 septembre 1883, Pont-de-Roide, avec Frédéric Georges Herr, né le 7 mai 1855, Neuf-Brisach, 68, décédé le 27 octobre 1932, Paris 9e (à l'âge de 77 ans), général de division, artillerie, industriel.

Mélanie Caroline Fanny Anna Peugeot, née le 4 janvier 1853, Pont-de-Roide, décédée, mariée le 30 septembre 1872, Pont-de-Roide, avec Edmond Meiner, industriel, gérant de la maison Japy (dont postérité).

Georges Léonard Peugeot, né le 26 avril 1805, Hérimoncourt (25), décédé le 16 décembre 1864, Pau (64) (à l'âge de 59 ans), marié le 26 mai 1838, Assailly (42), avec Ann Jackson, née le 20 janvier 1801, Manchester (Royaume Uni), décédée

dont

Louise Peugeot, née le 23 septembre 1811, Hérimoncourt (Doubs), décédée en 1858 (à l'âge de 47 ans), mariée le 20 février 1838, Hérimoncourt (Doubs), avec William Stackhouse Jackson, né le 12 janvier 1796, Lancaster, Lancashire, Angleterre (Royaume-Uni), décédé le 19 septembre 1858, Paris (75) - 1er arrondissement (à l'âge de 62 ans), industriel, le 22 mai 1860, Pont-de-Roide (25) (à l'âge de 59 ans) (témoins: Charles Jackson 1805-1857), " en 1810, Frédéric Peugeot et son frère Jean-Pierre (II) Peugeot transforment le moulin de Sous-Cratet en une fabrique d'acier laminé pour lames de scie et ressorts d'horlogerie ils fondent la société Peugeot Frères en 1838, Louise Peugeot épouse William S. Jackson & George Peugeot épouse Anna Jackson en 1842, les enfants de Frédéric Peugeot s'associent aux Frères Jackson en 1846, ils créent la société Peugeot Aînés & Jackson Frères ils achètent deux moulins à Pont-de-Roide et créent une aciérie pour fabriquer des scies et autres objets elle sera aussi réputée pour ses moulins à café et moulins à poivre les frères Jackson apportent leur savoir-faire dans la fabrication d'acier fondu." Wikipedia

 

Branche cadette 1 : Charles Christophe Peugeot

1775-1819 Maire d'Hérimoncourt &1797 Catherine Japy 1775-1864

Quelques personnalités de cette branche (sans liens généalogiques) et alliances:

Pendant qu’en 1810, Jean-Pierre (1768-1852) et Jean-Frédéric Peugeot, les deux fils aînés de Jean-Pierre, s'orientent vers la métallurgie (le moulin du lieu-dit Sous-Cratet est transformé en fonderie d'acier), Charles-Christophe et Jean-Jacques Peugeot continuèrent l'activité dans le textile et s'installèrent au lieu-dit La Chapotte.

 

peugeot_frederic

Fréderic Peugeot

 

Rameau 1 : Les Charles Auguste Peugeot

né le 28 août 1798, Beaucourt, décédé le 3 octobre 1871, Sous-Roches (25) (à l'âge de 73 ans), maire d'Hérimoncourt. Marié avec Adèle Peugeot, née le 31 mai 1807, Hérimoncourt, décédée le 9 décembre 1887, Sous-Roches : Eteints

 

Rameau 2 : les Victor Peugeot

né le 15 janvier 1800, Bellelay (Suisse), décédé le 13 novembre 1873, Sous-Roches (25) (à l'âge de 73 ans), maire d'Audincourt, marié le 26 décembre 1823, Audincourt (25), avec Julie Peugeot, née le 18 août 1805, Hérimoncourt, décédée le 23 octobre 1884, Sous-Roches (25) (à l'âge de 79 ans)

Claire Julie Peugeot, née le 22 septembre 1824, Audincourt (25, Doubs), décédée le 4 septembre 1894, Montbéliard (25, Doubs) (à l'âge de 69 ans), mariée le 3 août 1850, Valentigney (25, Doubs), avec Chrestien Charles Alexandre Paira, pasteur à Strasbourg (dont postérité), dont

Jeanne Paira, née en 1853, décédée en 1945 (à l'âge de 92 ans), mariée avec Frédéric Œhmichen, né le 20 mai 1841, Strasbourg (67, Bas-Rhin), décédé le 4 mai 1893, Châlons-en-Champagne (51, Marne) (à l'âge de 51 ans), polytechnicien (X 1861), colonel d'artillerie, directeur de l’école d’artillerie du 6e corps d’armée, dont

Jean Frederic Œhmichen, né le 20 août 1876, Monbéliard (25, Doubs), décédé le 14 juillet 1957, Paris (75) - 7ème arrondissement (à l'âge de 80 ans), officier d'infanterie, général de brigade (1932), marié le 25 septembre 1899, Monbéliard (25, Doubs), avec Camille Henriette Suzanne Weisgerber.

Étienne Œhmichen, né le 15 octobre 1884, Châlons-en-Champagne (51, Marne), décédé le 10 juillet 1955, Paris (75), inhumé le 9 mai 1956, Arbouans (25, Doubs) (à l'âge de 70 ans), ingénieur, inventeur (ECP 1908), professeur au Collège de France, marié avec Geneviève Demmler, née en 1887, décédée en 1974, inhumée, Bourg-la-Reine (92) (à l'âge de 87 ans), dont

Jean-Pierre Œhmichen, décédé, inhumé, Bourg-la-Reine (92, Hauts-de-Seine) .

Benjamin Peugeot, né le 12 mars 1833, Sous-Roches (25), décédé le 15 juillet 1905, Audincourt (25) (à l'âge de 72 ans), industriel, gérant de la maison Constant-Peugeot, marié le 5 octobre 1861, Strasbourg (67), avec Cécile Dollfus, née le 7 juillet 1841, Mulhouse (68), décédée le 2 juillet 1925, Audincourt (25) (à l'âge de 83 ans), dont

Henri Victor Peugeot, né le 19 mars 1865, Sous-Roches (25), décédé le 19 juillet 1937, Lausanne (Suisse) (à l'âge de 72 ans), industriel, gérant de la Sté Peugeot-Japy à Sous-Roches (25), marié le 26 mars 1898, Héricourt (25), avec Marthe Emilie Bretegnier, née le 11 avril 1875, Héricourt (25), décédée le 17 septembre 1958 (à l'âge de 83 ans), dont

Jean-Jacques Peugeot, né le 10 mars 1899, Valentigney, Sous-Roches (25), décédé le 6 juin 1984 (à l'âge de 85 ans), gérant de la Sté Peugeot-Japy, marié le 9 mai 1925, Ste-Marie-aux-Mines (68), avec Jacqueline Blech, née le 23 décembre 1903, Ste-Marie-aux-Mines (68), décédée le 19 mai 1987, Audincourt (25) (à l'âge de 83 ans),

 

Charles Christophe Peugeot 1775-1819 &1797
Catherine Japy 1775-1864
|
Victor Peugeot 1800-1873 &1823
Julie Peugeot 1805-1884
|
Benjamin Peugeot 1833-1905

Peugeot-benjamin.0.peugeot

&1861
Cécile Dollfus 1841-1925
|
Henri Victor Peugeot 1865-1937

Peugeot-henri_victor.1.peugeot

&1898
Marthe Emilie Bretegnier 1875-1958
|
Jean-Jacques Peugeot 1899-1984 &1925
Jacqueline Blech 1903-1987
|
Denis Peugeot 1933-2007 &
Catherine Desaulles
|
Jean-Eric Peugeot

 

Denise Peugeot, née le 10 août 1901, Sous-Roches (25), décédée le 8 décembre 1978, Mulhouse (68) (à l'âge de 77 ans), mariée le 21 novembre 1925, Audincourt, Valentigney (Doubs), avec Pierre Thierry-Mieg, né le 14 septembre 1900, Mulhouse (68), décédé le 30 mai 1971 (à l'âge de 70 ans), directeur gérant Dollfus-Mieg & Cie à Mulhouse, dont

Janine Thierry-Mieg, née  à Lyon (69), mariée le 2 décembre 1951, Belfort (90), avec Philippe Stein, né le 22 juillet 1911, Belfort (90), décédé en 1972 (à l'âge de 61 ans), agent de forges à Belfort

Gérard Thierry-Mieg, né le 1er mai 1928, Lyon (Rhône), ingénieur textile à Houston (Texas), marié le 30 janvier 1970 avec Arsenia Gferer.

Michel Peugeot, né le 29 décembre 1903, Sous-Roches (25), décédé le 29 septembre 1975, Lausanne (Suisse) (à l'âge de 71 ans), gérant de la Sté Peugeot-Japy.
Marié le 27 octobre 1937, Paris (75) 7°, avec Hélène de Clermont, née le 26 juillet 1904, Paris (75) 6ème, décédée le 26 avril 2007, inhumée le 28 avril 2007, cimetière d'Héricourt (à l'âge de 102 ans)

Cécile Alice Julie Peugeot, née le 13 septembre 1878, Sous-Roches (25), décédée en 1960 (à l'âge de 82 ans), mariée le 11 avril 1904, Audincourt, avec Edouard Japy, né le 23 septembre 1876, décédé le 27 avril 1963 (à l'âge de 86 ans), industriel

Rameau 3 : les Pierre Louis Peugeot

né le 30 juin 1803, Bellelay, décédé le 30 novembre 1862, Belchamp (25) (à l'âge de 59 ans), fabricant, marié le 13 octobre 1833 avec Catherine Emilie Peugeot, née le 9 août 1813, Audincourt (25), décédée le 5 avril 1875, Belchamp (25) (à l'âge de 61 ans)

Marguerite Peugeot, née le 13 août 1866, Belchamp, décédée le 25 janvier 1940, Paris (75) (à l'âge de 73 ans), mariée le 19 mars 1896, Belchamp (25), avec John Viénot, né le 10 août 1859, Asnières-lès-Bourges (18), décédé le 28 décembre 1933, Paris (à l'âge de 74 ans), pasteur, historien, vice-doyen de la faculté protestante de Paris, président de la SHPF, ...

Suzanne Peugeot, née le 6 décembre 1867, Belchamp, décédée le 22 décembre 1894, Montbéliard (25) (à l'âge de 27 ans), mariée le 27 juillet 1887, Montbéliard (25), avec John Viénot, né le 10 août 1859, Asnières-lès-Bourges (18), décédé le 28 décembre 1933, Paris (à l'âge de 74 ans), pasteur, historien, vice-doyen de la faculté protestante de Paris, président de la SHPF,

  Henriette Peugeot, née le 30 novembre 1868, Belchamp, décédée en août 1962 (à l'âge de 93 ans), mariée  le 29 novembre 1892, Montbéliard (25), avec Albert Roux, décédé en juin 1940, manufacturier à Montbéliard,

Patrick Peugeot, né le 3 août 1937, Paris, magistrat à la Cour des comptes.

Edmond Jean Louis Peugeot, né le 26 mars 1909, Nice (06), tué en 1940, Formeset (Norvège) (à l'âge de 31 ans), Saint-Cyr 1929-31, lieutenant au 3ème régiment étranger, marié le 10 octobre 1936 avec Jeanne Clamageran, dont

Chantal Peugeot, née en 1937, mariée avec Michel Lajouanie, né le 15 janvier 1933, décédé le 17 avril 2004 (à l'âge de 71 ans), général de brigade (origine arme blindée)

Marcelle Peugeot, née le 10 juillet 1903, Belchamp, décédée le 2 août 1924, Le Bannot, Seloncourt (25) (à l'âge de 21 ans), mariée le 2 septembre 1922, Belchamp (25), avec Eugène Peugeot, né le 22 juin 1899, Seloncourt (25, Doubs), décédé le 30 octobre 1975 (à l'âge de 76 ans), gérant des Stés Peugeot Frères et Peugeot & Cie,

 

Branche cadette 2 (éteinte) : Jacques Peugeot 1777-1818

Maire d'Hérimoncourt, &1803 Suzanne Catherine Japy 1783-1831

Quelques personnalités de cette branche (sans liens généalogiques) et alliances:

Peugeot-jacques.0.peugeot-1777-1818

Julie Peugeot, née le 18 août 1805, Hérimoncourt, décédée le 23 octobre 1884, Sous-Roches (25) (à l'âge de 79 ans), mariée le 26 décembre 1823, Audincourt (25), avec Victor Peugeot, né le 15 janvier 1800, Bellelay (Suisse), décédé le 13 novembre 1873, Sous-Roches (25) (à l'âge de 73 ans), maire d'Audincourt, ...

Adèle Peugeot, née le 31 mai 1807, Hérimoncourt, décédée le 9 décembre 1887, Sous-Roches (25) (à l'âge de 80 ans), mariée avec Charles Auguste Peugeot, né le 28 août 1798, Beaucourt, décédé le 3 octobre 1871, Sous-Roches (25) (à l'âge de 73 ans), maire d'Hérimoncourt, ...

Constant Peugeot, né le 22 juillet 1809, Hérimoncourt (25), décédé le 20 décembre 1877, Sous-Roches (25) (à l'âge de 68 ans), industriel,  marié le 2 octobre 1836 avec Caroline Japy, née le 30 avril 1818, Beaucourt (90), décédée en 1890 (à l'âge de 72 ans), dont

Clémentine Peugeot, née le 5 août 1839, Beaucourt (90), décédée le 27 mai 1910, Paris (75) (à l'âge de 70 ans), mariée le 30 janvier 1860, Audincourt (25), avec Philippe de Clermont, né le 18 janvier 1831, Paris, décédé le 12 janvier 1921, Paris (à l'âge de 89 ans).

Jeanne Peugeot, née le 29 décembre 1844, Sous-Roches (25), décédée le 13 juin 1899, Sous-Roches (25) (à l'âge de 54 ans), mariée le 8 décembre 1866, Valentigney (25), avec Philippe Julien Japy, né le 28 juillet 1842, décédé le 11 avril 1918, Nice (06) (à l'âge de 75 ans), gérant de la société Peugeot-Japy & cIE.

Angélique Peugeot, née le 9 juin 1811, Hérimoncourt, décédée le 3 novembre 1886, Montbéliard (à l'âge de 75 ans), mariée le 3 septembre 1832, Audincourt, avec Henri Conservé Banzet, pasteur (dont postérité).

Catherine Emilie Peugeot, née le 9 août 1813, Audincourt (25), décédée le 5 avril 1875, Belchamp (25) (à l'âge de 61 ans), mariée le 13 octobre 1833 avec Pierre Louis Peugeot, né le 30 juin 1803, Bellelay, décédé le 30 novembre 1862, Belchamp (25) (à l'âge de 59 ans), fabricant

Retour