Présentation        Actualités        Contact

Logo-Manufactures-Royales-Dauphin-Lille-Roubaix-Saint-Denis
Attaches  généalogiques des
Manufactures
Royales de Lille copyright.

Chateau de Beaupré Durot

Les Manufactures Royales de Lille copyright. sont l'oeuvre d’Arnould-François DUROT, de ses enfants et leurs conjoints: 
LEPERRE, PROUVOST, de LAGARDE
, CLEMMEN
, BAYARD.
Bourgeois de Lille, il est un remarquable exemple de parcours proto-industriel :  sa vie intense a été racontée par Alexis Cordonnier dans son article sur l'une des manufactures : « Une industrie d’art au siècle des lumières : l’indiennerie DUROT (1765-1790) dont sont extraites les citations dans cette étude:

Les racines des Durot sont  terriennes, issues d’un milieu notable de Flandres, éloignées de la simple culture de la terre.

 "  Son oncle maternel, Antoine Delagarde, occupe la fonction de lieutenant-prévôt de la ville de Valenciennes. Les ecclésiastiques de renom sont également nombreux dans la famille : son cousin Dom Ildephonse  Lernould siège sur l’abbatiat d’Hasnon entre 1758 et 1785.    Ces origines le font certainement bénéficier d’une éducation solide. Placé par son père chez un marchand mercier de Lille, il apprend durant deux ans l’art du commerce et le sens des responsabilités.
   Naturellement intégré dès la fin de son apprentissage au sein du puissant corps des grossiers-merciers, il cherche une alliance susceptible de le hisser parmi l’élite de son groupe socioprofessionnel. Son choix se porte sur Marie-Jeanne Michez, fille de l’un des maîtres les plus en vue de la jurande. Les destinées des jeunes gens sont unies le 11 août 1733 par l’oncle de l’épouse, curé de Lompret. La famille Michez compte elle aussi plusieurs hommes d’Église. Dotés de manière équilibrée, les époux installent leur boutique dans la principale artère commerçante de la ville : la rue des Malades. 
  Pour asseoir son statut social, Durot achète la bourgeoisie de Lille et commence à enseigner son métier à des jeunes gens, d’ailleurs souvent originaires de la même région que lui. Arnould-François Durot accueille également dans son foyer son propre frère : Louis-François. Prêtre sans paroisse, celui-ci offre à son frère toutes ses économies et participe à la vie de la maison en assurant l’éducation de ses 10 neveux et nièces. (AD Nord, tabellion de Lille 159-40 et 3086-149 .)
    Citons quelques passages : « Guidé par le désir d’asseoir son projet à long terme, Durot se donne les moyens de ses rêves d’expansion. Influencé par d’autres indienneurs, il adopte le modèle idéal de la manufacture-château. Le 13 août 1777, il obtient le bail du château de Beaupré, à Haubourdin, auprès du comte de Roncq. Outre le caractère prestigieux de cette nouvelle transaction, il s’adjuge une grande bâtisse campagnarde, un espace immense, relié à Lille par le canal de la Deûle, ainsi que d’agréables revenus fonciers. Toujours animé par un esprit de conquête, il obtient le 4 mars 1778 du propriétaire des lieux et de l’intendant la construction d’un puisoir et d’une sécherie, nécessaires à son activité ».
    « Lille y est peu mentionnée dans la mesure où l’indiennerie y est restreinte et se résume à la fabrique de la famille Durot. Celle-ci anime durant 25 ans tout un secteur de l’industrie textile, en bâtissant le premier grand site de production centralisée de Lille. Bénéficiant de nombreux soutiens techniques, politiques, et financiers, elle poursuit avec succès l’aventure jusqu’à la crise générale de la branche à la fin des années 1780 ».

.

"Arnould François Durot, né le 18 janvier 1701, Wallers-en-Hainaut, décédé le 11 juin 1780, Lille (59) (à l'âge de 79 ans), fondateur des Manufactures royales de Lille.

Ils créèrent ou rachetèrent les:

Manufacture Royale des toiles peintes, indiennes et papiers peints
en façon de damas & d'indienne de la Ville de Lille
qu’il créa : lettres patentes le 25 janvier 1770 (toiles frappées des armes fleurdelisées),


Manufacture Royale de Mousselines d’Houplines
(association avec de Raincour) en 1768

Manufacture Royale de verres,
rachetée en 1775 et nommée sous la raison de son fils ainé « Louis-François Durot et fils », dirigée avec son gendre Auguste de LAGARDE ; cédée en 1777 à son associé Bernard Rousselle


Manufacture Royale de porcelaines de Monseigneur le Dauphin copyright.
"fut créée le 13 janvier 1784, place de Carmes, par Louis-François Leperre-Durot, son gendre.

"Dorothée-Julie conclut une alliance toute aussi honorable. Elle unit sa destinée le 10 août 1773 à celle de François-Joseph Leperre, héritier d’une lignée de négociants en épices. Son père, Charles-François, y avait adjoint l’une des activités les plus rémunératrices du moment : le raffinage du sel. Lors du mariage, la position sociale de la famille Leperre atteint un sommet puisque l’oncle de l’époux, Antoine-François, est alors directeur de la chambre de commerce de Lille. Là encore, les jeunes gens s’offrent chacun 25 000 livres.[1]AD Nord, tabellion de Lille 3085-100.

1774 est également l’année que choisit Durot pour établir définitivement sa résidence rue de l’Arc : veuf et père d’enfants mûrs, cet espace lui suffit dorénavant. Il cède alors l’usufruit de sa maison de la rue des Malades à son gendre Leperre.[2] AD Nord, tabellion de Lille 3086-16 et 3090-57 et AM...

Elle produit uniquement de la porcelaine dure selon une nouvelle méthode de cuisson à la houille et non pas au bois grâce au Sieur Vannier. Ce dernier obtient le 24 mai 1785 un privilège industriel pour autoriser la création d’une manufacture à Valenciennes de porcelaine cuite exclusivement au charbon de terre. Un groupe représentant une Descente de Croix d’après Rubens et inscrit « Cuit au charbon de terre ce trente juin 1786 Vannier à Valenciennes»  est conservé dans les collections du Château de Versailles. Comme de nombreuses fabriques à l’époque, la manufacture lilloise cherche un protecteur. C’est ainsi qu’elle envoie un important vase à M. de Calonne en 1785 (conservé au musée des Beaux-Arts de Lille ; inv. C2521) pour lui demander d’intercéder en leur faveur et obtenir la protection du Dauphin. Elle obtient entretemps (1784) l’autorisation de prendre le titre de manufacture royale. Calonne (1734-1802) originaire de Douai avait été Intendant de Flandres et d’Artois (1778-1783) puis contrôleur général des Finances (1783-1787). Le 31 mai 1785, il appelle Leperre-Durot à Paris pour des démonstrations, et désirant que Lille rivalise avec Tournai, envoie un courrier à son successeur à Lille : « (…) il serait à propos que cette manufacture de qui je viens de recevoir un très bel échantillon de ses ouvrages en fit un aux armes du Dauphin (…)"  catalogue de la vente Rémilleux

Une pièce du musée de Lille  est marquée « cuit au charbon de terre en 1785 ».

Marque au « dauphin couronné » et « A Lille ».

Manufactures-Royales-du-DauphinCoeur-dauphin-Saint-Denis-adn    Marque au Dauphin Couronne porcelaine dure de Lille

La Manufacture Royale du Dauphin à Lille  fut mise sous la protection du Dauphin en 1786, l'ainé du roi Louis XVI, Louis Joseph, né en 1781,

mort au début de la Révolution française en 1789; Le titre de Dauphin fut alors porté par son frère, Louis Charles, le futur Louis XVII.
Pour les partisans de Naundorff, ce fut le cœur du Dauphin né en 1781 qui fut étudié et non celui de Louis XVII puisqu’il aurait survécu.
Son cœur fut conservé au Val de Grâce à Paris puis fut récemment authentifié comme Habsbourg et replacé en la basilique de Saint-Denis.

Après la Révolution, elle fut dirigée par Gaboria. Elle ferma en 1817

History of the Manufactures

The Manufactures Royales de Lille, created between 1768 and 1784, are the work of Arnold François Durot, his children and their spouses: LEPERRE, PROUVOST, de LAGARDE 

The Royal Painting Factory: paintings, Indian painting and Damascus and Indian style wallpaper of city of Lille: letters patent from January 25, 1770 (paintings struck with 'fleur de lys' marks) 


Royal Muslin Factory of Houplines from 1768
 

Royal Glass Factory, bought in 1775, directed by his son-in-law Auguste de Lagarde. 

Stepfather of Louis-François-Leperre Durot, founder of the Royal Porcelain Manufactory of the Dauphin copyright., founded in 1784, Place des Carmes in Lille manufactured coal fired hard porcelain. After the Revolution, it was directed by Gaboria. It closed in 1817. In 1786, with the protection of M. de Calonne, the company was placed under the protection of the Dauphin in 1786, the eldest son of King Louis XVI, Louis Joseph, born 1781, died at the beginning of the French Revolution in 1789; hence the mark of a "crowned Dolphin" and "at Lille". The title of Dauphin was then carried by his brother, Louis Charles, the future Louis XVII. Louis Joseph's heart was kept at Val de Grâce in Paris and was recently authenticated as being Habsburgs and placed in the basilica of Saint-Denis.           

Thierry Prouvost takes back these family Factories.

Calonne, protecteur-des-Manufactures-Royales-du-Dauphin-Lille  Urne-Calonne-Manufacture-Royale-du-Dauphin-Lille  Louise_Dauphin-Elisabeth_Vig%E9e-Lebrun_-_Marie-Antoinette_de_Lorraine-Habsbourg,_reine_de_France_et_ses_enfants_

Calonne, ses armoiries sur l'urne du Musée de Lille, la famille Royale par Madame Vigée-Lebrun, avec l'ainé, Louis, Joseph, Dauphin de France.

Charles-Alexandre de Calonne (1734-1802), « financier et homme politique français, nommé contrôleur général des Finances par Louis XVI pour résoudre le déficit public. «  Né à Douai le 20 janvier 1734, Il poursuivit une carrière juridique avant de devenir intendant à Metz en 1766, puis à Lille en 1778, où ses grandes qualités d'administrateur, alliées à ses dons de courtisan, lui valurent d'être nommé contrôleur général des Finances en 1783, peu après la démission de Necker. La situation financière du royaume était catastrophique : aux dettes héritées des règnes précédents, liées aux guerres et aux fastes de la Cour, s'étaient ajoutées les dépenses engagées pour soutenir les colons pendant la guerre de l'Indépendance américaine. Calonne lança d'abord l'État dans une politique de dépenses dont l'objectif était de rassurer le pays sur sa santé financière réelle et, en restaurant la confiance, d'obtenir ainsi de nouveaux prêts. Cependant, la crise financière ne faisant qu'empirer, Calonne reprit les projets de Turgot et Necker, ses prédécesseurs, en présentant, le 20 août 1786, un vaste plan de réformes audacieuses, en particulier dans le domaine fiscal : remplacement des vingtièmes par la»     subvention territoriale », impôt foncier payable par tous les propriétaires, y compris par le clergé et la noblesse, suppression des douanes intérieures et liberté du commerce des grains. Calonne proposait enfin, la création d'assemblées provinciales et municipales élues sans distinction d'ordre. Prévoyant le refus du Parlement, Calonne obtint de soumettre son projet, en février 1787, à l'Assemblée des notables nommée par le roi. Seulement, celle-ci, composée de princes du sang, de ducs et d'officiers, tous privilégiés, rejeta toutes les réformes qui remettaient en cause leurs prérogatives fiscales. Calonne, abandonné par le roi, fut renvoyé en avril et remplacé par Loménie de Brienne. Calonne quitta la France, tout d'abord pour les Flandres, puis pour l'Anglétérre. Il épousa la cause des contre-révolutionnaires et conseilla la noblesse en exil, de 1790 à 1792. En 1802, sous le Consulat, il fut libre de rentrer en France et y mourut peu après»
Wikipedia « Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr) Source : Article Charles Alexandre de Calonne de Wikipédia en français (http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Alexandre_de_Calonne).

MDD-Maigret-2-12-2001-2    MDD-Maigret-2-12-2001

MRD

Vente Remillieux, numéro 274 :le,, à monture en bronze doré , circa 1785-1790


PROVENANCE : Vente Thierry de Maigret, Paris, le 2 décembre 2011, lot 89 a pair of late 18th century Lille porcelain two-handled and monogrammed vases, with ormolu mounts.

D’après la forme des vases de Sèvres dits « Bachelier» , oviformes munis d’anses à enroulement en forme de feuilles d’acanthe, la base du corps godronnée en spirale, le piédouche enrichi d’un tore de laurier enrubanné reposant sur une base carrée ; à décor or sur les faces de médaillons avec deux L entrelacés surmontés d’une couronne royale, les revers de médaillons en grisaille représentant des trophées militaires, encadrés de grands vases antiques polychromes garnis d’importants bouquets de fleurs et reposant sur des consoles rocailles, au-dessus d’une large frise or d’arabesques composée de palmes, guirlande de myrthe, de lauriers et pampres de vigne entrelacées ; les socles en bronze doré de forme carrée, moulurée et à décor amati ; éclats restaurés sur la partie haute des piédouches, quelques usures à la dorure Hauteur totale : 53,5 cm. (21in.) ; Hauteur des vases : 49 cm. (19 in.) 80,000-120,000 $88,000-130,000  £57,000-84,000

« Je me chargerai de lui faire agréer (…) et d’obtenir qu’il approuva que cette manufacture portait son nom (…) provisoirement». Le Dauphin avait alors un peu plus de trois ans… La manufacture va en effet réaliser un important vase pour le Dauphin ; il se trouve aujourd’hui dans les collections du Rijksmuseum (inv. BK-1965-104). Il est intéressant de noter que ces deux vases tout comme la paire qui nous intéresse aujourd’hui s’inspirent de formes créées à Sèvres environ vingt ans auparavant par Etienne Falconet et Jean-Jacques Bachelier (vase « royal»  ou aux « tourterelles» ; vase « à jet d’eau »; vase « Bachelier à anses relevées» ). Une autre paire dans le même esprit (avec leurs couvercles) a été vendue par Maîtres Ader-Tajan-Picard, Paris, 9 mars 1988, lot 20, et avant chez Christie’s, Londres, 5 juillet 1974, lot 181. Même si Falconet est certainement précurseur dans la création de modèles de vases de style néoclassique, ce style est largement diffusé par Jean-Jacques Bachelier. Bachelier débute à la manufacture de Vincennes en 1748 où il fournit des modèles pour l’atelier des peintres ; il devient Directeur artistique en 1751 et finalement prend en charge l’atelier de sculpture de 1766 à 1773 après le départ de Falconet pour la Russie. De nombreux vases ont été créés à cette époque, qui d’ailleurs pour certains portent son nom : vases « Bachelier ovale»  ; « Bachelier à cartouche en relief » , «  Bachelier à deux anses élevées» , « Bachelier à serpens» , « Bachelier à couronne» , « Bachelier à anses élevées» , ou encore cassolette « Bachelier»  Pierre Ennés dans son catalogue, «  Un défi au goût»  mentionne que « le court interim de Bachelier correspond selon nous à une période très importante ; une période charnière dans la production de Sèvres» . En revanche le décor commun retenu pour cet ensemble de vases, outre le décor d’armoiries, de monogrammes et symboles royaux, présente une déclinaison de décor dit « à la Salembier» . Henri Salembier avait réalisé des Cahiers d’Ornements, gravés par Juillet en 1777-78.

Il est considéré comme l’un des précurseurs du style Louis XVI. En 1780 est publié son Cahier d’Arabesques qui sera une source iconographique majeure des arts décoratifs de cette époque. La manufacture perd le Sieur Vannier et la qualité de la production qui n’est plus aussi bonne, contraint Leperre à revenir à l’usage du bois pour finalement la vendre en 1790 à M. Gaboria. Elle change de nombreuses fois de mains et ferme définitivement en 1817.

La paire présentée aujourd’hui est une des très belles illustrations du début de la production de cette manufacture. Probablement produite en vue d’un cadeau pour le roi, ce qui expliquerait les monogrammes aux deux L entrelacés et surmontés de la couronne royale ; il n’est néanmoins pas possible de l’affirmer faute de documents tangibles. Nous tenons à remercier MM. Bernard Dragesco et Didier Cramoisan pour nous avoir confirmé l’attribution à cette manufacture et indiqué le vase conservé dans les collections du Rijksmuseum d’Amsterdam. Dessin préparatoire et plâtre conservés à Sèvres-Cité de la céramique  (avec l’aimable autorisation des archives)."

     Manufactures-Royales-Dauphin-Durot          Manufactures-Royales-du-Dauphin   

A droite: "    Lidded vase. Leperre-Durot Factory, Lille, c.1785. Painted and gilded hard-paste porcelain. The Leperre-Durot porcelain factory was founded in 1784 and shortly afterwards placed under the patronage of three-year-old dauphin, the eldest son of the French king Louis XVI. The lid of this impressive piece is surmounted by the dauphin's crown and the handles are in the shape of dolphins. The crown prince's coat of arms and monogram are incorporated in the decoration. "
     

Manufactures-royales-du-dauphin-musee-Lille

Palais des Beaux-Arts de Lille

Manufactures-royales-Dauphin

Collection Thierry Prouvost

 Assiette porcelaine dure de Lille au Dauphin Couronnee collection Prouvost  Manufactures-Royales-du-Dauphin   Plat-Manufacture-Royale-du-Dauphin

        Manufactures-Royales-du-Dauphin     MRDD     Biscuit Porcelaine dure Durot Manufacture Royale Porcelaine Lille Catherine Prouvost     

Arnould-François Durot installa sa  manufacture-château au château de Beaupré, à Haubourdin, propriété du comte de Roncq

           Chateau de Beaupré Durot

 « Fleuron du patrimoine haubourdinois, le somptueux château de Beaupré, bâti au 13è siècle sur l'emplacement d'une maison religieuse, a été reconstruit au 16è siècle sous l'empereur Charles Quint. L'édifice succombera sous les coups des démolisseurs en 1966 pour laisser place au lycée actuel qui porte son nom. Du château de Beaupré, les anciens Haubourdinois conservent encore le souvenir de son aspect renaissance, de style espagnol. On le découvrait à l'extrémité d'une longue et belle avenue, bordée d'arbres, qui deviendra plus tard l'avenue de Beaupré.

À l'origine, l'édifice est bâti sur l'emplacement d'une maison qui a existé au 13è siècle, occupée par une abbesse de Denain. Ce patrimoine religieux deviendra le château de Beaupré. La demeure est reconstruite au 16è siècle à l'époque de l'empereur Charles Quint (1500-1558) et s'étale sur plusieurs hectares.   Son principal attrait est constitué par une vaste et élégante construction, reliée par un pont franchissant un fossé rempli d'eau qui la cernait. À l'intérieur, on pouvait voir une cour dominée par une tourelle hexagonale aux proportions harmonieuses. Le château appareille joliment la brique et la pierre blanche ; des balustrades apportent une note d'élégance et de raffinement.On dit que Henri VI aurait séjourné dans ce lieu lors d'une partie de chasse.   Abandonné à la Révolution française par sa propriétaire qui émigra à l'étranger, le château est confisqué et vendu par l'État comme bien national à un homme de loi. Par la suite, la propriété du domaine passera entre plusieurs mains, notamment de grandes familles du Nord - Bourguignon d'Herbigny (de 1780 à 1910 environ), Le Blan, Cousin - laissant à deviner que chez ces prestigieux propriétaires, les salons étaient somptueusement meublés, garnis de tapisseries, embellis de plafonds moulurés, de tableaux et d'objets d'art.En 1933, le château de Beaupré et ses dépendances arrivent dans le patrimoine de la commune. Là, les édiles ambitionnent d'y aménager une école, des installations sportives et des colonies de vacances.    Le château connaît des périodes difficiles à la bataille d'Haubourdin, en mai 1940 ; il est gravement endommagé par les obus de l'ennemi. On tente tant bien que mal à le restaurer pour lui rendre sa prestance. Son classement en Monument historique est demandé en 1953. Une expertise des locaux par un architecte conclut que la bâtisse est réparable.Malheureusement, les finances communales ne permettent pas d'engloutir vingt millions de l'époque dans des dépenses de restauration, alors que sévit au lendemain de la guerre une grave crise du logement et que des familles sans abri sont à reloger en priorité.    Il ne reste plus de vestiges de l'imposant château qui fit la splendeur des lieux et l'orgueil des Haubourdinois. On rasera la vénérable demeure qui a eu la malchance de se trouver dans la cible des bombes de l'ennemi. Depuis 1968, s'élève sur son emplacement le lycée actuel qui porte son nom.Le château de Beaupré était bien mort. »


Son beau frère Leperre installa sa manufacture de porcelaine sur la place de la porte Gand

Pattou-porte-de-Gand-LillePattou-hotel-Virnot

A droite la rue de Gand; à l'angle, en gris, l'actuel hôtel Virnot, anciennement Cuvelier
( Les Virnot étaient déjà alliés aux Prouvost au XVIII° siècle)
.
Deux tableaux par le grand Jean Pattou

Au sujet des enfants d'Arnould-François Durot


Alliance Prouvost
L'ainé, François Joseph DUROT  1747-1815,  épousa, le 30 avril 1782, Catherine-Françoise PROUVOST  1752-1801,
( AD Nord, tabellion de Lille 3094-60 et J.-P. Hirsch)
Du-Rot-Prouvost   Du-Rot-Prouvost
Photos Renaud Guibal, Jean Luc Mondanel

fille de Pierre Joseph PROUVOST et de Marie-Catherine RAMERY dit de BOULOGNE :
de gueules, au chevron d'or, acc. de trois têtes et cols de biche du même   Armorial de J.B. RIETSTAP.

«  Le 26 (janvier 1771) Marie Catherine Ramery, veuve en première noces d'André Delebecque, épouse de Pierre Joseph Prouvost, décédée le 24,
agée de 50 ans à été inhumée dans cette église présent son époux et Jean Baptiste Devernay ». Archives du Nord, Roubaix, 1771, p 708/1042


                      Jacques Prouvost 1670-1704
              &1698 Antoinette Masurel 1670-1730

|

| |

Jacques Prouvost 1699-1774

Marie Agnès Florin 1712-1767

Pierre Prouvost 1699-1770
&1724 Marie Jeanne Delebecque 1707-1778


|
                  Pierre Joseph Prouvost 1725-1797
&1751 Marie Catherine Ramery dit de Boulogne 1720-1771
|
            Catherine Françoise Prouvost 1752-1801


roubaix-sous-ancien-regime

"Issue du milieu négociant de Roubaix, cette dernière est la nièce du fabricant de toiles Liévin Deffrenne, associé à la grande maison de Lille « Veuve Deldicq et fils-Brovellio-et Cie ». On voit aisément le bénéfice que l’indiennerie peut tirer de cette union.
•    Peu de temps après l’épisode mouvementé du partage, François-Joseph décide de voler de ses propres ailes, laissant à nouveau planer le spectre d’une faillite. La société est dissoute à l’initiative du cadet le 16 novembre 1781, avec pour conséquence, un nouvel éclatement des mises de fond. Louis-François est contraint de débourser la somme de 60 000 livres pour compenser le départ de son frère. Il est tout de même prévu que ce remboursement sera effectué en six versements annuels. (AD Nord, tabellion de Lille 823-63 et 3093-14)

  François-Joseph est alors sur le point d’épouser Catherine Prouvost, liée aux milieux de la draperie roubaisienne, et assure par là un approvisionnement à son futur commerce. Il se lance lui-même dans l’industrie des indiennes et installe rue de la Nef une modeste manufacture, qui n’atteindra jamais la dimension de celle de son aîné, mais devient rapidement prospère et viable à longue échéance.
•    Si Louis-François se permet le luxe d’une séparation d’avec son frère, c’est qu’il a obtenu des assurances par ailleurs. En effet, dès le 1er janvier 1782, il forme une société en nom collectif avec son principal concurrent : Josse Marousse."


Lignée médiévale des Ramery de Boulogne

armoiries de ramery-de-boulogne

 bourgeois de Lille à chaque génération ;
Marie n’est pas rattachée mais fait très certainement partie de cette famille.
Cette famille porte : De gueules au chevron d'or, accompagné de trois têtes et cols de biche de même.
Le surnom de cette famille indiquerait un lieu d'origine.
(Base Roglo) 

Colart Ramery dit de Boulogne ca 1350|
I
Simon Ramery dit de Boulogne ca 1380
Bourgeois de Lille en 1419
I
Simon Ramery dit de Boulogne ca 1410
Bourgeois de Lille en 1443.
I
Guillaume Ramery dit de Boulogne ca 1440-/1502
Bourgeois de Lille le 6-5-1485.
I
Guillaume Ramery dit de Boulogne ca 1475-/1530
Bourgeois de Lille le 2-1-1495.
I
Mathieu Ramery dit de Boulogne 1515-/1573
Bourgeois de Lille en 1542.
Jeanne Cauchefer
I
Melchior Ramery dit de Boulogne
Bourgeois de Lille le 18-11-1587.

"Pierre-Joseph Prouvost  tenait un journal sur un ordo de Tournai, diocèse auquel appartenait Roubaix. Ce Pierre Prouvost, né en 1725, à Roubaix, avait épousé Marie-Catherine de Ramery, de Mons, en Belgique. Il habitait rue du Fontenoy. Il était l’un des cinquante maîtres de manufacture de tissus. Il était imposé à 12 livres. Le document qu’il nous a laissé est bien curieux. Le 2 novembre 1771, écrit il, nous avons mis en bouteilles une pièce de champagne rouge venant de Monsieur Roussel, de Tourcoing. Nous avons payé 221 florins 15. Il y avait en cave : Bourgogne, vieux Frontignan, vin de Rilly, une pièce de champagne à 22 de gros la pièce, une pièce de Macon à 14 de gros. (…) : Pierre Prouvost reçoit le 20 janvier, la famille : l’abbé Prouvost, Philippe Constantin, son père, Pierre Constantin, son oncle, sa sœur Béatrice Prouvost, qui fut prieure de l’Hôpital sous la Révolution,  sa mère Agnès Florin et d’autres.  (…) : Le 1° septembre, table ouverte pendant trois jours pour fêter la dédicace ducate de Roubaix) : grande réunion des familles de Fontenoy, Desmazières, Charvet, Lenôtre, Deldique,  Deffrennes, Delannoy. En cette circonstance, on a bu 27 bouteilles de Mâcon et 25 flacons de champagne. L’année terminée, on fait l’inventaire de la cave : Pierre Prouvost constate qu’on a consommé pour l’année 1771-72, en liqueurs, Macon, Rilly, Bourgogne et Champagne, 187 flacons et 175 bouteilles »

garemijn
Tableau de Garemijn transcrivant  bien la vie quotidienne des Prouvost au XVIII° siècle.

 
Son cousin germain Pierre Contantin Prouvost habitait rue Saint Georges à Roubaix, « une maison qu’il avait acheté avec cinq autres  pour la sommes de 530 florins, 13 patars et 5 deniers aux héritiers d’Albert et Joseph Lecomte.
La maison avait un magnifique jardin dont les murs étaient couverts de vignes de raisins bleus et blancs. En été les fleurs donnaient un air enchanteur à la propriété, plantée d’arbres à fusées, dont on cueillait les fruits en juillet ; on y trouvait aussi des beurrés, des callebasses, l’amande de Suède. Il y avait deux grandes pelouses qui furent la cause d’un procès entre Constantin Prouvost et son voisin, Pierre Rouzé qui avait la prétention d’y curer son linge. Constantin Prouvost ne dédaignait pas les plaisirs de la table. Les faïences de porcelaine de Tournai et de Lille étaient, à cette époque, d’un usage courant. Il y avait chez lui, de belles pièces d’argenterie portant la marque des Fermiers Généraux de Lille : l’alouette volante : parmi ces pièces, on admirait une grande cafetière Louis XV et un important service à liqueur Louis XVI composé de quatre carafons garnis de rinceaux et roses et, au centre, une pyramide surmontée d’une grosse boule d’argent qui représentait, sans doute, une montgolfière, très à la mode, même dans le ?, à la suite des ballons inventés en juillet 1783. »

Prouvost-Pierre-Constantin
Extraits d’un article par Ernest Prouvost, le peintre, fils de Liévin, auteur de la branche puinée.

petite fille de Pierre Joseph PROUVOST, (1699-1774) (frère de Jacques Prouvost-Florin), maître de manufacture, échevin de Roubaix, et de Marie Jeanne de LE BECQUE , 1707-1778, « d’azur à un chevron d’or accompagnés en chef de deux vols d’argent et en pointe d’une bécasse d’or » Armes de le Becque, famille dont le tronc  se perd dans le XIII° siècle  et qui fournit jusqu'à 17 échevins à Roubaix, sept religieuses de l'Hôpital Sainte Elisabeth, et Marie Barbe de Lespierre;

 Prouvost-Pierre-Joseph

De Le Becque- Delebecque
Flandres
Armes : d’azur à un chevron d’or accompagné, en chef, de deux vols d’argent et, en pointe, d’une bécasse d’or.
Alliances : de Mesmay, Piat, de Wavrin, Mathon, de Lespierre, d’Halluin, de Le Rue, Prouvost.

Marie-Jeanne de Le Becque appartient à une lignée dont le tronc se perd dans le XIII ° siècle  et qui fournit jusqu'à 17 échevins à Roubaix, sept religieuses de l'Hôpital Sainte Elisabeth; le curé Jacques Legroux déclare en 1714 : « le bourg de Roubaix est considérable et ancien ; ses manufactures le rendent célèbre plus que bien des grandes villes en France, en Espagne et ailleurs ». 

                               marie-jeanne-de-le-becque-prouvost                                      de le Becque

                      Marie-Jeanne de le Becque-Prouvost                de le Becque

Le%20Becque

nièce de Béatrix Prouvost est entrée à l’hôpital Sainte Elisabeth de Roubaix, le 15 janvier 1749, à dessein d'y être religieuse et elle y professe et en a été fait prieure en l'an 1764 née le 6 février 1728, fut  chanoinesse de Saint Augustin ; fondé en 1500 Isabeau de Roubaix, en 1764 ; Béatrix s’illustra lors de la Révolution.: Toute jeune, au mois de janvier 1749, elle était rentrée au couvent de Sainte-Elisabeth de  Roubaix. Elle était prieure de son monastère lorsqu’éclata la Révolution. Le 2 novembre 1792, des commissaires envoyés par le district de Lille envahissent la maison et signifient aux religieuses qu’elles ont à se disperser dans les vingt quatre heures. Sœur Beatrix avait alors 65 ans ; A l’heure où les femmes les plus  héroïques ne savaient que bien mourir, sœur Béatrix eut le courage de se défendre. Après une longue captivité, elle sortit de la tourmente saine et sauve mais triste à jamais. On la revit dans la famille, portant le deuil de son couvent détruit et de sa mission interrompue. Elle s’en alla doucement mais elle ne mourut pas toute entière. Son visage resta populaire au foyer des pauvres et au chevet des malades. Sœur Béatrix ressuscitera un jour sous le pinceau d’Amédée Prouvost. "   Lecigne

St-AugustinSt-AugustinSt-Augustin

 nièce de  Jacques II Prouvost (1699-1774) inhumé dans l'église de Roubaix), Maître de manufacture,  épouse à Roubaix 1712 Marie-Agnès Florin (1712-1767), armes-florin fille de Jean Nicolas Florin, membre de la Manufacture de Roubaix et administrateur de la table des Pauvres (1686-1737) et Marie Catherine de Surmont (1692-1744), inhumée dans l'église de Roubaix, sœur de Pierre Constantin Florin, Député suppléant aux Etats généraux de Versailles et premier maire de Roubaix. (sa petite fille Sophie Florin épousa Henri II Prouvost) époux de Marie Bacon de Sains, fille de Philippe et Augustine Macquart(de Terline), de deux religieuses de l'abbaye de Wevelghem et d'une des Brigittines.

Prouvost-Jacques-Florin-Marie-Agnes-InventaireFlorin-industrie

Nièce aussi de Liévin-Joseph DEFRENNE, important toilier associé à « la grande maison de Lille « Veuve Deldicq et fils-Brovellio-et Cie ». 

Pierre-de-Fresne 

Hopital Sainte Elisabeth            etats-generaux-versailles-constantin-florin

Nièce aussi d’Augustine Prouvost épousa Liévin Joseph de Frenne, Sieur du Gaucquier, 1728-1801, négociant, échevin de Roubaix  en 1757-1758, 
Le frère de Béatrix  et Augustine fut Pierre Constantin Prouvost, né en 1743, prêtre curé de Mouscron.
Il existe une très ancienne famille de Fresnes remontant ses preuves de noblesse vers 1340 et qui est connue dans la région de Tournai, Roubaix…Cette famille donne naissance aux seigneurs de Fresnes, du Lobel, du Gauquier… et occupe des fonctions échevinales à Roubaix, de lieutenant de Saulx et du marquis de Salm à Néchin, bailli de Néchin, censier de nombreuses terres, négociant et industriel dans le textile. Eleuthère de Fresnes, seigneur d’un fief à Néchin, s’installe marchand drapier à Tournai
.
Gaucquier-Defrenne-Prouvost

Descendance 

Colard de Fresnes ca 1340
|
Jacquemart de Fresnes ca 1370
|
Philippart de Fresnes ca 1410
|
Jehan de Fresnes, sieur de Lobel ca 1440-1525
&
Marguerite de Le Planque


Blason-de_le_planque

|
Philippart de Fresnes, sieur de Lobel 1463-1500
|
Jehan de Fresnes ca 1480-ca 1539
Propriétaire de fiefs à Néchin
&
Marie de Le Rue


Blason.de_le_Rue-Delerue
|
Hugues de Fresnes ca 1500-1574
Propriétaire de fiefs à Néchin
&ca 1524
Barbe du Gardin
|
Michel de Fresnes ca 1525-1556
Laboureur à Néchin
&1555
Jacqueline Ploucquet ca 1525-1612
|
Jacques de Fresnes /1556-1638/1685
Laboureur
&
Ne Le Febvre 1550-1637
|
Pierre de Fresnes 1600-1693
&1639
Marie du Troncquoy 1610-1688
|
Pierre de Fresnes (Pierre de Frenne)
Né en 1649 - Néchin, Hainaut, Belgique Décédé le 13 octobre 1721 - Néchin, Hainaut, Belgique 72 ans, fils de Pierre de Fresnes 1600-1693 et Marie du Troncquoy 1610-1688  marié   le 7 mai 1677, à Néchin, (Estaimpuis), Hainaut, Belgique, avec Jacqueline Dujardin 1656-1695, dont Marie Jeanne 1678 Jean Baptiste 1680-1742 Liévin Defrenne 1686-1743

   
tapisserie-Lille-de-Frenne

Liévin de Frenne
se plaça dès l’abord  au premier rang des manufacturiers de Roubaix, négociant, fabricant de tapisseries des Flandres en haute lisse, Né le 25 novembre 1686 - Néchin, Hainaut, Belgique, Décédé le 17 janvier 1743 - Roubaix, Nord, 56 ans, de Pierre de Fresnes 1649-1721 et Jacqueline Dujardin 1656-1695  marié le 23 novembre 1718, Roubaix, Nord, avec Marie Jeanne Roussel


Blason-Roussel-Roubaix

La tapisserie de haute lisse est exécutée sur un métier portant la pièce verticalement. Le dessin n’est pas modifié par rapport au carton. « L’histoire de la tapisserie se complique beaucoup à partir de 1415 environ. Il n’est plus question des ateliers qu’on fait subsister les trois tapissiers, c’est-à-dire les vendeurs de tapisseries de Paris. Il est une période où Arras semble tout monopoliser jusqu’en 1445 environ. Puis  on tisse à Tournai, mais aussi à Arras. Si le duc de Bourgogne délaisse les capitalistes d’Arras et leur commerce, les princes italiens s’adressent à Arras, à Lille et à Tournai. Trois villes très proches où la production est abondante ; je ne dirai pas villes rivales. Le fait de la récente frontière qui sépare amicalement Tournai des deux autres villes fait oublier leurs liens du XVème siècle. » En tapisserie, il existe les point d'Halluin, point de Flandre, point de Lys, de Gent et de Brugge etc...

1699-1743, dont Marie Henriette 1726-1795 Liévin Joseph 1728-1795 Geneviève 1730, Geneviève 1730-1788.

Liévin Joseph Defrenne sieur du Gaucquier, négociant, fabricant de tapisseries des Flandres en haute lisse, échevin à Roubaix., Né le 18 avril 1728 - Roubaix, Nord, Décédé en 1795 - Lille, Nord, 67 ans, de Liévin Defrenne 1686-1743 et Marie Jeanne Roussel 1699-1743,  marié le 23 juin 1749, Roubaix, Nord,
marié le 23 juin 1749, Roubaix, Nord, avec Augustine Angélique Josèphe Dujardin, dame du Gaucquier 1725-1755


Alliance
de LAGARDE de BOUTIGNY

 François-Joseph est le frère d’Hubertine-Clotilde épouse d’Auguste Joseph de LAGARDE de BOUTIGNY , seigneur de Bielville & autres lieux trésorier de France au Bureau de Lille ,  chevalier , seigneur de Boutigny, substitut au Bureau des Finances de Lille 1717-1749

Lagarde-Boutigny

De Lagarde de Boutigny  De Lagarde de Boutigny

De Lagarde de Boutigny  De Lagarde de Boutigny 

Resbecq

De Fontaine de Resbecq

Notes sur la descendance de Louis de Lagarde de Boutigny, chevalier de Lagarde, seigneur de Boutigny, baptisé le 12 mai 1717, Valenciennes (Notre Dame de La Chaussée), décédé le 27 janvier 1749, Lille (Saint-Etienne), Nord (peut-être 31 ans), avocat en Parlement de Paris & de Flandres, substitut au Bureau des Finances de Lille, procureur du Roi à la Prévôté le Comte de Valenciennes, marié avec Henriette Barat, baptisée le 23 juillet 1718, Lille (Saint-Maurice), décédée le 23 mai 1784, Lille (Saint-Etienne), (peut-être 65 ans), dont Aimée Adélaïde de Lagarde de Boutigny, née le 10 avril 1749, Lille (Saint-Etienne), Nord, décédée le 27 octobre 1817, Lille, Nord (68 ans), mariée le 3 mai 1773 avec Jean François Joseph Duquesne, seigneur de Surparcq, né en 1742, Esquerchin, Nord, décédé le 29 novembre 1806, Ascq, Nord (64 ans), avocat au Parlement de Flandres, greffier criminel de la Ville de Lille, conseiller à la Gouvernance & Souverain Baillage de Lille,

dont Alexandre Henri Duquesne de Surparcq, baptisé le 8 mars 1774, Lille (Saint Etienne), o Adélaïde Catherine Augusta Duquesne de Surparcq, baptisée le 28 avril 1775, Lille (Saint Etienne), mariée le 17 juillet 1793, Lille, Nord, avec Jean Philippe Bouchez, né en 1766, Revin, Ardennes, chirurgien major au 4ème Régiment de Chasseurs du Nord. o François Régis Duquesne de Surparcq, baptisé le 8 juillet 1776, Lille (Saint-Etienne), Nord, décédé le 12 juin 1806, Siegen, Rhénanie du Nord Westphalie, Allemagne (peut-être 29 ans), garde magasins de la 1ère Division de Dragons de la Grande Armée. o Aimée Charlotte Clothilde de Duquesne de Surparcq, baptisée le 17 août 1777, Lille (Saint Etienne), o Ildephonse Ferdinand Duquesne de Surparcq, né le 1er septembre 1778, Lille (Saint-Etienne), Nord, baptisé, Lille (Saint-Etienne), o Catherine Suzanne Duquesne de Surparcq, née le 20 octobre 1779, Lille (Saint-Etienne), Nord, baptisée le 2 novembre 1779, Lille (Saint Etienne), mariée le 3 février 1801, Ascq, Nord, avec Jean Baptiste Prosper Moroy, né le 28 juin 1768, Reims, o Charles Désiré Duquesne de Surparcq, baptisé le 14 novembre 1781, Lille (Saint Etienne), o Aimé François Duquesne de Surparcq, baptisé le 21 octobre 1782, Lille (Saint Etienne), Nord, décédé le 13 avril 1840, Hôpital Maritime de Fort Royal, Ile de la Martinique (peut-être 57 ans), huissier du Conseil Privé, capitaine de la 1ère Légion du Nord. Caroline Henriette Nathalie Duquesne de Surparcq, baptisée le 9 novembre 1784, Lille (Saint Etienne), Nord, décédée le 7 janvier 1785, Lille (Saint-Sauveur), (peut-être un mois). Albertine Olympiade Lucie Duquesne de Surparcq, baptisée le 29 mai 1786, Lille (Saint-Maurice), mariée le 12 février 1806, Ascq, Nord, avec Benoît Joseph Bucquoy, né le 13 mars 1768, rentier à Taisnières en Thiérache. o Odile Sophie Duquesne de Surparcq, baptisée en 1788, décédée le 28 avril 1789, Lille (Sainte-Catherine), (peut-être un an). 
 

de Dorothée-Julie DUROT épouse de François-Joseph LEPERRE, fondateur de la Manufacture Royale de porcelaines de Monseigneur le Dauphin, neveu d’Antoine, dirige la chambre de Commerce de Lille , 

de Marie-Catherine et Amélie-Félicité  DUROT qui épousèrent deux frères : Pierre-François et Jean-Baptiste Beghein d’Aignerue.


de Pierre-Marie-Régis DUROT qui épousa la fille d’un des plus gros fabricant de toiles peintes des Pays-Bas catholiques : la gantoise Anne-Barbe CLEMMEN

de Louis-François DUROT qui épousa Marguerite BAYARD, riche propriétaire aux Antilles

" Se sentant injustement privilégié et désirant éviter un procès long et onéreux, Louis-François cède et accepte de réviser le testament. Il renonce à de multiples avantages par une convention avec ses frères et sœurs le 27 juin. Il reste seul à pouvoir exploiter la manufacture de la rue de l’Arc et à utiliser la raison sociale « Louis-François Durot et fils », clause primordiale en terme commercial. La société est tout de même prolongée jusqu’au 31 décembre 1780, afin d’établir un bilan exact des comptes. Louis reste également libre de reprendre le château de Beaupré à son compte, mais en laisse finalement la disponibilité à la communauté. Il renonce également au legs de tous les meubles de la succession, ainsi qu’à la jouissance de la Cour des bateliers. " " 1781. Le premier quart échoit à Régis, les trois autres quarts revenant à Louis-François et François-Joseph, qui décident de poursuivre l’association à deux." "Louis-François Durot est affaibli mais pas abattu. Il reste associé dans un premier temps à son frère François-Joseph, conserve la manufacture, ainsi que les 3/4 des toiles formant la matière première. Il garde également une forte complicité avec son autre frère Augustin, reconverti exclusivement dans la blanchisserie et la teinture, et résident à Beaupré, dont il a racheté le bail."

de Nathalie-Françoise DUROT, dominicaine au couvent de Lille

de Patrice-Joseph DUROT, religieux à l’abbaye de Marchiennes.

Abbaye de Marchiennes

Abbaye de Marchiennes



Alliance  CLEMMEN

Pierre-Marie-Régis DUROT époux d'Anne-Barbe CLEMMEN

Durot-ClemmenDurot-Clemmen

Photos Renaud Guibal, Jean Luc Mondanel

14 mai 1751 : Naissance - Lille (St-Etienne), Nord Pas de Calais, France.

Malgré une erreur de jeunesse et un fils naturel reconnu, Pierre-Marie-Régis est le premier à trouver l’âme sœur. Le 23 février 1779, il épouse Anne-Barbe CLEMMEN (des barons de PETEGHEM) - Gand (Saint-Jacques),  fille de l’un des plus gros fabricants de toiles peintes des Pays-Bas catholiques : la gantoise Anne-Barbe Clemmen. L’homogamie est parfaite, peut-être même trop pour éviter les conflits dus à la concurrence naturelle entre des entreprises similaires. La manufacture de Josse Clemmen semble tout de même surpasser celle de Durot.

 Régis Durot, lui aussi indienneur. Depuis son alliance avec Anne-Barbe Clemmen, ce dernier s’est rapproché de sa belle-famille au point de rompre les liens avec la sienne. Il apparaît d’ailleurs dans la succession de son père comme le plus virulent à l’égard des privilèges réservés à son aîné. Son beau-père, Josse Clemmen, est un important négociant belge, en cheville avec l’Espagne et la France. En 1777, il avait érigé à Gand une imprimerie de toiles avec le soutien actif du gouvernement autrichien. Acteur d’un succès fulgurant, il emploie désormais 400 ouvriers et associe à son entreprise ses sept enfants. Véritable brasseur d’affaires, il semble surpasser Durot dans la mesure où il arme lui-même ses navires, là où son homologue français se contente de diversifier ses participations industrielles.

 L’ambition de Josse Clemmen et de son gendre fait de l’ombre à Durot et Marousse. La rivalité se fait plus pressante du fait des conflits familiaux. Afin de promouvoir une implantation durable, le négociant gantois a d’ailleurs largement investi dans l’immobilier lillois. S’étant rendu propriétaire d’une maison rue Basse, il y installe son gendre, et finance totalement les infrastructures de la fabrique. Il lui adjoint même l’un de ses fils, Liévin-Jacques, pour le seconder dans cette vaste entreprise. Tant et si bien que Pierre-Marie-Régis paie désormais une capitation plus forte que celle de son frère (80 livres contre 75 pour Louis-François).

 La menace se précise fortement peu après. Prenant prétexte d’un arrêt du Conseil d’État du 10 novembre 1785, intimant à tous les indienneurs de se faire connaître, Clemmen lance une requête osée au Magistrat le 13 janvier 1786.  Il y réclame le bénéfice de l’apposition du plomb de la ville sur ses toiles peintes, ce qui suppose bien sûr un contrôle de la part des autorités. Méfiant, le procureur-syndic, dont l’amitié envers Arnould-François Durot s’est reportée sur son fils, consulte Louis-François sur le bien fondé d’une telle demande. Immédiatement, la fraude saute aux yeux du fabricant : Clemmen tente d’obtenir une marque française afin de vendre illégalement les toiles colorées dans son atelier de Gand et importées à Lille en secret.

 Tentant de faire vibrer la fibre sociale des échevins, le gantois envoie une seconde missive dans laquelle il exprime son désir d’attirer des imprimeurs anglais et hollandais qui favoriseraient l’essor de ce pan d’industrie au bénéfice de toute la cité ; le refrain est déjà connu… C’est sans compter sur l’audience de Durot, à qui tous les caciques de la ville sont liés. Réitérant son désaccord, celui-ci fait échouer la requête le 28 février. Il faut signaler que lui et Régis sont toujours en procès suite à la liquidation de la succession paternelle, et en particulier à l’attribution du château de Beaupré. Cet épisode précipite certainement l’établissement d’un Bureau des Manufactures à Lille le 23 mars 1786. Si Durot se contentait aisément de l’absence d’un tel organe auparavant, il est désormais un rempart face aux abus d’une concurrence agressive. Clemmen voit ses rêves de grandeur momentanément stoppés par ce refus, le soutien des institutions étant toujours acquis à l’artisan local : Louis-François Durot.

10  avril 1830 Décès - Gand (Rue des Champs N° 167); il habitait en 1802 rue MARJOLAINE, puis dès 1805 la rue des Champs. A son décès ses héritiers vendent les bâtiments de la Manufacture Clemmen, semblant s'y désintéresser.

Il fit partie des 8 Conseillers Communaux de Gand désignés par l'occupant français le 26 Décembre 1795. Il acquiert en 1801 le Braem Kasteel à GENTBRUGGE, qui avait appartenu au XVIIème siècle à Charles TRIEST, frère d'Antoine, évêque de GAND; il agrandira le parc et procédera à diverses modifications du bâtiment. Il est membre de la Société D'Agriculture et de Botanique de Gand. 

 Louis XVIII à Gand

" Le 1er mars 1815, décidément trop à l'étroit dans son petit royaume de l'Ile d'Elbe que lui ont concédé les Alliés après sa chute l'année précédente, Napoléon débarque à Golfe Juan. Commence alors, selon la propre expression de l'Empereur, le «vol de l'Aigle» qui va, de clocher en clocher, le conduire le 20 mars jusqu'aux tours de Notre-Dame à Paris, où il retrouve son bureau du Palais des Tuileries.
La veille, le 19 mars, le roi Louis XVIII, abandonné progressivement par tous ceux qui lui avaient juré fidélité comme le Maréchal Ney (lequel lui promettait de «ramener l'usurpateur dans une cage de fer» mais va se rallier à «son» Empereur), prend à nouveau le chemin de l'exil, évitant ainsi à la France une guerre civile inutile et fratricide. Il trouve refuge à Gand, alors incluse dans le royaume des Pays-Bas, où l'hospitalité lui est accordée par le comte Jean-Baptiste d'Hane-Steenhuyse qui l'installe dans son hôtel particulier éponyme.
C'est là, pendant toute la durée des Cent-Jours qui s'achèvent avec la seconde abdication de Napoléon consécutive à la défaite de Waterloo le 18 juin 1815, que le roi Louis XVIII va organiser et diriger le gouvernement royal en exil, faisant ainsi de Gand la capitale du royaume de France, jusqu'au retour du roi à Paris le 8 juillet 1815.

 
Le 22 mars, Louis XVIII se dirigeant vers Gand, s'arrêta dans la Résidence du Comte Louis de Brigode, accompagné de ses fidèles, Maréchaux et Ministres. Il y a aussi le Comte Simeon, préfet de Lille, Monsieur de Gramont, le prince de Poix, le prince de Condé, le duc d’Orléans, Jancourt Bourienne, le Père Elisée, Blacas, les maréchaux Berthier, Mortier Mac-Donald.

. L’hôtel d’Avelin avait été vendu par Pierre-Urbain Virnot en 1809 au marquis (François) d’Hangouwart par son commanditaire. »; la tante de Pierre Urbain VIRNOT, la sœur de sa mère Catherine Charlotte Virnot-Lenglart, avait épousé Jean Chrysostome de Brigode, seigneur de Canteleu; son autre soeur Virnot de Lamissart-Lenglart avait un gendre et une belle fille Prouvost.

Basserode-Brigode-Louis-18 

Cette lithographie de Debucourt, d’après un tableau du chevalier de Basserode ,

représente le roi Louis XVIII faisant ses adieux

Brigode-Louis.

Avelinavelin_trois_quart

Basserode-Revue%20du%20Nord-1938-vol%2024-num%2093-pp.%2074-78.jpg

Basserode Revue du Nord-1938-vol2024-num 2093-pp.74-78

 

Pierre de Brigode, seigneur de Canteleu 1665-1751
&1707 Anne Thérèse Wielems +1758

 

 

Nicolas Hubert Joseph Lenglart, seigneur des Rosiers 1701-1766
&1738 Alexandrine Gabrielle Albérique Carpentier 1711-1778

 

 

|

 

 

|

 

 





 

 





 

 

|

 

 

|

 

 

|

 

 

|

 

 

Pierre Jacques Joseph de Brigode, seigneur de Kemlandt 1724
&1771 Marie-Catherine Recq

brigode-Pierre-Jacques-JosephBrigode-anappes

 

 

Jean Chrysostome Joseph de Brigode, seigneur de Canteleu 1712-1768

 

 

Marie Reine Lenglart 1744-1817

 

 

Marie Anne Lenglart 1742-1822
&1760 Charles Louis Virnot, seigneur de Lamissart 1737-1808

 

 

|

Dont Louis de Brigode epx Emilie Pellapra

Brigode-David-Pellapra

 

 

|

 

 


 

 

|

dont

  Rose-Marie épx Jean-Baptiste PROUVOST,

  Louis-Urbain épx Aimée-Joseph PROUVOST dont   Urbain-Léon PROUVOST

 

 

|

 

 





 

 

|

 

 

|

 

 

 

 

 

|

 

 

Parenté Virnot et Prouvost de Marie de Brigode-Lenglart

 sœur de Catherine Charlotte Virnot-Lenglart

urbain_dominique.0.virnot Hotel-Virnot-place-Saint-Martin-Lille

soeur de Marie-Alexandrine Virnot de Lamissart-Lenglart dont deux enfants épousèrent des Prouvost: 

Rose-Marie VIRNOT de LAMISSART (1772-1851) épousa, le 13 Brumaire an III (Novembre 1795), Jean-Baptiste PROUVOST, né la Madeleine-lez-Lille, âgé de 29 ans, fils de Jean-Baptiste, « practicien» et de feue Marie-Madeleine-Elisabeth Baillant (fille de Jacques et de défunte Marie-Magdeleine Malfait), fils de « sieur Jean Baptiste Prouvost», né à Wasquehal, bourgeois de Lille en 1776, fils de Robert Prouvost et Marie-Anne Joseph Florin, décédé le  7/5/1797, sans postérité ; remariée à Marie-Jean-Charles Gennart, receveur des domaines, + 12/2/1834, + paroisse St-André 15/11/1881dont le beau frère était Charles-Alexandre-Joseph Rameau : sans enfant et grand amateur de fleurs, celui-ci se retira a Mons-en-Pévèle, ou il mourut laissant par donation entre vifs des 7 et 15 Septembre 1875 à la Ville de Lille, une somme de 480.000 francs pour l'érection d'un palais destiné aux concours agricoles et aux expositions florales.

et son frère  Louis-Urbain VIRNOT de LAMISSART, né le 23 Novembre 1779, décédé le 20 septembre 1837; en Prairial an X (3I mai 1802), épouse Aimée-Joseph PROUVOST, décédée le 30 Mai 1819, 44 ans, fille de Jean Baptiste Prouvost, négociant et Marie-Magdelaine Isabelle Joseph Baillant, dont un fils Urbain-Léon PROUVOST, né le 29 Fructidor, an XII (16 Septembre 1804), décédé le 26 Vendémiaire 15/12/04. le 11 Prairial an X (3I Mai IS02), il avait épousé Aimée-Joseph PROUVOST, décédée le 30 Mai 1819, âgée de 44 ans, dont un fils Urbain-Léon VIRNOT de LAMISSART, ne le 29 Fructidor, an XII (16 Septembre 1804), décédé le 26 Vendémiaire (I5 Décembre de la même année). A propos de l'hôtel Virnot de Lamissart, en janvier 1838, Barthélemy Delespaul, dit Delespaul Aîné, achète aux héritiers de Monsieur Virnot-Delamyssart, moyennant 91.720 francs, une belle maison avec atelier adjacent, située 73 rue de Jemmapes à Lille (actuellement 52, façade de l'esplanade à Lille); Il s’agit de la succession de Louis-Urbain VIRNOT de LAMISSART.

hotel-virnot-de-lamissart       Pattou-Jean-facade-esplanade-Lille    Hotel-Virnot-de-Lamissart-rue-de-la-Barre-Lille
A gauche l'hôtel Virnot de lamissart, rue de la Barre à Lille et deux vues de l'hôtel Virnot de lamissart de la façade de l'Esplanade à Lille
dont une vue onirique du grand Jean Pattou

Hotel-Virnot-de-Lamissart-Lille

et soeur de Charles Lenglart-van Nuffel
(1740-1816), connu pour sa proximité avec Louis et François Watteau, dits Watteau de Lille. Comme l'écrit Paul Marmottan dans la monographie qu'il a consacrée en 1889 aux deux artistes, "Charles Lenglart devina les Watteau, il les prit en affection, les soutint de ses encouragements et les admit même à son intimité. Le grand-père de notre ami M. Jules Lenglart -dont vous connaissez tout le dévouement à l'Union artistique qui le compte parmi ses zélés fondateurs,- rassemblait déjà sous Louis XVI une collection de tableaux remarquable, dont les tronçons encore très considérables ornent aujourd'hui encore les demeures hospitalières et si artistiques de ses petits-enfants et arrière-petits-enfants. On y trouve, en effet, en parfait état de conservation, des peintures qui ne sont pas sorties de la famille, depuis un siècle, et à côté d'une riche variété de Watteau, joyau de cet ensemble, des maîtres classés comme Drolling, Boilly, Lafitte, Demarne, Mlle Gérard, etc. ... Bien peu de familles peuvent avoir encore la bonne fortune d'exhiber des trésors pourvus d'un acte d'état-civil aussi authentique! Honneur à ceux qui se transmettent ainsi de génération en génération le noble goût des arts et conservant du même coup leurs productions distinguées, nous apprennent à l'aimer davantage par la fidélité même du culte dont ils donnent l'exemple."
 
 
Charles-Lenglart

A Gand, le Roi et sa suite logèrent pendant trois mois dans deux demeures : l'hôtel d'Hanes et l'hôtel Clemmen: la fille de Josse Clemmen était la belle soeur de Catherine Françoise Prouvost.

L'hôtel d'Hanes à Gand
"Cet ‘hôtel de maître’ du 18eme siècle est l’un des plus notables et somptueux de la ville. C’est ici que le comte Jean Baptiste d’Hane de Steenhuyse reçut des chefs d’Etat tels que Frédéric I, prince d’Orange et Alexandre I, tsar de Russie. Le roi Louis XVIII trouva refuge dans cette demeure lors de sa fuite pour les troupes de Napoléon en 1815 où il forme une version réduite de la cour qu'il tenait aux Tuileries. " Il trouve l'appartement sublime si bien qu'il dit que « ce logement était préférable à tous ceux que j'avais habité lors de ma première sortie de France ». Il y forme un ministère où Blacas est à la Maison du Roi, Beugnot à la Marine, et Jaucourt aux Affaires étrangères. Tous trois occupaient ces postes sous la Première Restauration, par interim en ce qui concerne Jaucourt. S'y joignent Feltre à la Guerre, Lally à l'Instruction publique, et enfin Chateaubriand à l'Intérieur (ce dernier étant mal supporté par le souverain). Des messagers tiennent régulièrement le souverain au courant des affaires de la France, et permettent à différents courants de faire pression dans le sens de leurs idées. C'est ainsi le cas de François Guizot qui se rend aux côtés du roi pour lui dispenser des conseils venus de Royer-Collard. Louis XVIII possède également de nombreux conseillers qui l'ont suivi à Gand comme le maréchal Marmont, duc de Raguse et le maréchal Victor, duc de Bellune. Le comte de Bourmont, quant à lui, rejoint le Roi dans ses dernières heures d'exil, faisant défection à Napoléon le 15 juin, soit 3 jours avant Waterloo. Certains, en revanche, s'illustrent par leur absence : c'est le cas de Talleyrand qui profite de sa présence au Congrès de Vienne pour temporiser."
Durot-Hanes


L'hôtel Clemmen à Gand


La fille de Josse Clemmen était la belle soeur de Catherine Françoise Prouvost.. 8 Avril. " Le duc de Wellington, commandant en chef des armées alliées, visite les travaux de défense de la ville de Gand afin de mettre celle-ci " l'abri d'un coup de main de la part des Français. Il revient " Gand le 15 et va inspecter les travaux de défense du littoral. Le duc de Wellington descend chaque fois rue des Champs dans la maison du fabricant Clemmen (aujourd'hui imprimerie vander Haeghen), en face de celle habittée par le roi Louis XVIII, hébergé dans l'Hôtel d'Hane-Steenhuyse

Durot-2-Clemmen-arnold_vander_haeghen_museum

 En 1771, Joos Clemmen, un des premiers barons du textile gantois, devint propriétaire d’un palais dans la Rue des Champs (Veldstraat). David ’t Kindt, talentueux architecte rococo à Gand, avait acheté préalablement cette demeure (à l’origine trois plus petites maisons) sans jamais avoir achevé l’aménagement. Clemmen s’occupera de l’achèvement et de la somptueuse décoration intérieure. Le grand salon côté jardin fut décoré de tentures de soie chinoise peintes. Aujourd’hui ce salon chinois est absolument unique. Nulle part on trouve un ensemble aussi intact.et des peintures murales des 18e et 19e siècles. Dans le fond du jardin, le long de la Lys, Clemmen fit construire un bel entrepôt de style classiciste où il a établi une imprimerie de coton.Le Musée Arnold Vander Haeghen comprend une reconstruction du bureau et la bibliothèque du gagnant du prix Nobel belge Maurice Maeterlinck, les cabinets de Charles et Victor Stuyvaert Doudelet.
En 1836, la demeure a été détenue par la famille Vander Haeghen Gand. La famille a quitté le bâtiment légué à la ville de Gand, mais à la condition que la fonction de musée serait donnée. En 1953, le bâtiment était également ouvert comme un musée et nommé d'après Arnold Vander Haeghen (de 1869 à 1942). Depuis 1997, le bâtiment est également utilisé par la culture des services et des Arts de Gand.Aujourd’hui singulière parmi la longue rangée d’étalages, la maison de maître avec sa splendide façade était pourtant là la première!"

"David François 't Kindt1, né à Gand, comté de Flandre (Pays-Bas du Sud, dans le Saint-Empire), le 12 janvier 1699 et y décédé le 14 juillet 1770 est un architecte flamand actif à Gand, capitale du comté de Flandre.
Il figure avec son confrère Bernard de Wilde, parmi les représentants les plus marquants du rococo gantois. Son art se caractérise par une influence du baroque exubérant de l'Allemagne du Sud pondéré par le style Louis XV.
Il reçut une formation traditionnelle de maître d'œuvre au sein de la corporation des charpentiers dont il reçut la maîtrise à 27 ans.
Il créa surtout de beaux hôtels de maître où son style particulier se remarque.
Œuvres à Gand
    Le Corps de Garde, 1738.
    l'hôtel 't Kindt, construit en 1746 à la place de l'ancien steen de la famille Damman van Oombergen, et vendu lors de la construction à la famille de Ghellinck.
    L'hôtel de Coninck (1753), siège du Design Museum Gent
    L'hôtel d'Hane-Steenhuyse (1768)
    L'hôtel Clemmen (1746-1772), actuellement "Musée Vander Haeghen".

Durot-Clemmen-Braem

Le château de Braem, acheté par Josse Clemmen revint à Régis Durot 1751, Lille 10 avril 1830 époux d'Anne Barbe Clemmen.

"Le Château Braem 

Durot-Clemmen-Braemkasteel_Gentbrugge

est un château dans le district de Belgique Gentbrugge dans la province de Flandre-Orientale. Le château est situé dans le parc français Néanmoins, nommé d'après un ancien maire de Gentbrugge.
Hughe Braem et Isabelle Van Halewijn construit le château au 14ème siècle. Le château était alors le Canal Reed, une ligne de défense majeur autour de la ville de Gand. Dans les travaux de rénovation du 19ème siècle fait en sorte que le château a obtenu sa forme actuelle. Dans le début du 20e siècle, le propriétaire de la Kethule Groverman de famille. Gentbrugge a acheté en 1946, utilisé comme la mairie jusqu'en 1974 et a donné le nom de son dernier maire au parc.
L'académie
En 2012, l'Académie des Arts de Pont Gand sur la base ici, autrefois connu comme l'Académie de la musique, parole et danse Emiel Hullebroeck. L'académie donne l'éducation à temps partiel pour tous les groupes d'âge. L'académie est à côté de l'école principale de six départements qui sont logés dans d'autres endroits."

Alexandre Lauwick, peintre, est un des petit-fils de Catherine-Françoise Prouvost,
épousa en 1864 Thérèse Riesener 1840-1932, dont Gabrielle 1865-1945  Laure 1868-1894

Femme juive d’Alger 1861 par Alexandre Lauwick     

Lauwick-AlexandreLauwick,%2021-george-5-Paris

« Alexandre Abel Félix Lauwick, parfois orthographié Lauwich, né le 24 mars 1823 à Lille et mort le 6 février 1886 au 21, avenue George V à Paris 8°, est un peintre orientaliste français. Issu d'une grande famille de la bourgeoisie lilloise, Alexandre Lauwick est le fils de Charles Frédéric Joseph Lauwick, propriétaire, et Catherine Françoise Joseph Durot, et le petit-fils de Catherine-Françoise Prouvost. En 1864, il épouse à Paris Louise-Thérèse Riesener, nièce d’Eugène Delacroix. Après des études aux beaux-arts de Lille, Alexandre Lauwick est élève de Charles Gleyre aux beaux-arts de Paris. Il peint ensuite sur le motif à Barbizon, puis voyage en Italie et en Afrique du Nord. Il reste alors plusieurs années en Algérie où il fait partie de la Société des Beaux-Arts d'Alger. Il a exposé au Salon de Paris de 1850 à 1869 des toiles exclusivement orientalistes. Œuvres :Femme juive de la province d’Alger (1861), Palais des beaux-arts de Lille.

« Oeuvres exposées au salon annuel organisé par le Ministère de la Maison de l'Empereur et des beaux-arts (Surintendance des beaux-arts), en 1865, au Palais des Champs-Elysées à Paris. Tirage photographique sur papier albuminé représentant : - "Retour de l'enfant prodigue", tableau par François Germain Léopold Tabar, No 2030, appartient à l'auteur;

- "Léda", tableau par Gaston Casimir Saint-Pierre, No 1914, appartient à l'auteur; - "Jésus, source de vie", d'après le chapitre VII, verset 37 de l'Evangile selon St-Jean, tableau par Charles Henri Michel, No 1511; - "Une rue au Caire", tableau par Alexandre Lauwick, No 1258; - "La Vierge et l'Enfant Jésus", d'après l'Evangile de la Saint-Enfance, tableau par Albert Lambron, No 1209.

Boutet-de-MonvelAlexandre Lauwick

Salons de Paris : « Peintres orientaliste »:

Bernard Boutet de Monvel : « le premier tableau algérien que Maurice Boutet de Monvel se décide à présenter au Salon en 1880, Sur les hauts plateaux - un tableau qui avait été peint devant le motif en 1876 »

Alexandre Lauwick : salons de Paris de 1850 à 1869 des toiles exclusivement orientalistes ; il  reste plusieurs années en Algérie où il fait partie de la Société des Beaux-Arts d'Alger.

                                                                                                                            

Thérèse est la fille de Léon Riesener (1808-1878)

Leon-Riesener

Elève de son père Henri-François Riesener et d’ Antoine-Jean Gros. Passionné de beau, recherchant les techniques nouvelles de coloris, Léon Riesener a dès sa jeunesse une carrière de lutte contre le goût de son temps malgré toutes les difficultés rencontrées. C'est au retour de son père qu'il fait plus ample connaissance avec son cousin germain Eugène Delacroix, plus âgé que lui de dix ans, qui fit son portrait :

Petite fille de Henri-François Riesener (1767-1828),

fils du grand ébéniste et père de Léon Riesener, fut élève de Vincent, puis de Jacques-Louis David, dont il quitta l'atelier pour aller à l'armée au moment des guerres de la Révolution. Il fit des portraits d'Eugène de Beauharnais, de Napoléon, du comte de Cessac. En 1815 il alla en Russie et y resta sept ans, où il fit un portrait équestre du tsar Alexandre. Il mourut peu après son retour à Paris. C'est Henri Riesener qui fit entrer son neveu, Eugène Delacroix, dans l'atelier de Guérin. Henri-François Riesener meurt à Paris, le 7 février 1828.

Henri Francois Riesener                 Félicité Longrois

époux en 1807 Félicité Longrois, dame d'annonce de l'impératrice Joséphine.

 Arrière-petite fille de Jean-Henri Riesener (1734-1806),

élève de Jean-François Oeben. Il épouse la veuve de ce dernier, Françoise-Marguerite Vandercruse. Reçu maître en 1768, il est nommé « ébéniste ordinaire du roi » en 1774, et pendant dix ans il fournira la Cour et la famille royale en meubles fastueux de style néo-classique. Il est considéré comme l'un des meilleurs représentants du style transition et achèvera notamment le célèbre bureau à cylindre de Louis XV commencé par Oeben. Parmi ses spécificités il convient de noter l'utilisation de bronzes dorés d'une très grande finesse; il est l'un des premiers à dissimuler systématiquement les fixations de ces derniers. Avec l'aide de Pierre-Elisabeth de Fontanieu, intendant du Garde-Meuble, Riesener est celui qui fera évoluer le style Louis XV vers le style Louis XVI. Après la Révolution Française sa popularité décline et il se retire en 1800. Pendant les ventes révolutionnaires, il rachète une partie de sa production à des prix inférieurs à ceux auxquels la Couronne les lui avait achetés mais ne parviendra pas à les revendre, étant donné qu'une grande partie de sa clientèle a disparu mais également du fait que le goût ai changé.

 Bureau Roi Riesener VersaillesRiesener JH

Le bureau du Roi et portrait de Jean-Henri Riesener par son fils Henri-François

Françoise-Marguerite Vandercruse  est la fille de François Vandercruse dit La Croix, 1728-1799, ébéniste, flamand d'origine, surnom emprunté également par son fils, Roger, ébéniste à la Cour, lui aussi, qui signa ses œuvres R.V.L.C. pour Roger Vandercruse La Croix, célèbre ébéniste qui estampillait RVLC : bien que travaillant surtout pour d'autres, le marchand Poirier (vers 1720-1785) ou les ébénistes Pierre IV Migeon (1701-1758) et Jean-François Oeben (1721-1763), il exerce des charges importantes de sa corporation. Il produit aussi pour la Couronne au début des années 1770, par l'intermédiaire de l'ébéniste de la Cour Gilles Joubert (1689-1775). Admis à la maîtrise en 1755, il pratique d'abord largement la marqueterie de fleurs, puis plus volontiers les motifs géométriques: croisillons - enserrant ou non des barbeaux ou bleuets, losanges imbriqués, coeurs et losanges entrelacés. Dans les années 1760, il partage avec Oeben les décors en cercles imbriqués. En un temps où s'impose l'acajou, il préfère les plaquages de bois clairs, bois de rose puis citronnier. Il livre surtout des meubles légers et des commodes transition, à caisson droit sur pieds galbés. RVLC réalise plusieurs secrétaires en armoire de forme légèrement galbée ouvrant à rideaux coulissants, avec des bronzes d'un rocaille assagi. Plus tard le modèle achevé du secrétaire ouvrira à abattant ou à cylindre. A l'intérieur de celui-ci, la marqueterie partiellement colorée conserve sa vivacité d'origine.

RVLC bureau

Thérèse Riesener est la nièce du peintre Eugène Delacroix, cousin germain de son père Léon RIESENER : Eugène Delacroix est le quatrième enfant de Charles Delacroix et de Victoire Oeben. Son père a été le secrétaire de Turgot (homme politique libéral) qu'il a suivi de Limoges à Paris. Député de la Marne, sous la Convention, il vote la mort du roi, comme le peintre David. Rallié à l'Empire, il devient préfet de Marseille en avril 1800, puis trois ans plus tard, en avril 1803, préfet de Bordeaux où il meurt le 4 novembre 1805. Sa mère, née en 1758, descend d'une famille d'ébénistes de renom les Oeben. Son grand-père, le père de sa mère, Jean-François Oeben est le célèbre ébéniste de Louis XV. Elle est également apparentée aux Riesener par le mariage de sa mère avec Jean-Henri Riesener. De cette seconde union est né Henri-François Riesener, peintre, demi-frère de Victoire et oncle d'Eugène Delacroix. Elle est morte le 3 septembre 1814, en le laissant dans un grand dénuement.

Le couple a eu, au total, quatre enfants : trois garçons et une fille. Charles-Henri, l’aîné, est né le 9 janvier 1779 et a fait une très belle carrière dans les armées impériales. Promu maréchal de camp honoraire en 1815, il est démobilisé avec le grade de général (mais en qualité de demi-solde)5. Le second enfant, une fille, Henriette, est née en 1780 et est morte en 1827. C’est en 1797 qu’elle épouse Raymond de Verminac (1762-1822)6, un diplomate. Elle recueille son frère en 1814, à la mort de sa mère. A la demande de son mari7, David fait son portrait (Musée du Louvre), en 1799, dans une formule qu'il développe dans les dernières années de la Révolution, c'est à dire le modèle assis, coupé aux genoux, sur un fond uni8. Son mari fait également sculpter par Joseph Chinard (1756-1813) son buste en Diane chasseresse préparant ses traits (1808, Musée du Louvre)9. Son second frère, Henri, est né en 1784 et est tué le 14 juin 1807, à la Bataille de Friedland. Le règlement de la succession maternelle ruine la famille Delacroix. Ce désastre engloutit toute la fortune des enfants (une propriété, achetée par la mère de l'artiste afin de couvrir une créance, dû être vendue à perte).

 Eugene delacroix  Delacroix-1842-daguerotype-par-Leon-Riesener

Eugène Delacroix : daguerréotype de 1842 par son cousin Léon Riesener, Daguerréotype

H. 6 ; L. 4,3 cm © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / René-Gabriel Ojéda

«  Léon Riesener et Eugène Delacroix étaient cousins germains. Leur grand-mère commune, Marguerite-Françoise Vandercruse, avait eu de son premier mariage avec Oeben, une fille mariée à Charles-François Delacroix fut un secrétaire de Turgot (homme politique libéral) avant d’être député de la Convention (il votera la mort du roi avec justice et lois), puis préfet. Veuve, elle épousa en 1767 Jean-Henri Riesener, grand-père de Léon Riesener. Rapidement, Delacroix s'était rendu compte du talent de son jeune cousin et de son originalité. Il le soutient dès ses débuts en le recommandant auprès des officiels qu'il connaissait. Des parties de campagne les réunissent à Valmont, près de Fécamp, chez le cousin Bataille, propriétaire de l'abbaye dès 1822. Riesener fréquente assidument le salon de Pierret, l'ami de collège de Delacroix, où il rencontre Mérimée, Viel-Castel, Sauvageot, Feuillet de Conches, Viollet-le-Duc, Lasus, Guillemardet. Plus tard, Riesener se lie avec Fantin-Latour, Ernest Chausson, les Morisot ; ses amis sont des artistes et il préfère la vie intime à celle du monde au contraire de son cousin. Depuis l'enfance, Riesener et Delacroix ont de l'amitié l'un pour l'autre, de la confiance et de l'attachement. Si différents de vie et de caractère et si indépendants, ils sont préoccupés par des mêmes problèmes et se plaisent à échanger leurs idées, tous deux étaient formés par le XVIIIe siècle et pénétrés de la culture classique. L'étude de l'Antique sert de sujet de discussions à leurs entretiens. Tous deux sont des peintres coloristes et recherchent la technique nouvelle de la division des tons. La différence de leur tempéraments s'exprime dans leur manière de contempler la nature : Delacroix pense au drame qui s'en dégage, Riesener- à la sensualité. Delacroix achète à Riesener son tableau Angélique comme exemplaire pour tous les peintres et le place dans son atelier. À sa mort, Delacroix lègue à Riesener la maison de campagne à Champrosay». Wikipedia Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr) Source : Article Léon Riesener de Wikipédia en français (http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_Riesener)
« Selon les historiens, Eugène Delacroix aurait eu Talleyrand pour père biologique. Le père légitime, prédécesseur de Talleyrand comme ministre des relations extérieures, était affecté d’une excroissance qui l’empêchait de procréer avec les moyens de l’époque, et Talleyrand fréquentait assidûment son épouse pendant cette période. Quoi qu’il en soit, Talleyrand accorda au peintre la même protection efficace que s’il avait été son propre fils, et ceci, pendant tous les régimes qu’il servit (du Directoire à la monarchie de juillet). Le petit-fils adultérin de Talleyrand, le duc de Morny, président du corps législatif et demi-frère utérin de Napoléon III, fit de Delacroix le peintre officiel du Second Empire, bien que l’empereur lui préférât Winterhalter et Meissonnier .
Talleyrand était blond et pâle, alors que, décrivant leur ami Eugène Delacroix à la chevelure de jais, Baudelaire parle d’un « teint de Péruvien » et Théophile Gautier d’un air de « maharadjah ». À la chute du Second empire, époque où la génétique en était à ses balbutiements, cette caractéristique physique constitua un argument pour les amis et les admirateurs de Delacroix afin de lui éviter la disgrâce posthume d’avoir appartenu à la clique impériale.
On dit d’Eugène Delacroix qu’il était poursuivi par la malchance. A l’âge de 3 ans, il se pend en jouant avec une cordelette de rideau. On le sauve in extremis de la mort. Peu de temps après, la moustiquaire de son lit s’enflamme, ce qui le brûla gravement. On l’envoie en convalescence chez de la famille à Marseille, le domestique le laisse tomber à l’eau, on le repêche par miracle et on le ramène à la maison et il s’étouffe avec une grappe de raisin."
http://eugenedelacroix.unblog.fr/biographie/

Hervé Lauwick descend aussi de Catherine Françoise Prouvost

Hervé Lauwick

Herve-Lauwick

Hervé Lauwick, né en 1891 et mort en 1975, est un écrivain français de livres d'humour.

Ami de Tristan Bernard, Maurice Donnay et de Sacha Guitry « au cours des années éblouissantes où se multipliaient sans effort ses pièces triomphales » (prière d'insérer de S.G. et les femmes, 1965).

Lauwick signa un bulletin quotidien au Figaro, fut producteur à l'O.R.T.F. et critique à Jour de France.

Bons mots

Article connexe

chevalier de la Légion d'honneur, médaille miltaire, military medal of bravery

Il avait aussi des liens avec un Boutet de Monvel

Gazette du Bon Ton, n°1, janvier 1914

Boutet-de-Monvel-Lauwick-gazette-du-bon-ton

La Gazette du Bon Ton, soutitrée Art - Modes & Frivolités est une revue de mode fondée en 1912 par Lucien Vogel. Elle est inspirée du mythique Journal des Dames et des Modes du XVIIIe siècle. Elle paraît de 1912 à 1925, avec une interruption pendant la guerre, soit soixante-neuf numéros tirés chacun à deux mille exemplaires.

Ont contribué : André-Édouard Marty, Pierre Brissaud, Georges Lepape, Dammicourt, George Barbier, Bernard Boutet de Monvel, Charles Martin... pour les illustrations ; Roger Boutet de Monvel, Jean Cocteau, Henri de Régnier, Pierre Mac Orlan, Raymond Radiguet, Jean-Louis Vaudoyer, Gérard Bauër, Marcel Duminy, Louis Léon Martin, Nicolas Bonnechose, Georges Armand Masson, Hervé Lauwick... pour les textes.

Les planches volantes qui accompagnent la Gazette, réalisées selon la technique du pochoir métallique, montrent les créations des couturiers les plus renommés de l'époque : Jeanne Lanvin, Georges Doeuillet, Jeanne Paquin, Paul Poiret, Jean-Philippe Worth, Madeleine Chéruit, Redfern, Madeleine Vionnet, Callot Soeurs, Jacques Doucet... Ils participent tous au contenu de la Gazette en fournissant chacun un modèle exclusif par numéro.

Boutet-de-Monvel

Henriette Lauwick 1790-1862 épousa Pierre Catteau,

Cousine germaine de Charles Frédéric Lauwick 1782-1851 époux de Catherine -Françoise Durot-Prouvost 1784-1855

 

"Pierre, Antoine, Louis Catteau est né le 16 mai 1820 à Comines. Il est le fils de Pierre Catteau et d’Henriette Lawick. Il est issu d’une famille de fabricants de rubans. Son aïeul, Charles Catteau avait créé son entreprise de ruban en fil de lin au milieu du 18ème siècle.

 En 1788, il y employait 44 ouvriers. Pierre Catteau termina à Boulogne-sur-Mer des études qu’il avait commencées au Collège des Jésuites de Brugelette. Il arriva en 1844 à Roubaix et créa son entreprise rue de la Fosse-aux-Chênes. Il s’orienta vers des tissus chaîne-soie qui remportèrent un vif succès. Doué d’un goût très sûr, ses produits étaient de véritables merveilles de dessins et de coloris. ela expliqua le constant essor de sa fabrique.

En 1869, le registre des patentes nous apprend qu’il est taxé au maximum pour son tissage du 30, de la rue de la Fosse aux Chênes. Il y était associé à ses frères : Charles et Louis qui résidaient à Comines et Adolphe qui demeurait à Roubaix. Pierre Catteau, quant à lui, habitait au 41, rue du Grand Chemin.

En 1885, pour cause d’extension, son tissage se situait au 121, rue du Grand Chemin, une filature de 8.800 broches lui était adjointe. Cette filature lui appartenait en propre. En ce qui concerne le tissage, il restait associé à ses frères. En plus, il était associé à Monsieur Edouard BODIN, demeurant au 30, rue Nain, au sein d’un tissage de plus de 200 métiers situé au 52, rue Saint Maurice.

Quant à son frère Adolphe, toujours en 1885, il était à la tête d’une retorderie de 3.550 broches et d’un tissage boulevard d’Armentières ainsi que d’un second tissage comprenant 73 métiers à bras pour tissus d’ameublement au 15, rue de la Chapelle Carrette.

 Plusieurs distinctions…

Les mérites de Pierre Catteau lui valurent de recevoir de nombreuses distinctions. En 1862, il reçut une mention honorable à l’exposition de Londres. En 1867, à Paris, il obtint une médaille d’argent. En 1873, le jury de l’exposition universelle de Vienne lui décerna une médaille de progrès, sa plus haute distinction. L’année suivante, un décret du 27 juillet le nommait Chevalier de l’Ordre de la Légion d’Honneur pour « services rendus à l’industrie ». Enfin, en 1878, il obtint à Paris la médaille d’or.

 L’hôtel particulier de Pierre CATTEAU

Pierre Catteau se fit construire au 45, rue du Grand Chemin son hôtel particulier. Nous savons qu’il habitait dans cette rue depuis au moins 1869.

Les archives municipales possèdent le plan, daté du 15 avril 1876, d’un terrain d’une surface d’un hectare vingt neuf ares qui s’étendait entre la rue des Fleurs et la rue du Grand Chemin.

C’est sur ce terrain acheté peut-être à ce moment là qu’il décida de faire construire son hôtel particulier agrémenté d’un grand parc."  http://www.histoirederoubaix.com

https://thumb.ccsd.cnrs.fr/5228251/largeLe palais de Justicehttp://onnestpasbienla.fr/wp-content/uploads/2014/09/le-square-pierre-catteau-a-roubaix.jpg

CatteauCatteau

Synthèses généalogiques

Quelques figures parmi les descendants de Catherine Françoise Prouvost

née le 6 août 1752, Roubaix (59), décédée le 18 septembre 1801, Comines (59) (à l'âge de 49 ans). Mariée le 30 avril 1782 avec François Joseph Durot, né en 1747, décédé en 1815 (à l'âge de 68 ans), bourgeois de Lille,

 Sur 4 générations :

Fille :
Catherine Françoise Josèphe Durot, née en 1784, Lille (Nord), décédée le 27 mars 1855, Lille (Nord) (à l'âge de 71 ans). Mariée le 1er thermidor an X (20 juillet 1802), Comines (59), avec Charles Frédéric Joseph Lauwick, né le 28 octobre 1782, Comines (Nord), décédé le 23 juillet 1851, Lille (Nord) (à l'âge de 68 ans),

Louis-François-Augustin du Rot 1785-1848  marié avec Henriette-Élisabeth-Joséphine Bruneau 1805-1868

Augustin-François-Félix du Rot 1786-1825  marié avec Catherine-Françoise-Joseph Bruneau 1801-1847 dont

Augustine-Françoise-Louise du Rot 1825-1871 mariée le 15 avril 1844, Lille, Nord, Nord-Pas-de-Calais, France, avec Victor-Gabriel-Ghislain Crombez 1816-1898 dont :

        F Marie-Augustine-Victorine Crombez 1845-1872

        H Victor-Ghislain Crombez 1847-1911

Louis-Abel-Augustin du Rot 1828-1901  marié avec Aglaé-Euphémie-Catherine Le Doux 1836-1915

Durot-prouvost-

 Petits enfants :
Bernard Joseph Lauwick, né le 23 novembre 1806, décédé en 1859 (à l'âge de 53 ans).
Marié en 1838 avec Clémence van Rullen, née en 1817, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédée en 1886, Heusden (à l'âge de 69 ans),
Alexandre Lauwick, né le 24 mars 1823, Lille (59), décédé le 6 février 1886, Paris 8e (à l'âge de 62 ans), artiste peintre. Marié le 8 février 1864, Paris, avec Thérèse Riesener, née le 22 octobre 1840, Paris 2e, décédée en 1932 (à l'âge de 92 ans),
Françoise Lauwick, 1826, Mariée le 3 mai 1848 Paul de Roucy, 1817, 1900

Arrière petits enfants :
Fernand Lauwick, né le 13 septembre 1847, Lille (59), décédé en 1930 (à l'âge de 83 ans), propriétaire à Lannoy. Marié le 28 février 1881, Lannoy, Nord, avec Elise Parent, décédée, dont
Marthe Lauwick, née le 4 juillet 1854, Seclin (Nord), décédée le 5 juillet 1890, Paris (à l'âge de 36 ans).
Mariée le 19 avril 1875, Seclin (Nord), avec Paul Duphénieux, né le 28 avril 1837, Cajarc, 46, décédé le 13 mai 1913, Cajarc, 46 (à l'âge de 76 ans), lieutenant-colonel commandant le 1er régiment des mobilisés du Lot (1870-1871),
Berthe Lauwick, née le 9 juillet 1856, Seclin (Nord), décédée le 9 juillet 1935, Zwevegem, Flandre-Occidentale (Belgique) (à l'âge de 79 ans). Mariée le 15 avril 1882, Seclin (Nord), avec Raymond Van de Venne, né le 23 novembre 1843, Zwevegem, Flandre-Occidentale (Belgique), décédé le 4 mars 1926, Zwevegem (Flandre-Occidentale (Belgique) (à l'âge de 82 ans), notaire, député, sénateur belge,

Durot-raymond.0.van_de_venne

Clémentine Lauwick, née le 1er novembre 1828, Gand, décédée le 3 février 1900, Gand (à l'âge de 71 ans).
Mariée le 21 juin 1860, Gand, avec Léon Le Grand, né le 1er novembre 1828, Gand, décédé le 29 septembre 1910, Heusden (à l'âge de 81 ans), consul de France,
Oswald Lauwick, né le 12 janvier 1844, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédé le 22 mars 1907, Gand (Flandre-Orientale, Belgique) (à l'âge de 63 ans), lieutenant-général de l'Armée Belge, major d'état-major. Marié le 9 juillet 1876, Saint-Josse-ten-Noode, avec Marie Corbisier de Méaultsart, née le 23 juin 1854, Bruxelles (Belgique), décédée,
Ida Lauwick, née en 1836, décédée en 1878 (à 42 ans), mariée avec Octave de Meulenaere, 1840-1905 (à 65 ans)

de-meulenaere-lauwick
Gabrielle Lauwick, née en 1865, décédée en 1945 (à l'âge de 80 ans), mariée avec Georges Itasse,
Marguerite Lauwick, 1856-1930 (à l'âge de 74 ans), mariée en 1888 avec Raoul Chagrin de Saint-Hilaire, né en 1854.

Philippe Lauwick, 1859-1940 (à 81 ans), capitaine de vaisseau, chevalier de la Légion d'honneur,marié avec Marie-Anne Chagot,
Raoul de Roucy. Marié en 1887 avec Angèle Vassard de Berchère.
Louis de Roucy, 1853, 1933 Marthe Bussière de Nercy de Vestu,

Arrière-arrière petits enfants
Albert Duphénieux, né le 10 février 1876, La Roche-sur-Yon, décédé (filleule: Jehanne du Breil de Pontbriand 1923-1984). Marié en 1899 avec Gabrielle Bara, née en 1878, décédée en 1959 (à l'âge de 81 ans).
Marthe Van de Venne, née le 24 mai 1887, Zwevegem (Flandre-Occidentale (Belgique), décédée le 21 octobre 1942, Saint-Laurent-des-Mortiers (Mayenne) (à l'âge de 55 ans).
Mariée le 19 novembre 1912, Zwevegem, Flandre-Occidentale (Belgique), avec Louis du Breil de Pontbriand, né le 30 janvier 1885, Saint-Buc, Le Minihic-sur-Rance (Ille-et-Vilaine), décédé le 2 octobre 1931, Saint-Laurent-des Mortiers (Mayenne) (à l'âge de 46 ans).
Germaine Le Grand, née le 19 juin 1865, Gentbrugge, décédée le 28 juillet 1925, Melle (à l'âge de 60 ans).
Mariée le 17 mai 1887, Gand, avec Léon de Séjournet de Rameignies, né le 21 juin 1857, Rameignies, décédé le 12 novembre 1936, Merelbeke (à l'âge de 79 ans).
René Le Grand, né le 2 octobre 1866, Gentbrugge, décédé le 20 mars 1921, Gand (à l'âge de 54 ans), avocat.
Marié le 11 janvier 1921, Gand, avec Cécile de Behault, née le 29 octobre 1881, Gand, décédée le 17 décembre 1981, Gand (à l'âge de 100 ans) (sans postérité)
Adrien Groverman, né le 10 août 1859, Gand, Belgique, décédé le 26 septembre 1919, Gand, Belgique (à l'âge de 60 ans).
Marié le 17 juillet 1886, Gand, Belgique, avec Marie Maertens de Noordhout, née le 14 septembre 1867, Gand, Belgique, décédée le 8 mai 1947, Evergem, Belgique (à l'âge de 79 ans).
Robert Groverman, né le 2 décembre 1860, Gand, Belgique, décédé le 13 mai 1951, Bruges, Belgique (à l'âge de 90 ans).
Marié le 14 novembre 1882, Gentbrugge, Belgique, avec Marie de la Kethulle de Ryhove, née le 4 juillet 1860, Gand, Belgique, décédée le 1er juillet 1914, Gentbrugge, Belgique (à l'âge de 53 ans).
Eva Groverman, née le 13 octobre 1868, Gand, Belgique, décédée le 6 janvier 1926, Pietra-Ligure, Italie (à l'âge de 57 ans). Mariée le 1er août 1891, Gand, Belgique, avec Ferdinand de Maleingreau d'Hembise, né le 27 juin 1855, Sainte-Croix, Bruges, Belgique, décédé le 3 octobre 1923, Sainte-Croix, Bruges, Belgique (à l'âge de 68 ans) (5 enfants).
Prisca Groverman, née le 2 avril 1874, Gand, décédée le 17 octobre 1939, Ixelles (à l'âge de 65 ans). Mariée le 24 mai 1900, Gentbrugge, avec Albert de le Court, né le 7 mai 1873, Schaerbeek, décédé le 30 mai 1922, Ixelles (à l'âge de 49 ans), directeur au ministère de la justice.
Armand de Meulenaere, né le 14 juillet 1862, décédé le 9 octobre 1904 (à l'âge de 42 ans). Marié avec Elisabeth de Moerman d'Harlebeke, née le 22 août 1867, décédée le 15 février 1950 (à l'âge de 82 ans).

Durot-Meulenaere-ArmandElise (Dîte Lizzie)Stéphanie-Marie-Ghislaine, Vicomtesse (1938) de MOERMAN d'HARLEBEKE

Clara de Meulenaere, née le 25 novembre 1863, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédée le 1er février 1919, Gand (Flandre-Orientale, Belgique) (à l'âge de 55 ans). Mariée le 10 septembre 1889, Gentbrugge, avec Léon, baron de Pelichy, né le 13 février 1863, Gand, Flandre-Orientale (Belgique), décédé le 1er mars 1936, Gentbrugge, Flandre-Orientale (à l'âge de 73 ans).

Durot-meulenaere-Clara Durot-pelichy-leon

IRENE-Alida-Louise-Marie de MEULENAERE 1865-1936  mariée le 7 juillet 1866, Gentbrugge, , , ,, avec AUGUSTE--Paul-Marie-Corneille de la KETHULLE de RYHOVE 1861-1910

Marie-Cécile Itasse, née en 1897, décédée en 1932 (à l'âge de 35 ans). Mariée le 1er août 1922 avec Jacques Famin, né le 10 décembre 1897, Hanoï (Tonkin), décédé le 26 mai 1932, La Rochelle (17) (à l'âge de 34 ans), lieutenant d'infanterie.
Germaine Bigle, née en 1893, décédée en 1975 (à l'âge de 82 ans). Mariée le 15 février 1912, Saint-Pierre du Gros-Caillou, Paris, avec Jean Le Lieur, comte de Ville sur Arce, né en 1886, décédé en 1924 (à l'âge de 38 ans).
Hervé Lauwick, né le 12 septembre 1891, Ker-Hor (Finistère), décédé en 1975 (à l'âge de 84 ans), homme de lettres, écrivain, auteur dramatique. Marié le 6 avril 1961 avec Françoise Robert de Larzillé.
Ghyslaine Lauwick. Mariée avec Harold Fairweather, capitaine au 19ème Régiment de Lanciers du Bengale.

Carmen de Roucy, née le 19 novembre 1884, Bagnières-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), décédée le 7 juin 1948, Paris 16e (à l'âge de 63 ans). Mariée en 1905 avec Marcel Le Caron de Chocqueuse, né le 9 décembre 1878, Paris, décédé en 1942 (à l'âge de 64 ans), lieutenant au 54e RI (en 1903).



Jusqu'à la 6e génération.

Arnould François Durot, né le 18 janvier 1701, Wallers-en-Hainaut, décédé le 11 juin 1780, Lille (59) (à l'âge de 79 ans), fondateur des Manufactures royales de Lille.
Marié le 18 août 1733, Lille (59), avec Marie Josèphe Michez, née le 4 avril 1712, décédée le 7 novembre 1771 (à l'âge de 59 ans), dont

  • Dorothée Julie Durot, née en 1744, Lille (59).
    Mariée le 10 août 1773, Lille, St-Etienne (59), avec François Joseph Leperre, né le 21 janvier 1750, Lille (59), négociant, dont
    • Julie Domitille Leperre, née le 4 mai 1782, Lille (59), décédée le 4 mai 1863, Rueil (92) (à l'âge de 81 ans).
  • François Joseph Durot, né le 15 mai 1747, Lille (59), décédé le 3 mars 1815, Comines (59) (à l'âge de 67 ans), bourgeois de Lille.
    Marié le 30 avril 1782, Roubaix (59), avec Catherine Françoise Prouvost, née le 6 août 1752, Roubaix (59), décédée le 18 septembre 1801, Comines (59) (à l'âge de 49 ans), dont
    • Catherine Françoise Josèphe Durot, née le 22 mai 1783, Lille (Nord), décédée le 27 mars 1855, Lille (Nord) (à l'âge de 71 ans).
      Mariée le 1er thermidor an X (20 juillet 1802), Comines (59), avec Charles Frédéric Joseph Lauwick, né le 28 octobre 1782, Comines (Nord), décédé le 23 juillet 1851, Lille (Nord) (à l'âge de 68 ans), dont
      • Camille Adèle Lauwick, née en 1803, décédée en 1803.
      • Charles Victor Lauwick, né le 27 novembre 1805, Comines (Nord), décédé le 16 mai 1873, Seclin (Nord) (à l'âge de 67 ans).
        Marié le 23 septembre 1846, Lesquin (59), avec Julie Joséphine Damide, née le 15 novembre 1823, Wambrechies, Nord, décédée après 1875, dont
        • Fernand Lauwick, né le 13 septembre 1847, Lille (59), décédé en 1930 (à l'âge de 83 ans), propriétaire à Lannoy.
          Marié le 28 février 1881, Lannoy, Nord, avec Elise Parent, décédée, dont
          • Marguerite Lauwick, née en 1882, décédée le 5 janvier 1908, Tournai (Hainaut, Belgique) (à l'âge de 26 ans).
            Mariée avec Maurice Wacrenier, dont
            • Maurice Wacrenier.
            • Marguerite Wacrenier.
            • Georges Wacrenier.
        • Marthe Lauwick, née le 4 juillet 1854, Seclin (Nord), décédée le 5 juillet 1890, Paris (à l'âge de 36 ans).
          Mariée le 19 avril 1875, Seclin (Nord), avec Paul Duphénieux, né le 28 avril 1837, Cajarc, 46, décédé le 13 mai 1913, Cajarc, 46 (à l'âge de 76 ans), lieutenant-colonel commandant le 1er régiment des mobilisés du Lot (1870-1871), dont
          • Albert Duphénieux, né le 10 février 1876, La Roche-sur-Yon, décédé (filleule: Jehanne du Breil de Pontbriand 1923-1984).
            Marié en 1899 avec Gabrielle Bara, née en 1878, décédée en 1959 (à l'âge de 81 ans), dont 5 enfants
        • Berthe Lauwick, née le 9 juillet 1856, Seclin (Nord), décédée le 9 juillet 1935, Zwevegem, Flandre-Occidentale (Belgique) (à l'âge de 79 ans).
          Mariée le 15 avril 1882, Seclin (Nord), avec Raymond Van de Venne, né le 23 novembre 1843, Zwevegem, Flandre-Occidentale (Belgique), décédé le 4 mars 1926, Zwevegem (Flandre-Occidentale (Belgique) (à l'âge de 82 ans), notaire, député, sénateur belge, dont
          • Marthe Van de Venne, née le 24 mai 1887, Zwevegem (Flandre-Occidentale (Belgique), décédée le 21 octobre 1942, Saint-Laurent-des-Mortiers (Mayenne) (à l'âge de 55 ans).
            Mariée le 19 novembre 1912, Zwevegem, Flandre-Occidentale (Belgique), avec Louis du Breil de Pontbriand, né le 30 janvier 1885, Saint-Buc, Le Minihic-sur-Rance (Ille-et-Vilaine), décédé le 2 octobre 1931, Saint-Laurent-des Mortiers (Mayenne) (à l'âge de 46 ans), dont 8 enfants
      • Bernard Joseph Lauwick, né le 23 novembre 1806, décédé en 1859 (à l'âge de 53 ans).
        Marié en 1838 avec Clémence van Rullen, née en 1817, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédée en 1886, Heusden (à l'âge de 69 ans), dont
        • Clémentine Lauwick, née le 1er novembre 1828, Gand, décédée le 3 février 1900, Gand (à l'âge de 71 ans).
          Mariée le 21 juin 1860, Gand, avec Léon Le Grand, né le 1er novembre 1828, Gand, décédé le 29 septembre 1910, Heusden (à l'âge de 81 ans), consul de France, dont
          • Edgard Le Grand, né le 29 janvier 1862, Gand, décédé le 11 mars 1864, Paris (à l'âge de 2 ans).
          • Germaine Le Grand, née le 19 juin 1865, Gentbrugge, décédée le 28 juillet 1925, Melle (à l'âge de 60 ans).
            Mariée le 17 mai 1887, Gand, avec Léon de Séjournet de Rameignies, né le 21 juin 1857, Rameignies, décédé le 12 novembre 1936, Merelbeke (à l'âge de 79 ans), dont
            • Christian de Séjournet de Rameignies, né le 14 mars 1889, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédé le 9 septembre 1945, Gand (Flandre-Orientale, Belgique) (à l'âge de 56 ans).
              Marié le 20 juin 1922, Gand, avec Cornélie de Breyne, née le 28 mai 1898, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédée le 13 décembre 1940, Louvain (à l'âge de 42 ans).
            • Jacqueline de Séjournet de Rameignies, née le 15 février 1892, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédée le 24 novembre 1974, Paris 16e (à l'âge de 82 ans).
              Mariée le 28 avril 1914, Heusden, avec Joseph Dunoyer de Segonzac, né le 30 mars 1885, Cysoing (Nord), décédé le 1er mai 1974, Compiègne (Oise) (à l'âge de 89 ans).
          • René Le Grand, né le 2 octobre 1866, Gentbrugge, décédé le 20 mars 1921, Gand (à l'âge de 54 ans), avocat.
            Marié le 11 janvier 1921, Gand, avec Cécile de Behault, née le 29 octobre 1881, Gand, décédée le 17 décembre 1981, Gand (à l'âge de 100 ans) (sans postérité).
        • Oswald Lauwick, né le 12 janvier 1844, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédé le 22 mars 1907, Gand (Flandre-Orientale, Belgique) (à l'âge de 63 ans), lieutenant-général de l'Armée Belge, major d'état-major.
          Marié le 9 juillet 1876, Saint-Josse-ten-Noode, avec Marie Corbisier de Méaultsart, née le 23 juin 1854, Bruxelles (Belgique), décédée, dont
          • Marcel Lauwick, né en 1877, décédé en 1928 (à l'âge de 51 ans).
            Marié avec Christiane Heynderycx, décédée en 1945, dont
            • Claude Lauwick, né le 14 mai 1904, décédé le 1er juillet 1969 (à l'âge de 65 ans).
              Marié avec Colette de Bouteville, née le 4 novembre 1912, décédée le 5 février 2004, inhumée le 9 février 2004, Gièvres (Loir-et-Cher) (à l'âge de 91 ans).
            • Albine Lauwick, née le 24 juillet 1905, Destelbergen, Belgique, décédée le 28 mars 1964, Gièvres (Loir-et-Cher) (à l'âge de 58 ans).
              Mariée le 9 décembre 1931, Gand, Belgique, avec Astère Vercruysse de Solart, né le 24 mars 1906, Gand, Belgique, décédé le 21 janvier 1989, Aalter, Belgique (à l'âge de 82 ans).
            • Solange Lauwick, née le 11 octobre 1912, Gand, Belgique, décédée en 1985 (à l'âge de 73 ans).
              Mariée en 1946 avec Georges Roy, né le 21 février 1906, Issoudun, 36.
            • Françoise Lauwick, née en 1914, décédée le 16 octobre 1991, Gièvres (Loir-et-Cher) (à l'âge de 77 ans).
              Mariée avec Hubert Ponroy, né en 1915, décédé le 8 février 2005 (à l'âge de 90 ans).
          • André Lauwick, né en 1878, décédé en 1948 (à l'âge de 70 ans).
      • Louis Emile Joseph Lauwick, né le 11 juin 1809.
        Marié le 19 avril 1831 avec Marie Octavie Hamelinck, dont
        • Maria Lauwick, née le 29 mai 1833, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédée le 25 avril 1914, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 80 ans).
          Mariée le 14 juillet 1855, Gentbrugge, Belgique, avec Octave Groverman, né le 15 janvier 1831, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédé le 4 juillet 1897, Gentbrugge, Belgique (à l'âge de 66 ans) (5 enfants), dont
          • Adrien Groverman, né le 10 août 1859, Gand, Belgique, décédé le 26 septembre 1919, Gand, Belgique (à l'âge de 60 ans).
            Marié le 17 juillet 1886, Gand, Belgique, avec Marie Maertens de Noordhout, née le 14 septembre 1867, Gand, Belgique, décédée le 8 mai 1947, Evergem, Belgique (à l'âge de 79 ans), dont
            • Jacques Groverman, né le 5 août 1888, Evergem, Belgique, décédé le 9 mars 1917, La Haye, Pays-Bas (à l'âge de 28 ans).
              Marié le 31 août 1909, Wondelgem, Belgique, avec Yvonne de Hemptinne, née le 22 février 1888, Gand, Belgique, décédée le 14 juin 1974, Erps-Kwerps, Belgique (à l'âge de 86 ans).
          • Robert Groverman, né le 2 décembre 1860, Gand (Belgique), décédé le 13 mai 1951, Bruges (Belgique) (à l'âge de 90 ans).
            Marié le 14 novembre 1882, Gentbrugge, Flandre-Orientale (Belgique), avec Marie de la Kethulle de Ryhove, née le 4 juillet 1860, Gand (Belgique), décédée le 1er juillet 1914, Gentbrugge, Flandre-Orientale (Belgique) (à l'âge de 53 ans), dont
            • Roger Groverman, né le 16 août 1883, Gentbrugge, Belgique, décédé le 18 octobre 1971, Gentbrugge, Belgique (à l'âge de 88 ans).
              Marié le 21 août 1909, Oostkamp (Belgique), avec Louise Rapaert de Grass, née le 7 juin 1887, Loppem (Belgique), décédée le 31 mai 1919, Gentbrugge (Belgique) (à l'âge de 31 ans).
              Marié le 22 octobre 1920, Dilbeek, Belgique, avec Maria de T'Serclaes, née le 29 octobre 1886, Anvers, Belgique, décédée le 19 mai 1965, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 78 ans).
          • Eva Groverman, née le 13 octobre 1868, Gand (Belgique), décédée le 6 janvier 1926, Pietra-Ligure (Italie) (à l'âge de 57 ans).
            Mariée le 1er août 1891, Gand (Belgique), avec Ferdinand de Maleingreau d'Hembise, né le 27 juin 1855, Sainte-Croix, Bruges (Belgique), décédé le 3 octobre 1923, Sainte-Croix, Bruges (Belgique) (à l'âge de 68 ans) (5 enfants), dont
            • Marthe de Maleingreau d'Hembise, née le 30 avril 1897, Sainte-Croix, Bruges (Belgique), décédée le 22 février 1986, Ixelles (Bruxelles) (à l'âge de 88 ans).
              Mariée le 28 avril 1925, Sainte-Croix, Bruges (Belgique), avec Jacques, chevalier van de Walle, né le 2 avril 1896, Bruges (Belgique), décédé le 14 août 1970, Ixelles (Bruxelles) (à l'âge de 74 ans).
            • Charles de Maleingreau d'Hembise, né le 4 novembre 1898, Sainte-Croix, Bruges, Belgique, décédé le 6 avril 1974, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 75 ans).
              Marié le 21 septembre 1942, Kampala, Uganda, avec Wivine van de Velde, née le 30 septembre 1918, Ixelles, Bruxelles, décédée le 17 septembre 1996, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 77 ans), divorcés.
              Marié le 21 septembre 1962, Ixelles, Bruxelles, avec Wivine van de Velde, née le 30 septembre 1918, Ixelles, Bruxelles, décédée le 17 septembre 1996, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 77 ans).
          • Prisca Groverman, née le 2 avril 1874, Gand, décédée le 17 octobre 1939, Ixelles (à l'âge de 65 ans).
            Mariée le 24 mai 1900, Gentbrugge, avec Albert de le Court, né le 7 mai 1873, Schaerbeek, décédé le 30 mai 1922, Ixelles (à l'âge de 49 ans), directeur au ministère de la justice, dont
            • Edith de le Court, née le 26 novembre 1901, Ixelles.
              Mariée le 11 décembre 1947, Uccle, avec Jacques de Meulenaer, né le 15 septembre 1910, Essene, décédé le 5 février 1978, Dormaal (à l'âge de 67 ans).
        • Ida Lauwick, née en 1836, décédée en 1878 (à l'âge de 42 ans).
          Mariée avec Octave de Meulenaere, né en 1840, décédé en 1905 (à l'âge de 65 ans), dont
          • Armand de Meulenaere, né le 14 juillet 1862, décédé le 9 octobre 1904 (à l'âge de 42 ans).
            Marié avec Elisabeth de Moerman d'Harlebeke, née le 22 août 1867, décédée le 15 février 1950 (à l'âge de 82 ans), dont
            • Mathilde de Meulenaere, née le 9 novembre 1889, décédée le 4 août 1967, Gand (Flandre-Orientale, Belgique) (à l'âge de 77 ans).
              Mariée le 27 janvier 1920 avec Marcel de Neve de Roden, né le 15 juillet 1886, décédé le 3 juillet 1941, en captivité (à l'âge de 54 ans).
            • Juliette de Meulenaere, née le 15 avril 1903, Gentbrugge, Belgique, décédée le 27 août 1977, Nijlen, Belgique (à l'âge de 74 ans).
              Mariée le 11 avril 1928, Gand, Belgique, avec Charley Gilliot, né le 4 mai 1906, Anvers, Belgique, décédé le 25 mars 1987, Uccle, Bruxelles (à l'âge de 80 ans).
            • Alice de Meulenaere, née le 15 avril 1903, Gentbrugge, décédée le 7 mai 1972, Sint-Joris-ten-Distel (à l'âge de 69 ans).
              Mariée avec Jean de Lanier, né le 8 septembre 1889, Gand, décédé le 13 avril 1977, Sint-Jooris-ten-Distel (à l'âge de 87 ans).
          • Clara de Meulenaere, née le 25 novembre 1863, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédée le 1er février 1919, Gand (Flandre-Orientale, Belgique) (à l'âge de 55 ans).
            Mariée le 10 septembre 1889, Gentbrugge, avec Léon, baron de Pelichy, né le 13 février 1863, Gand, Flandre-Orientale (Belgique), décédé le 1er mars 1936, Gentbrugge, Flandre-Orientale (à l'âge de 73 ans), dont
            • Yvonne de Pelichy, née le 29 juin 1890, Gentbrugge, Belgique, décédée le 19 décembre 1980, De Pinte, Belgique (à l'âge de 90 ans), bourgmestre.
              Mariée le 3 février 1914, Gentbrugge, Belgique, avec Raoul de Hemptinne, né le 29 mai 1884, Gand, Belgique, décédé le 1er mars 1945, camp de Flossenbürg, Allemagne (à l'âge de 60 ans).
            • François, baron de Pelichy, né le 3 septembre 1891, Termonde, Flandre-Orientale (Belgique), décédé le 17 novembre 1962, Gand, Flandre-Orientale (Belgique) (à l'âge de 71 ans), administrateur territorial au Congo belge.
              Marié le 7 octobre 1924, Gand (Belgique), avec Christiane d'Hoop, née le 27 juillet 1892, Gand, Flandre-Orientale (Belgique), décédée le 14 septembre 1972, Gand, Flandre-Orientale (Belgique) (à l'âge de 80 ans).
      • Alexandre Lauwick, né le 24 mars 1823, Lille (59), décédé le 6 février 1886, Paris 8e (à l'âge de 62 ans), artiste peintre.
        Marié le 8 février 1864, Paris, avec Thérèse Riesener, née le 22 octobre 1840, Paris 2e, décédée en 1932 (à l'âge de 92 ans), dont
        • Gabrielle Lauwick, née en 1865, décédée en 1945 (à l'âge de 80 ans).
          Mariée avec Georges Itasse, dont
          • Marie-Cécile Itasse, née en 1897, décédée en 1932 (à l'âge de 35 ans).
            Mariée le 1er août 1922 avec Jacques Famin, né le 10 décembre 1897, Hanoï (Tonkin), décédé le 26 mai 1932, La Rochelle (17) (à l'âge de 34 ans), lieutenant d'infanterie, dont
            • Béatrice Famin, née en 1927, décédée le 31 mai 2013 (à l'âge de 86 ans).
              Mariée le 26 février 1948 avec Guy de Ponton d'Amécourt, né le 16 mai 1924, décédé le 30 janvier 2005 (à l'âge de 80 ans).
        • Laure Lauwick, née en 1868, décédée en 1894 (à l'âge de 26 ans).
          Mariée avec Paul Bigle, né le 26 décembre 1866, Paris 9e, dont
          • Madeleine Bigle, née en 1890, décédée.
            Mariée le 24 décembre 1910, Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), avec Pierre Trolley de Prévaux, né le 11 novembre 1884, Paris 7e, décédé le 25 avril 1964, Neuilly-sur-Seine, 92 (à l'âge de 79 ans) (7 fils et 3 filles), dont
            • Yves Trolley de Prévaux.
              Marié avec Nicole Chambarlac.
            • Michel Trolley de Prévaux, né en 1913, décédé le 13 juillet 2006 (à l'âge de 93 ans).
              Marié avec Marguerite Chareire, née en 1916, décédée le 8 mars 1998, Paris (75) - 13e arrondissement (à l'âge de 82 ans).
            • Monique Trolley de Prévaux, née le 20 janvier 1914, Lille, décédée en 2010 (à l'âge de 96 ans).
              Mariée en 1939 avec Bernard Chambarlhac, né en 1900, décédé en 1982 (à l'âge de 82 ans).
            • Chantal Trolley de Prévaux.
          • Geneviève Bigle.
            Mariée avec Henri Mimaud-Grandchamps, né en 1885, tué en 1918 (à l'âge de 33 ans) (2 filles), dont
            • Solange Mimaud-Grandchamps, née en 1911, décédée en 1984 (à l'âge de 73 ans).
              Mariée le 4 octobre 1935, Bayeux, 14, avec Philippe Dosseur, né en 1907, décédé en 2001 (à l'âge de 94 ans).

Mariée avec André Langlois de Rubercy, né le 14 août 1884, Commes (Calvados), décédé le 29 août 1958, Paris (à l'âge de 74 ans).

          • Germaine Bigle, née le 13 avril 1893, Mustapha, Algérie, décédée en 1975 (à l'âge de 82 ans).
            Mariée le 14 février 1912, Paris 2ème, avec Jean Le Lieur, comte de Ville sur Arce, né en 1886, décédé en 1924 (à l'âge de 38 ans) (mariage religieux le 15 février 1912 en l'église Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, Paris 7ème), dont
            • Paul Le Lieur, comte de Ville sur Arce, né en 1912.
              Marié avec Janine Maltet.
            • Thérèse Le Lieur de Ville sur Arce, née en 1914.
      • Hector Achille Charles Lauwick, né en 1824, décédé.
        Marié en 1854 avec Marie Cécile Louise Philippe, née en 1832, dont
        • Marguerite Lauwick, née en 1856, décédée en 1930 (à l'âge de 74 ans).
          Mariée en 1888 avec Raoul Chagrin de Saint-Hilaire, né en 1854.
        • Philippe Lauwick, né le 26 juin 1858, Mustapha, Algérie, décédé en 1940 (à l'âge de 82 ans), capitaine de vaisseau.
          Marié avec Marie-Anne Chagot, dont
          • Hervé Lauwick, né le 12 septembre 1891, Ker-Hor (Finistère), décédé en 1975 (à l'âge de 84 ans), homme de lettres, écrivain, auteur dramatique.
            Marié le 6 avril 1961 avec Françoise Robert de Larzillé.
          • Jackie Lauwick.
          • Ghyslaine Lauwick.
            Mariée avec Harold Fairweather, capitaine au 19ème Régiment de Lanciers du Bengale.
      • Françoise Lauwick, née le 3 janvier 1826, décédée.
        Mariée le 3 mai 1848 avec Paul de Roucy, né en 1817, décédé en 1900 (à l'âge de 83 ans), châtelain de l'Abbaye à Monchy-Humières, dont
        • Raoul de Roucy, né le 28 mars 1849, Lille (59), attaché au Ministère des Finances, châtelain de l'Abbaye à Monchy-Humières.
          Marié le 13 avril 1887, Paris IV° (75), avec Angèle Vassard, née le 24 janvier 1851, Paris (75) (témoins: René Clérel de Tocqueville 1834-1917, Louis de Roucy 1853-1933, Pierre Saint-Ange-Nicolas 1827, Désiré Grosset 1808) (sans postérité).
        • Louis de Roucy, né le 30 mars 1853, Noyon (60), décédé le 13 juin 1933, Epernay (51) (à l'âge de 80 ans), inspecteur des Eaux et Forêts à Epernay.
          Marié avec Marthe Bussière de Nercy de Vestu, dont
          • Carmen de Roucy, née le 19 novembre 1884, Bagnières-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), décédée le 7 juin 1948, Paris 16e (à l'âge de 63 ans).
            Mariée le 7 août 1905, Monchy-Humières (60), avec Marcel Le Caron de Chocqueuse, né le 9 décembre 1878, Paris, décédé en 1942 (à l'âge de 64 ans), lieutenant au 54e RI (en 1903 et 1905), dont
            • François Le Caron de Chocqueuse, né le 1er janvier 1907, Compiègne (Oise), décédé le 25 septembre 1997, Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) (à l'âge de 90 ans).
              Marié avec Cécile Rougni.
            • Guillaume Le Caron de Chocqueuse, né le 26 juillet 1908, Rouen (Siene-Maritime), décédé le 2 août 1970, Paris 15e (à l'âge de 62 ans), lieutenant de vaisseau le 6 octobre 1939.
            • Serge Le Caron de Chocqueuse, né le 7 mars 1915, Rouen (Seine-Maritime), décédé le 22 juillet 1990, Paris 9e (à l'âge de 75 ans).
            • Hubert Le Caron de Chocqueuse, né le 7 mars 1920, Paris 16ème, décédé le 13 janvier 1988, Paris 4ème (à l'âge de 67 ans).
              Marié le 6 mars 1950, Paris 16ème, avec Régine Coppier, née le 28 mars 1931, Carouge (Genève, Suisse), décédée le 19 mai 2012, inhumée le 24 mai 2012, cimetière de Bazoches-sur-Guyonne (78) (à l'âge de 81 ans).
  • Hubertine Clotilde Durot, née le 2 juin 1748, Lille (59), décédée le 2 mars 1815 (à l'âge de 66 ans).
    Mariée le 20 juin 1773, Lille (59), avec Auguste Joseph de Lagarde de Boutigny, seigneur de Bielville, né le 1er février 1748, lille (59), décédé le 21 juin 1817, Lille (59) (à l'âge de 69 ans), trésorier de France au bureau de Lille, dont
    • Auguste Hector de Lagarde de Boutigny.
      Marié en 1831 avec Marie Clémentine Françoise Malet de Coupigny, décédée le 29 avril 1842, Paris.
  • Marie Catherine Durot.
    Mariée avec Pierre François Beghein d'Aignerue.
  • Amélie Félicité Durot.
    Mariée avec Jean-Baptiste Beghein d'Aignerue.
  • Pierre Marie Régis Durot, né le 14 mai 1751, Lille (Nord), décédé le 10 avril 1830 (à l'âge de 78 ans).
    Marié le 23 février 1779, Gand (Belgique), avec Anne Barbe Clemmen, née le 28 septembre 1754, Gand (Belgique), décédée le 4 mars 1821, Gand (Belgique), inhumée, Peteghem (à l'âge de 66 ans), dont
    • Jeanne Reine Durot, née le 27 juillet 1785, Lille (Nord), décédée le 15 juin 1851, Paris (à l'âge de 65 ans). 
    • "Elle habite au moment de son mariage l'ancienne Abbaye d'Oost-Eecloo. Le couple se sépare assez tôt après avoir résidé 167 rue des Champs à Gand; elle habite alors quai des Violettes (1829) puis le quai des Dominicains. Elle reçoit le 2 Avril 1833 de son frère Octave du ROT la somme de 7500 florins des Pays-Bas provenant de la vente de la maison de campagne (speelgoed) de son père à Gentbrugge. 
      Elle meurt à PARIS (rue Vivienne) d'un cor au pied mal soigné, alors qu'elle était en villégiature avec ses deux filles. Elle est inhumée à Gentbrugge.
      2 portraits d'elle."
      Mariée le 1er juin 1808 avec Bernard François Benoît Hamelinck, né le 31 janvier 1783, décédé le 17 mai 1865 (à l'âge de 82 ans), dont
      • Guillaume Hamelinck, né le 21 mars 1809, Gand (Belgique), décédé le 22 janvier 1890, Gand (Belgique) (à l'âge de 80 ans), commis aux écritures à l'université de Gand.
        Marié le 28 juillet 1851, Gand (Belgique), avec Fannie Josèphe Van Laer, née le 12 mai 1811, Gand (Belgique), décédée le 23 août 1888, Mariakerke, Ostende (Belgique) (à l'âge de 77 ans), dont
        • Isidore Hamelinck, né en 1835, Gand (Belgique).
          Marié avec Aimable Adèle Reclus, née en 1838, Paris, dont
          • Fanny Hamelinck, née en 1861.
          • Caroline Hamelinck, née en 1862.
          • Marie Hamelinck, née en 1864.
        • François Joseph Hamelinck, né le 28 mai 1837, Gand (Belgique), décédé en 1837, Gand (Belgique).
        • François Bernard Victor Hamelinck, né le 5 février 1839, décédé le 17 février 1849 (à l'âge de 10 ans).
        • Maria Hamelinck, née le 13 août 1842, Gand (Belgique), décédée en 1917 (à l'âge de 75 ans).
          Mariée le 29 janvier 1867, Gand (Belgique), avec Auguste Louis Verbrugghen, né le 21 février 1829, Sint-Lievens-Houtem, Flandre-Occidentale (Belgique), décédé le 23 octobre 1901, Sint-Lievens-Houtem, Flandre-Occidentale (Belgique) (à l'âge de 72 ans), notaire, bourgmestre de Sint-Lievens-Houtem (1857-1901), sénateur.
        • Virginie Hamelinck, née en 1846, Gand (Belgique), décédée en 1919, Fleurines, Oise (à l'âge de 73 ans).
          Mariée avec Henri Edmond Courtier, né en 1846, Boursonne, Oise, dont
          • André Maurice Courtier, né en 1868, Saint-Christophe-en-Halatte, Fleurines, Oise, décédé en 1932, Dieulefit, Drôme (à l'âge de 64 ans).
            Marié avec Mary Vergouin-Kindt, décédée en 1932, Loches, Indre-et-Loire, dont
            • Jacqueline Courtier, née le 21 mars 1911, Pontpoint, Oise, décédée le 22 décembre 1972, Paris (à l'âge de 61 ans).
              Mariée en 1935, Paris, avec Jean-François Hippolyte Dussart-Laigle, né en 1913, décédé en 1943 (à l'âge de 30 ans).
      • Chantal Hamelinck, née le 14 août 1812, Gentbrugge, Flandre-Oirentale (Belgique), décédée le 5 juillet 1886, Gentbrugge, Flandre-Orientale (Belgique) (à l'âge de 73 ans).
        Mariée le 9 septembre 1829, Gand (Belgique), avec Jean Albert de Keyser, écuyer , né le 22 frimaire an VII (12 décembre 1798), Gand (Belgique), décédé le 21 novembre 1892, Gentbrugge, Flandre-Orientale (Belgique) (à l'âge de 93 ans), avocat à Gand, dont
        • Anaïs de Keyser, née le 14 juillet 1830, Gand (Belgique), décédée le 17 avril 1903, Destelbergen, Belgique (à l'âge de 72 ans).
          Mariée le 14 janvier 1859, Gand, Belgique, avec Alfred Le Bas de Courmont, né le 28 septembre 1824, Paris, décédé le 13 juin 1860, Destelbergen, Belgique (à l'âge de 35 ans), dont
          • Berthe Marie Henriette Le Bas de Courmont, née le 10 décembre 1859, décédée en 1860 (à l'âge de un an).
        • Colette de Keyser, née le 15 janvier 1835, Gand (Belgique), décédée le 3 juin 1901, Gentbrugge, Belgique (à l'âge de 66 ans).
          Mariée le 28 avril 1855 avec Edmond van Hoobrouck de ten Hulle, né le 16 décembre 1830, Gand (Belgique), dont
          • Raoul van Hoobrouck de ten Hulle, née le 26 mars 1856, Gand (Belgique), décédée le 12 mars 1908, inhumée (à l'âge de 51 ans).
            Mariée le 16 avril 1895, Gand, avec Blanche de Séjournet de Rameignies.
        • Oscar de Keyser, écuyer , né le 12 mai 1836, Gentbrugge, Belgique, décédé le 18 septembre 1868, Gentbrugge, Belgique (à l'âge de 32 ans).
          Marié le 15 juillet 1865, Oostacker, Belgique, avec Hélène Coget, née le 14 décembre 1841, Anvers, Belgique, décédée le 24 mars 1867, Nice (Alpes-Maritimes) (à l'âge de 25 ans), dont
          • Madeleine de Keyser, née le 15 avril 1866, Gand, Belgique, décédée le 26 octobre 1936, Gand, Belgique (à l'âge de 70 ans).
            Mariée le 5 août 1890, Destelbergen, Belgique, avec Ferdinand Fallon, né le 17 avril 1861, Gand, Belgique, décédé le 5 août 1926, Destelbergen, Belgique (à l'âge de 65 ans), dont
            • Christiane Fallon, née le 1er novembre 1891, Gand, Belgique, décédée le 12 novembre 1970, Dilbeek, Belgique (à l'âge de 79 ans).
            • Hélène Fallon, née le 30 novembre 1892, Gand, Belgique, décédée le 27 février 1898, Gand, Belgique (à l'âge de 5 ans).
            • Marie-Anne Fallon, née le 15 juillet 1894, Tronchiennes, Belgique, décédée le 17 septembre 1970, Destelbergen, Belgique (à l'âge de 76 ans).
              Mariée le 20 août 1921, Destelbergen, Belgique, avec Jacques Wahis, né le 30 novembre 1895, Schaerbeek, Bruxelles, décédé le 17 février 1956, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 60 ans).
            • Joseph Fallon, né le 4 décembre 1896, Gand, Belgique, décédé le 16 février 1977, Etterbeek, Bruxelles (à l'âge de 80 ans).
              Marié le 23 octobre 1924, Uccle, Bruxelles, avec Thérèse Carton de Wiart, née le 27 juin 1906, Bruxelles, décédée le 21 décembre 1992, Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles (à l'âge de 86 ans).
        • Edgard de Keyser, écuyer , né le 26 décembre 1841, Gand (Belgique), décédé le 18 février 1917, Destelbergen, Belgique (à l'âge de 75 ans).
          Marié le 23 mars 1871, Gand, Belgique, avec Maria de Burbure de Wesembeek, née le 23 décembre 1845, Gand (Belgique), décédée le 4 juillet 1929, Destelbergen (Belgique) (à l'âge de 83 ans), dont
          • Fernand de Keyser, écuyer , né le 24 février 1872, Gand (Belgique), décédé le 9 juin 1914, Destelbergen, Belgique (à l'âge de 42 ans).
            Marié le 6 août 1895, Seeverghem, Belgique, avec Marie de Pelichy, née le 19 mai 1869, Seeverghem, Belgique, décédée le 4 juin 1950, Gand (Belgique) (à l'âge de 81 ans) (5 enfants), dont
            • Jean de Keyser, écuyer , né le 17 avril 1897, Gand (Belgique), décédé le 5 février 1925, Waimes, province de Liège (Belgique) (à l'âge de 27 ans).
              Marié le 20 septembre 1920, Puy-Guillaume (Puy-de-Dôme), avec Anne Marie Chirac, née le 12 août 1900, Puy-Guillaume (Puy-de-Dôme), décédée le 28 septembre 1967, Vichy (Allier) (à l'âge de 67 ans).
          • Jeanne de Keyser, née le 30 juillet 1873, Destelberghen, Belgique, décédée le 6 août 1963, Gentbrugge, Belgique (à l'âge de 90 ans).
            Mariée le 15 septembre 1898, Destelberghen, Belgique, avec Joseph Morel de Westgaver, né le 25 octobre 1868, Gand (Belgique), décédé le 20 janvier 1934, Gentbrugge, Belgique (à l'âge de 65 ans), dont
            • Pierre Morel de Westgaver, né le 2 octobre 1899, Courtrai, Belgique, décédé le 15 novembre 1944, Gand (Belgique) (à l'âge de 45 ans).
              Marié le 27 novembre 1923, Gand, Belgique, avec Ghislaine Delebecque, née le 5 mars 1901, Gand (Belgique), décédée le 4 juin 1978, Sint-Denijs-Westrem, Belgique (à l'âge de 77 ans).
            • Roger Morel de Westgaver, né le 31 mars 1901, Courtrai, Belgique, décédé le 14 mars 1945, Borsbeek, Belgique (à l'âge de 43 ans).
              Marié le 18 janvier 1945, Gand, Belgique, avec Yvonna De Bruycker, née le 14 décembre 1908, Gentbrugghe, Belgique, décédée le 7 janvier 1981, Gand, Belgique (à l'âge de 72 ans).
            • Gérald Morel de Westgaver, né le 30 décembre 1902, Gand, Belgique, décédé le 5 mai 2002, Gand, Belgique (à l'âge de 99 ans), président émérite à la Cour d'appel de Gand, président du Conseil de guerre de Gand, membre du Conseil héraldique.
              Marié le 4 juillet 1934, Gentbrugge, Belgique, avec Chantal Cardon de Lichtbuer, née le 23 août 1912, Gentbrugge, Belgique, décédée le 10 octobre 1995, Gand, Belgique (à l'âge de 83 ans).
            • Marie-Louise Morel de Westgaver, née le 24 mai 1906, Gand, Belgique, décédée le 27 février 1989, Rhode-Saint-Genèse, Belgique (à l'âge de 82 ans).
              Mariée le 19 août 1929, Destelbergen, Belgique, avec Paul de Halleux, né le 22 avril 1905, Ostende, Belgique, décédé le 17 avril 1958, Gand, Belgique (à l'âge de 52 ans).
            • Françoise Morel de Westgaver, née le 5 octobre 1907, Destelberghen, Belgique, décédée le 21 mai 1986, Gand, Belgique (à l'âge de 78 ans).
              Mariée le 2 août 1927, Destelberghen, Belgique, avec Xavier de Burbure de Wesembeek, né le 16 juillet 1904, Fayt-lez-Manage, Belgique, décédé le 18 décembre 1978, Merelbeke, Belgique (à l'âge de 74 ans).
      • Marie Octavie Hamelinck.
        Mariée le 19 avril 1831 avec Louis Emile Joseph Lauwick, né le 11 juin 1809, voir ci-dessus.
  • Louis François Durot.
    Marié avec Marguerite Bayard.
  • Nathalie Françoise Durot, dominicaine à Lille.
  • Patrice Joseph Durot, religieux à l'abbaye de Marchiennes.

Total: 131 personnes (conjoints non compris).

Descendance de Louis de Lagarde de Boutigny

Louis de Lagarde de Boutigny, chevalier de Lagarde, seigneur de Boutigny, baptisé le 12 mai 1717, Valenciennes (Notre Dame de La Chaussée), décédé le 27 janvier 1749, Lille (Saint-Etienne), Nord (peut-être 31 ans), avocat en Parlement de Paris & de Flandres, substitut au Bureau des Finances de Lille, procureur du Roi à la Prévôté le Comte de Valenciennes, marié   avec Henriette Barat, baptisée le 23 juillet 1718, Lille (Saint-Maurice),décédée le 23 mai 1784, Lille (Saint-Etienne), Nord (peut-être 65 ans), dont

  • Auguste Joseph de Lagarde de Boutigny, seigneur de Bielville, né le 1er février 1748, lille , décédé le 21 juin 1817, Lille  (69 ans), trésorier de France au bureau de Lille, marié   le 20 juin 1773, Lille , avec Hubertine Clotilde Durot, née le 2 juin 1748, Lille , décédée le 2 mars 1815 (66 ans), dont
    • Auguste Hector de Lagarde de Boutigny, marié   en 1831 avec Marie Clémentine Françoise Malet de Coupigny, décédée le 29 avril 1842, Paris.
  • Aimée Adélaïde de Lagarde de Boutigny, née le 10 avril 1749, Lille (Saint-Etienne),décédée le 27 octobre 1817, Lille  (68 ans), mariée  le 3 mai 1773 avec Jean François Duquesne, seigneur de Surparcq, né en 1742, Esquerchin décédé le 29 novembre 1806, Ascq  (64 ans), avocat au Parlement de Flandres, greffier criminel de la Ville de Lille, conseiller à la Gouvernance & Souverain Bailliage de Lille (filleul: Charles François Godefroy Duquesne 1776-1856), dont
    • Alexandre Henri Duquesne de Surparcq, baptisé le 8 mars 1774, Lille (Saint Etienne), Nord.
    • Adélaïde Catherine Augusta Duquesne de Surparcq, baptisée le 28 avril 1775, Lille (Saint Etienne), Nord.
      Mariée
      le 17 juillet 1793, Lille avec Jean Philippe Bouchez, né en 1766, Revin, Ardennes, chirurgien major au 4ème Régiment de Chasseurs du Nord.
    • François Régis Duquesne de Surparcq, baptisé le 8 juillet 1776, Lille (Saint-Etienne),décédé le 12 juin 1806, Siegen, Rhénanie du Nord Westphalie, Allemagne (peut-être 29 ans), garde magasins de la 1ère Division de Dragons de la Grande Armée.
    • Aimée Charlotte Clothilde Duquesne de Surparcq, baptisée le 17 août 1777, Lille (Saint Etienne), Nord.
    • Ildephonse Ferdinand Duquesne de Surparcq, né le 1er septembre 1778, Lille (Saint-Etienne),baptisé, Lille (Saint-Etienne), Nord.
    • Catherine Suzanne Duquesne de Surparcq, née le 20 octobre 1779, Lille (Saint-Etienne),baptisée le 2 novembre 1779, Lille (Saint Etienne), Nord, mariée  le 3 février 1801, Ascq,avec Jean Baptiste Prosper Moroy, né le 28 juin 1768, Reims (Marne).
    • Charles Désiré Duquesne de Surparcq, baptisé le 14 novembre 1781, Lille (Saint Etienne), Nord.
    • Aimé François Duquesne de Surparcq, baptisé le 21 octobre 1782, Saint Etienne, Lille décédé le 13 avril 1840, hôpital Maritime, Fort Royal (Martinique) (peut-être 57 ans), huissier du Conseil Privé, capitaine de la 1ère Légion ducapitaine en retraite à Orchies (1825), marié   le 10 août 1825, Orchies, avec Sophie Soufflet, née le 6 avril 1782, Orchies, Nord.
    • Caroline Henriette Nathalie Duquesne de Surparcq, baptisée le 9 novembre 1784, Lille (Saint Etienne),décédée le 7 janvier 1785, Lille (Saint-Sauveur), Nord (peut-être un mois).
    • Albertine Olympiade Lucie Duquesne de Surparcq, baptisée le 29 mai 1786, Lille (Saint-Maurice), Nord.
      Mariée
      le 12 février 1806, Ascq, avec Benoît Joseph Bucquoy, né le 13 mars 1768, rentier à Taisnières en Thiérache.
    • Odile Sophie Duquesne de Surparcq, baptisée en 1788, décédée le 28 avril 1789, Lille (Sainte-Catherine), Nord (peut-être un an).
    •  

Descendants de Judocus Clemmen

Jusqu'à la 7e génération.

Judocus, baron Clemmen, seigneur de Peteghem et de Acren-Saint-Géréon, né le 7 septembre 1712, Welden, Flandre-Orientale, décédé le 10 avril 1802, Gand (à l'âge de 89 ans). 

    CLEMMEN BARON DE PETEGHEM.
    "Le titre de baron a été concédé par le souverain des Pays-Bas, appliqué à la terre de Peteghem et ainsi transmissible par droit de primogéniture. Les cadets prennent le titre de chevalier en vertu d’autres diplômes aussi concédés par les souverains des Pays-Bas.
Josse Clemmen (Welden, Septembre 7, 1712 - Gand, le 23 Janvier 1802), seigneur de Peteghem, était le fils du maire de Welden, Pierre Clemmen et Anna Van Poucke. Ils ont vécu dans l'ancienne forteresse de Petegem, le "Vieux Château". 

Sur ses ruines, en 1789-1790, Josse Clemmen, qui était sur le point d'être anobli, commanda un nouveau château, peut-être conçu par l'architecte David 't Kindt. Entre temps, il était devenu un cotonnier actif en tant que propriétaire et ostréiculteur à Ostende. Il a épousé en 1744 avec Marie-Barbe Theeus et ils ont eu sept enfants. En 1767, il a acheté comme un pays dans le château Braem à Gentbrugge. En 1771, il a acheté un hôtel,  situé à Veldstraat 82, Gant que l'architecte David 't Kindt avait construit et qui devint l'Hôtel Clemmen ( en 1836 il est devenu la propriété de la famille Van der Haeghen et après le don à la ville de Gand en 1945, devint le Musée Arnold Vander Haeghen. Il a été admis à la noblesse par l'empereur Joseph II en 1789. Pendant la Révolution belge, il est resté fidèle aux Autrichiens et a dû fuir Gand. En 1791, il a reçu de l'empereur Léopold II, avec son fils aîné, le titre de baron. En 1792, les autres fils ont reçu le titre de chevalier."

Durot-Clemmen-PETEGEM

Clemmen-Wortegem-Petegem,_nieuw_kasteel-

Wortegem-Petegem, nieuw_kasteel

Marié le 4 avril 1744, église Saint-Jacques, Gand (Belgique), avec Anne Barbe Theeus, décédée en 1802, dont

  • Jean Josse Clemmen, baron Clemmen de Peteghem (14 avril 1816), né le 5 juillet 1746, Gand, décédé le 19 février 1823, Gand (à l'âge de 76 ans), industriel (textile), négociant.
  • Josse Charles Clemmen, chevalier (5 mai 1822), né le 3 février 1751, Gand, décédé le 8 février 1836, Gand (à l'âge de 85 ans), indutriel (textile), négociant.
    Marié le 22 janvier 1780, Gand, avec Françoise Poelman, décédée le 9 juin 1830, Gand, dont
    • Marie Suzanne Clemmen, née le 7 octobre 1780, Gand (Belgique), décédée le 30 mai 1812, Paris (à l'âge de 31 ans).
      Mariée le 17 fructidor an VI (3 septembre 1798), Gand, avec Armand Limnander de Nieuwenhove, écuyer , né le 22 mars 1767, Gand, décédé le 24 janvier 1831, Gand (à l'âge de 63 ans), dont
      • Pauline Limnander de Nieuwenhove, née le 3 juin 1799, Gand, décédée le 10 mai 1870, Gand (à l'âge de 70 ans).
        Mariée le 15 juillet 1822, Gand, avec Auguste Pycke, baron de Peteghem (8 octobre 1842), né le 22 novembre 1794, Gand, décédé le 2 septembre 1868, Petegem-aan-de-Schelde, Flandre-Orientale (à l'âge de 73 ans), conseiller provincial de Flandre orientale, dont
        • Oscar Pycke, baron de Peteghem (1868), né le 1er avril 1823, Gand, décédé le 18 novembre 1903, Petegem-aan-de-Schelde, Flandre-Orientale (à l'âge de 80 ans), sénateur et questeur du sénat, bourgmestre de Petegem..
          Marié le 29 mai 1856, Mons, avec Mathilde de Robersart, née le 1er mars 1834, Mons, décédée le 7 décembre 1916, Bruxelles (à l'âge de 82 ans), dont
          • Clémentine Pycke de Peteghem, née le 4 mars 1857, Saint-Josse-ten-Noode, décédée le 1er décembre 1944, Marchin (à l'âge de 87 ans).
            Mariée le 9 janvier 1878, Bruxelles, avec Alphonse, comte de Robiano (6e), né le 12 mai 1846, Marchin, décédé le 15 mai 1882, Marchin (à l'âge de 36 ans), dont
            • Cécile de Robiano, née le 3 décembre 1878, Bruxelles, Belgique, décédée le 15 mars 1921 (à l'âge de 42 ans).
              Mariée le 28 août 1900, château de Marchin, Belgique, avec Henri Quecq d'Henripret, né le 15 juillet 1872, Lille, décédé, dont
              • Raphaël Quecq d'Henripret, né le 12 octobre 1901, Labuissière, décédé le 11 mars 1965, Liège (à l'âge de 63 ans).
                Marié le 20 décembre 1923, Lovendegem, Flandre-Orientale, avec Simone Dons de Lovendeghem, née le 9 avril 1901, Lovendegem, Flandre-Orientale, décédée le 22 février 1964, Gand (à l'âge de 62 ans).
              • Odile Quecq d'Henripret, née le 30 novembre 1902, Lille, Nord.
              • Lucienne Jeanne Clémentine Quecq d'Henripret, née le 21 mars 1904, Lille, Nord.
              • Henriette Marie Isabelle Quecq d'Henripret, née le 14 février 1906, Lille, Nord.
              • Gisèle Quecq d'Henripret, née le 10 décembre 1909, Lille, Nord, décédée le 17 juillet 1971, Tours (Indre-et-Loire) (à l'âge de 61 ans).
                Mariée le 27 novembre 1929, Lille, Nord, avec André Le Mesre de Pas, né le 8 octobre 1900, château de Bas-Oha, Bas-Oha, Belgique, décédé le 8 octobre 1961, Tours, Indre-et-Loire (à l'âge de 61 ans).

Mariée le 22 septembre 1887, Marchin, avec Gaëtan, comte de Robiano (6e), né le 7 août 1853, Marchin, décédé le 24 décembre 1942, Marchin (à l'âge de 89 ans), dont

            • Raphaël de Robiano, né le 12 juillet 1888, Marchin.
            • François, comte de Robiano (7e), né le 8 juin 1889, Marchin, décédé le 26 octobre 1968, Ixelles (à l'âge de 79 ans).
              Marié le 5 juillet 1912, Ixelles, avec Yvonne de Marcq de Tiège, née le 11 juin 1888, Saint-Trond, décédée le 8 août 1972, Bruxelles (à l'âge de 84 ans), dont
              • Rodolphe de Robiano, né le 3 juin 1913, Liège, père jésuite.
              • Serge, comte de Robiano (8e), né le 26 mars 1922, Ixelles, Bruxelles (Belgique), décédé le 28 février 2012, Sart-Saint-Laurent (à l'âge de 89 ans), diplomate, ambassadeur.
                Marié le 1er avril 1948, Bruxelles, avec Isabelle de Maleingreau d'Hembise, née le 21 février 1926, Gololcha, Ethiopie, décédée le 15 septembre 2003, Huy, Belgique (à l'âge de 77 ans).
            • Germaine de Robiano, née le 11 mai 1890, Marchin (Belgique), décédée le 23 janvier 1983, Bruxelles (à l'âge de 92 ans).
              Mariée le 18 juin 1913, Marchin (Belgique), avec Joseph Le Grelle, né le 5 novembre 1889, Anvers (Belgique), décédé le 13 août 1941, Bruxelles (Belgique) (à l'âge de 51 ans), dont
              • Yves Le Grelle, né le 11 juin 1914, Marchin (Belgique), décédé le 19 mai 1975, Ixelles (Belgique) (à l'âge de 60 ans).
                Marié le 5 juillet 1938, Anvers (Belgique), avec Florence Jolly, née le 10 mars 1916, Clifton (Grande Bretagne), décédée le 8 août 1988, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Belgique (à l'âge de 72 ans).
              • Gaëtan Le Grelle, né le 5 mars 1916, Anvers (Belgique), décédé le 13 juillet 1982, Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles (à l'âge de 66 ans).
              • Christian Le Grelle, né le 31 août 1918, Anvers (Belgique), décédé le 12 avril 1993, Marmande (Lot-et-Garonne) (à l'âge de 74 ans), architecte.
                Marié le 12 avril 1944, Bruxelles (Belgique), avec Marie-Thérèse du Lac, née le 20 octobre 1912, Montech (Tarn-et-Garonne), décédée le 5 septembre 1990, Sérignac-Péboudou (Lot-et-Garonne) (à l'âge de 77 ans).
              • Monique Le Grelle, née le 20 juin 1921, Anvers (Belgique), décédée le 19 avril 1999, Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) (à l'âge de 77 ans).
                Mariée le 17 juillet 1946, Bruxelles (Belgique), avec Henri Leclercq, né le 4 avril 1918, Woluwe-Saint-Pierre (Belgique).
              • Philippe Le Grelle, né le 4 mars 1924, Anvers (Belgique).
                Marié le 28 mars 1951, Uccle (Belgique), avec Marie-Christine Cryns, née le 19 avril 1925, Hasselt (Belgique), décédée le 10 juillet 2015, Petit-Han, Luxembourg (Belgique) (à l'âge de 90 ans).
            • Othon de Robiano, né le 7 novembre 1891, Marchin, décédé le 28 février 1893, Marchin (à l'âge de 15 mois).
            • Etienne de Robiano, né le 13 janvier 1893, Marchin, décédé le 13 juin 1977, Marchin (à l'âge de 84 ans).
            • Raymond de Robiano, né le 16 février 1896, Marchin, décédé le 24 septembre 1949, Sikikatchi, Congo (à l'âge de 53 ans).
              Marié le 28 avril 1925, Huy, avec Suzanne Smets, née le 11 juillet 1905, Huy, décédée le 25 octobre 1970, Palma-de-Majorque (Baléares) (à l'âge de 65 ans), dont
              • Nicole de Robiano, née le 20 mai 1926, Liège, décédée le 3 août 1930, Kalémie (ancienne Albertville), R.D. Congo (à l'âge de 4 ans).
              • Jacqueline de Robiano, née le 13 juillet 1934, Huy, décédée le 26 juillet 2009, Ottignies-Louvain-la-Neuve, inhumée le 31 juillet 2009, cimetière Sainte-Anne de Waterloo (à l'âge de 75 ans).
                Mariée avec Charles Hubert, né le 12 septembre 1925, Uccle, Bruxelles, magistrat.
            • Jacques de Robiano, né le 9 avril 1897, Marchin, Belgique, décédé le 10 juillet 1970, Marchin, Belgique (à l'âge de 73 ans).
              Marié le 19 octobre 1938, Anvers, Belgique, avec Sabine de Browne, née le 18 décembre 1909, Anvers, Belgique, décédée le 5 octobre 1996 (à l'âge de 86 ans), dont
              • Jean-Jacques de Robiano, né le 14 octobre 1939, Uccle, Belgique.
                Marié le 21 avril 1962, Saint-Servais, Namur, avec Claudine De Windt, née le 26 février 1941, Châtelineau-Châtelet.
              • Othon de Robiano, né le 16 juin 1943, Wauthier-Braine, Belgique.
              • Didier de Robiano, né le 8 novembre 1948, Marchin, Belgique.
                Marié avec Carine Liénart van Lidth de Jeude, née le 29 mai 1953, Etterbeek, décédée le 7 juin 2010, Ottignies (à l'âge de 57 ans), divorcés.
                Marié avec Kathleen Jago, née en 1957.
              • Marina de Robiano, née le 16 avril 1950, Marchin, Belgique.
            • Geneviève de Robiano, née le 19 septembre 1898, Marchin.
          • Gaston Pycke de Peteghem, né le 3 janvier 1859, Bruxelles, décédé le 24 août 1933, Nouvelles (à l'âge de 74 ans).
            Marié le 5 mai 1886, Bruxelles, avec Isabelle d'Oultremont, née le 15 septembre 1862, Gondregnies, décédée le 22 avril 1942, Bruxelles (à l'âge de 79 ans), dont
            • Georgine Pycke de Peteghem, née le 25 février 1887, Bruxelles, décédée le 4 mars 1978, Mons (à l'âge de 91 ans).
              Mariée le 18 août 1908, Nouvelles, avec Edouard d'Oultremont, né le 21 juillet 1880, Ixelles, décédé le 22 mars 1945, Nouvelles (à l'âge de 64 ans), militaure, major de cavalerie, bourgmestre de Nouvelles, dont
              • Myriam d'Oultremont, née le 17 octobre 1909, Nouvelles, décédée le 8 février 2003, Ixelles (à l'âge de 93 ans).
              • Gaston d'Oultremont, né le 26 septembre 1910, Nouvelles, décédé le 17 janvier 1988, Mons (à l'âge de 77 ans).
                Marié le 20 janvier 1938, Bruxelles, avec Madeleine Houtart, née le 4 mai 1914, Bruxelles, décédée le 7 octobre 2008, Nouvelles, inhumée le 11 octobre 2008, Nouvelles, après cérémonie religieuse en l'église de Nouvelles (à l'âge de 94 ans).
              • Béatrice d'Oultremont, née le 7 février 1912, Bruxelles, décédée le 5 février 2007, Freux - province de Luxembourg (Belgique) (à l'âge de 94 ans).
                Mariée le 16 mai 1932, Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles, avec Jacques de Fierlant Dormer, né le 18 novembre 1908, Bruxelles, décédé le 11 mars 1995, Libramont-Chevigny, Belgique (à l'âge de 86 ans), bourgmestre de Freux.
              • Raoul d'Oultremont, né le 29 avril 1915, Nouvelles, décédé le 12 mai 1993, Yvoir (à l'âge de 78 ans).
              • Jacques d'Oultremont, né le 18 août 1919, Nouvelles, Hainaut, décédé le 22 février 2012, Uccle, inhumé le 28 février 2012, mausolée d'Oultremont, à Houtaing-Ath, Hainaut (Belgique) (à l'âge de 92 ans).
                Marié le 20 avril 1946, Ixelles, avec Gilberte Lierneux, née le 12 mai 1926, Saint-Gilles, Bruxelles, décédée le 7 décembre 2013, Uccle, incinérée (à l'âge de 87 ans).
              • Christiane d'Oultremont, née le 26 juin 1923, Nouvelles, Hainaut, décédée le 8 septembre 2015, Woluwe-Saint-Lambert, Bruxelles, inhumée le 18 septembre 2015, Gestel, Anvers (à l'âge de 92 ans).
                Mariée le 16 juillet 1946, Nouvelles, Hainaut, avec Pierre de Brouchoven de Bergeyck, né le 1er décembre 1918, Folkestone (Grande-Bretagne), décédé le 23 juillet 1959, Ixelles (à l'âge de 40 ans).
                Mariée le 7 décembre 1960, Ixelles (Belgique), avec Roger de Cock de Rameyen, né le 2 juillet 1904, Beveren-Waas, décédé le 20 mars 1981, Bruxelles (à l'âge de 76 ans).
              • Bertrand d'Oultremont, né le 12 septembre 1925, Nouvelles, décédé le 22 décembre 1975, Mons (à l'âge de 50 ans).
          • Maurice Pycke de Peteghem, né le 3 janvier 1859, Saint-Josse-ten-Noode, décédé le 21 mai 1897, Gand (à l'âge de 38 ans).
            Marié le 12 mai 1888, Gand, avec Marie Thérèse Geelhand de la Bistrate, née le 19 mars 1865, Gand, décédée le 18 juillet 1929, Bornem (à l'âge de 64 ans), dont
            • Elisabeth Pycke de Peteghem, née le 10 juillet 1889, Gand, décédée le 7 septembre 1937, Ostende (à l'âge de 48 ans).
              Mariée le 28 juin 1911, Gand, avec Pierre d'Oultremont, né le 13 mai 1883, Bruxelles, décédé le 6 mai 1965, Linkebeek (à l'âge de 81 ans), dont
              • Arlette d'Oultremont, née le 28 août 1922, Gand (Belgique), décédée le 14 septembre 2015, Uccle, Bruxelles, inhumée, Hingene, Anvers (à l'âge de 93 ans).
                Mariée le 19 juillet 1947, Linkebeek, Brabant flamand (Belgique), avec Jean, comte d'Ursel, né le 27 mars 1917, Guines (Pas-de-Calais), décédé le 10 mai 1990, Uccle, Bruxelles (Belgique) (à l'âge de 73 ans), ambassadeur honoraire de S.M. le Roi, président de l'A.N.R.B..
              • Francine d'Oultremont, née le 19 octobre 1923, Bruxelles, décédée.
                Mariée le 25 juin 1946, Linkebeek, Belgique, avec François, baron de Dorlodot, né le 4 avril 1918, Floriffoux, Namur (Belgique), décédé le 30 novembre 2014, château de Vieusart, Corroy-le-Grand, Brabant wallon, inhumé le 3 décembre 2014, cimetière de Vieusart, Corroy-le-Grand, Brabant wallon (à l'âge de 96 ans).
              • Roland d'Oultremont, né le 19 mars 1927, Bruxelles, décédé le 17 juin 2006, Forest, inhumé le 22 juin 2006 (à l'âge de 79 ans).
                Marié le 19 décembre 1954, Sint-Katelijne- Waver, avec Chantal Ysebrant de Lendonck, née le 8 décembre 1931, Sint-Katelijne-Waver.
              • Suzanne d'Oultremont, née le 12 décembre 1928, Bruxelles, décédée le 2 mai 2014, Uccle (à l'âge de 85 ans) (filleul: Alan Paul Bréjon 1985-).
                Mariée le 8 avril 1967, Linkebeek (Belgique), avec Louis Robert, comte de Beauchamp, né le 14 février 1919, Paris XVIe, décédé le 13 janvier 1993, Poitiers (Vienne) (à l'âge de 73 ans).
              • Jean Pierre d'Oultremont, né le 4 décembre 1930, Bruxelles, décédé le 10 décembre 2007, Lasne, Brabant wallon (à l'âge de 77 ans).
                Marié le 20 août 1955, Sint-Katelijne-Waver, Anvers, avec Auriane Ysebrant de Lendonck, née le 19 août 1936, Sint-Katelijne-Waver, Anvers, décédée le 9 janvier 2016, Braine-l'Alleud, Brabant wallon, inhumée le 16 janvier 2016, Saint-Gilles, Bruxelles (à l'âge de 79 ans).
          • Georges Pycke de Peteghem, né le 21 mars 1863, Ixelles, décédé le 18 juin 1886, Jerusalem (à l'âge de 23 ans).
          • Maximilien Pycke de Peteghem, né le 25 janvier 1870, Bruxelles, décédé le 14 juin 1949, Petegem-aan-de-Schelde, Flandre-Orientale (à l'âge de 79 ans).
            Marié le 24 août 1897, Saint-Gilles-lez-Bruxelles, avec Edith de T'Serclaes de Kessel, née le 18 août 1878, Bruxelles, décédée le 8 janvier 1946, Ixelles (à l'âge de 67 ans), dont
            • Christiane Pycke de Peteghem, née le 24 mai 1898, Ixelles, décédée le 29 mars 1966, Petegem-aan-de-Schelde, Flandre-Orientale (à l'âge de 67 ans).
              Mariée le 30 janvier 1920, Ixelles, avec Guy de Liedekerke de Pailhe, né le 1er avril 1894, Vertrijk, Brabant flamand, décédé en 1974, Petegem-aan-de-Schelde, Flandre-Orientale (à l'âge de 80 ans), militaire, major de cavalerie, bourgmestre de Petegem-aan-de-Schelde.
            • Aliette Pycke de Peteghem, née le 27 septembre 1899, Petegem-aan-de-Schelde, Flandre-Orientale, décédée le 1er novembre 1969, Ixelles (à l'âge de 70 ans).
              Mariée le 7 juin 1920, Ixelles, avec Ferdinand de La Serna, né le 21 mai 1894, Fouleng, décédé le 17 avril 1973, Ixelles (à l'âge de 78 ans), dont
              • Hervé de La Serna, né le 3 juillet 1922.
                Marié le 6 septembre 1950, Bruxelles, avec Christiane Le Pelletier de Glatigny, née le 12 février 1930, Château de Salvert, Neuillé (Maine-et-Loire), décédée le 19 septembre 2012, Woluwe-Saint-Lambert, (Belgique), inhumée le 24 septembre 2012, Krainem (à l'âge de 82 ans).
              • Eric de La Serna, né le 10 juin 1923, Ixelles, Bruxelles, décédé le 18 octobre 2010, Etterbeek, Bruxelles (à l'âge de 87 ans).
                Marié le 30 janvier 1963, Etterbeek, Bruxelles, avec Viviane d'Ursel, née le 5 mars 1940, Etterbeek, Bruxelles.
            • Irène Pycke de Peteghem, née le 27 mars 1901, Ixelles, décédée le 30 mai 1975, Ixelles (à l'âge de 74 ans).
              Mariée le 1er juin 1927, Ixelles, avec Pierre de la Croix d'Ogimont, né le 23 février 1900, Louvain, décédé le 17 janvier 1982, Ixelles (à l'âge de 81 ans), dont
              • Jeannine de la Croix d'Ogimont, née le 9 avril 1928, Ixelles, Bruxelles.
                Mariée le 9 septembre 1953, Ixelles, Bruxelles, avec Guy d'Ursel, né le 1er octobre 1928, Bruxelles, décédé le 18 septembre 2012, Woluwe-Saint-Lambert, Bruxelles, inhumé le 21 septembre 2012, Hingene (Belgique) (à l'âge de 83 ans).
              • Alain de la Croix d'Ogimont, né le 14 décembre 1929, Ixelles, Bruxelles.
                Marié le 28 avril 1956, Uccle, Bruxelles, avec Michelle, baronne de Moffarts, née le 6 avril 1934, Rotheux-Rimière, Liège (Belgique), décédée le 14 juin 2015, Petegem, Petegem-aan-de-Schelde, Flandre-Orientale (à l'âge de 81 ans).
              • Françoise de la Croix d'Ogimont, née le 14 juillet 1932, Petegem-aan-de-Schelde, Flandre-Orientale.
                Mariée le 28 décembre 1967, Ixelles, avec Raoul Quarré, né le 26 septembre 1921, Ixelles, décédé le 21 mars 2009, Bruxelles (à l'âge de 87 ans) (sans postérité).
        • Amédée, baron Pycke (1859), né le 2 juin 1824, Gand, décédé le 21 novembre 1898, Bruxelles (à l'âge de 74 ans), diplomate, sénateur.
          Marié le 22 janvier 1859, La Haye (Pays-Bas), avec Albertina Gijsbertha Heldewier, née le 12 avril 1829, Karlsruhe, Bade (Allemagne), décédée le 12 novembre 1907, Bruxelles (à l'âge de 78 ans), dont
          • Lucie Pycke, née le 17 octobre 1860, La Haye (Pays-Bas), décédée le 2 mars 1953, Rome (à l'âge de 92 ans).
            Mariée le 5 janvier 1895, Bruxelles, avec Gian Batista Guerrieri Gonzaga, né le 7 mars 1863, Mantoue (Italie), décédé le 19 juin 1931, Rome (à l'âge de 68 ans), député provincial.
          • Paul, baron Pycke de Peteghem (1898), né le 2 septembre 1862, Lisbonne, décédé le 24 juin 1931, Lasne-Chapelle-Saint-Lambert (à l'âge de 68 ans), diplomate.
            Marié le 29 juin 1887, Bruxelles, avec Marie Antoinette de Renesse, née le 28 mai 1865, Bruxelles, décédée le 19 octobre 1948, Lasne-Chapelle-Saint-Lambert (à l'âge de 83 ans), dont
            • Antoinette Pycke de Peteghem, née le 29 octobre 1891, Bruxelles, décédée le 21 avril 1959, Bruxelles (à l'âge de 67 ans).
              Mariée le 8 mars 1917, Calais (Pas-de-Calais), avec Jacques della Faille d'Huysse, né le 11 octobre 1886, Elene, Flandre-Orientale, décédé le 14 juin 1955, Lasne-Chapelle-Saint-Lambert (à l'âge de 68 ans).
          • Inès Pycke, née le 31 octobre 1863, Lisbonne, décédée le 28 novembre 1929, aux Indes (à l'âge de 66 ans), religieuse, moniale bénédictine.
          • René Pycke de Peteghem, né le 15 juin 1865, Lisbonne, décédé le 14 décembre 1930, Poeke, Flandre-Orientale (à l'âge de 65 ans), militaire, officier de cavalerie, bourgmestre de Poeke.
            Marié le 18 juin 1896, Bruxelles, avec Christine de Clerque Wissocq de Sousberghe, née le 12 juillet 1874, Gand, décédée le 17 avril 1931, Bruxelles (à l'âge de 56 ans), dont
            • Inès Pycke de Peteghem, née le 26 septembre 1897, Bruxelles, décédée le 4 novembre 1955, Poeke, Flandre-Orientale (à l'âge de 58 ans), bourgmestre de Poucques (Poeke).
            • Etienne Pycke de Peteghem, né le 22 septembre 1898, Virelles, Hainaut (Belgique), décédé le 7 mai 1918, Calais (Pas-de-calais) (à l'âge de 19 ans).
        • Albéric Pycke, né le 2 octobre 1825, Gand, décédé le 4 décembre 1827, Gand (à l'âge de 2 ans).
        • Emile Pycke, né le 18 janvier 1827, Gand, décédé le 29 juillet 1848, Petegem-aan-de-Schelde, Flandre-Orientale (à l'âge de 21 ans).
        • Clémentine Pycke, née le 25 avril 1828, Gand, Belgique, décédée le 2 juillet 1852, Frascati, Italie (à l'âge de 24 ans).
          Mariée le 23 décembre 1851, Petegem-aan-de-Schelde (Belgique), avec Astère de Kerchove de Denterghem, né le 5 juin 1817, Gand (Belgique), décédé le 24 décembre 1895, Astene, Flandre-Orientale (Belgique) (à l'âge de 78 ans).
        • Jules Pycke, né le 7 avril 1830, Gand, décédé le 3 mai 1866, Rome (à l'âge de 36 ans).
        • Georges Pycke, né le 28 juin 1832, Gand, décédé le 7 août 1835, Gand (à l'âge de 3 ans).
        • Victor Pycke, né le 9 février 1835, Gand, décédé le 12 août 1875, Poeke, Flandre-Orientale (à l'âge de 40 ans).
    • Anne Marie Clemmen, née en 1782, Gand, décédée le 8 février 1811, Gand (à l'âge de 29 ans).
    • Léonarde Clemmen, née le 20 septembre 1792, Gand, décédée le 19 janvier 1819, Gand (à l'âge de 26 ans).
      Mariée le 2 avril 1812, Gand, avec Emmanuel van de Woestyne, né le 2 juillet 1779, Gand, décédé le 23 novembre 1826, Gand (à l'âge de 47 ans), dont
      • Clémence van de Woestyne, née le 13 mars 1813, Gand, Belgique, décédée le 15 décembre 1886, Tronchiennes, Belgique (à l'âge de 73 ans).
        Mariée le 26 avril 1832, Gand, Belgique, avec Victor van den Hecke, né le 20 avril 1810, Evergem, Belgique, décédé le 24 janvier 1870, Evergem, Belgique (à l'âge de 59 ans), sénateur du royaume des belges (2 enfants), dont
        • Ghislaine van den Hecke, née le 22 février 1833, Gand, décédée le 28 septembre 1906, châetau de Mérignies (59) (à l'âge de 73 ans).
          Mariée le 10 mai 1859, Paris, avec Eugène, baron des Rotours (2e), né le 23 octobre 1833, Château d'Aniche (59), décédé le 28 mars 1895, Paris (75) (à l'âge de 61 ans), avocat, conseiller de préfecture du Nord (1861), raffineur de sucre, maire d'Avelin, conseiller général du Nord (1868), député du Nord (1868-1870, 1871-1895), maire de Mérignies, dont
          • Raoul, baron des Rotours (3e), né le 8 avril 1860, Avelin (Nord), décédé le 28 mars 1900, Avelin (Nord) (à l'âge de 39 ans), député de Douai (1897-1900).
            Marié le 5 septembre 1886, Cambrai (Nord), avec Marthe d'Haubersart, née le 5 septembre 1866, Cambrai (Nord), décédée le 25 mars 1941, Viroflay (Yvelines) (à l'âge de 74 ans) (contrat du 30 décembre 1885 devant Proyart notaire à Douai), dont
            • Guillaume, baron des Rotours (4e), né le 1er août 1888, Cambrai (Nord), décédé le 4 août 1970, château du Nozet, Pouilly-sur-Loire (Nièvre), inhumé, Avelin (Nord) (à l'âge de 82 ans), avocat, capitaine d'infanterie, conseiller général du Nord (1937), député du Nord (1919-1935), sénateur du Nord (1935-1941), maire d'Avelin (1919).
              Marié le 6 mars 1912, Paris 7e, avec Élisabeth de Francqueville, née le 9 février 1888, Paris 8e, décédée le 15 mai 1964, Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), inhumée, Avelin (Nord) (à l'âge de 76 ans) (mariage civil : ou 17e arrondissement ?; mariage religieux célébré le 07.03.1912 à Paris - 75), dont
              • Jacques, baron des Rotours (5e), né le 17 mars 1913, Avelin (Nord), décédé le 4 septembre 1994, Avelin (Nord), inhumé, Avelin (Nord) (à l'âge de 81 ans).
              • Laurence des Rotours, née le 5 mai 1916, Paris, décédée le 5 février 2015, inhumée le 12 février 2015, cimetière, Saint-Andelain (Nièvre) (à l'âge de 98 ans).
                Mariée le 18 avril 1939, Paris, avec Christian de Ladoucette, né le 12 mai 1912, décédé le 8 septembre 1955, Avelin (Nord) (à l'âge de 43 ans).
            • Robert des Rotours, né le 19 juillet 1891, Château d'Avelin (Nord), décédé le 7 novembre 1980, Viroflay (Yvelines) (à l'âge de 89 ans), sinologue.
              Marié le 13 octobre 1926, Paris 8e, avec Claire Potier de Courcy, née le 8 mars 1906, Le Mans (Sarthe), décédée le 11 mars 1996, Versailles (Yvelines) (à l'âge de 90 ans), dont
              • Alix des Rotours, née le 17 décembre 1927, Paris.
                Mariée le 20 juillet 1956, Viroflay, 78, avec Gaëtan Moullart de Vilmarest, né le 17 juillet 1917, Paris, décédé le 2 janvier 1996 (à l'âge de 78 ans), colonel.
              • Geneviève des Rotours, née le 21 juin 1929, Viroflay (Yvelines).
                Mariée le 17 avril 1951, Viroflay (Yvelines), avec Stanislas de Diesbach de Belleroche, né le 8 octobre 1924, Paris 8e, décédé le 25 mai 2008, Hendecourt-lès-Ransart (Pas-de-Calais), inhumé le 29 mai 2008, Hendecourt-lès-Ransart (Pas-de-Calais) (à l'âge de 83 ans).
              • Raoul, baron des Rotours (6e), né le 5 octobre 1938, Viroflay (Yvelines).
                Marié le 16 septembre 1967, Azas (Haute-Garonne), avec Isabelle de Lassus Saint-Geniès, née le 15 mars 1946, Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
              • Pierre des Rotours, né le 9 décembre 1939, La Baule (Loire-Atlantique).
                Marié le 8 octobre 1965, Rouvray-Saint-Florentin (Eure-et-Loir), avec Marie-Thérèse de Gouvion Saint-Cyr, née le 18 avril 1942, château de Reverseaux, Rouvray-Saint-Florentin (Eure-et-Loir).
              • Marthe des Rotours, née le 13 mai 1942, Viroflay (Yvelines).
                Mariée le 12 septembre 1969, Viroflay (Yvelines), avec Brian Micklam, né le 11 avril 1939, Surbiton (UK).
        • Léon van den Hecke de Lembeke, né le 31 juillet 1834, Gand, Belgique, décédé le 18 décembre 1916, Gand, Belgique (à l'âge de 82 ans).
          Marié le 28 avril 1857, Gand, Belgique, avec Alice van de Woestyne, née le 19 avril 1834, Gand, Belgique, décédée le 18 octobre 1898, Leeuwerghem, Belgique (à l'âge de 64 ans) (2 enfants), dont
          • Marie Clémence van den Hecke de Lembeke, née le 21 avril 1863, Gand, décédée le 16 février 1942, Zwijnaarde (à l'âge de 78 ans).
            Mariée le 17 mai 1884, Gand, avec Adolphe della Faille d'Huysse, né le 6 juillet 1858, Gand, décédé le 27 juillet 1913, Zwijnaarde, Flandre-Orientale (à l'âge de 55 ans), bourgmestre de Zwijnaarde, dont
            • Idesbald della Faille d'Huysse, né le 10 avril 1885, Gand, Belgique, décédé le 12 août 1944, Leeuwergem, Belgique (à l'âge de 59 ans).
              Marié le 11 novembre 1908, Bruxelles, Belgique, avec Gabrielle de Beauffort, née le 29 avril 1888, Louvain, Belgique, décédée le 1er novembre 1982, Zottegem, Belgique (à l'âge de 94 ans) (5 enfants), dont
              • Anne-Marie della Faille d'Huysse, née le 7 janvier 1911, Gand, Belgique, décédée le 26 juillet 1938, Bruges, Belgique (à l'âge de 27 ans).
                Mariée le 23 avril 1935, Bruxelles, avec Christian t'Kint de Roodenbeke, né le 17 août 1910, Saint-Gilles, Bruxelles, décédé le 23 octobre 2001, Bruxelles (à l'âge de 91 ans).
              • Madeleine della Faille d'Huysse, née le 10 juin 1912, Zwynaarde, Belgique, décédée le 2 décembre 2008, Bruxelles, inhumée le 6 décembre 2008, Laeken, après cérémonie religieuse à l'abbaye de la Cambre, à Ixelles (à l'âge de 96 ans).
                Mariée le 24 avril 1946, Elene, Belgique, avec Christian t'Kint de Roodenbeke, né le 17 août 1910, Saint-Gilles, Bruxelles, décédé le 23 octobre 2001, Bruxelles (à l'âge de 91 ans) (3 enfants).
              • Guy della Faille d'Huysse, né le 19 octobre 1917, Gand, Belgique, décédé le 10 avril 1987, Zottegem, Belgique (à l'âge de 69 ans), conseiller provincial, bourgmestre d'Elene, échevin à Zottegem.
                Marié le 19 mai 1948, Vedrin, Belgique, avec Françoise de Montpellier de Vedrin, née le 21 novembre 1924, Vedrin, Namur, décédée le 26 septembre 2013, Zottegem, Flandre-Orientale (à l'âge de 88 ans).
              • Geneviève della Faille d'Huysse, née le 15 décembre 1918, Gand.
                Mariée le 15 avril 1943, Eelen, Belgique, avec Jean van der Elst, né le 25 octobre 1917, Paris 8e, décédé le 27 décembre 2008, Uccle (Belgique), inhumé le 3 janvier 2008, Uccle (Belgique) (à l'âge de 91 ans).
            • Jacques della Faille d'Huysse, né le 11 octobre 1886, Elene, Flandre-Orientale, décédé le 14 juin 1955, Lasne-Chapelle-Saint-Lambert (à l'âge de 68 ans).
              Marié le 8 mars 1917, Calais (Pas-de-Calais), avec Antoinette Pycke de Peteghem, née le 29 octobre 1891, Bruxelles, décédée le 21 avril 1959, Bruxelles (à l'âge de 67 ans).
            • Gertrude della Faille d'Huysse, née le 17 mai 1889, Gand, décédée le 22 mai 1953, Bruxelles (à l'âge de 64 ans).
              Mariée le 21 juillet 1910, Swynaerde, avec Henri, baron de Traux de Wardin, né le 14 février 1884, Ixelles, décédé le 18 décembre 1969, Bruxelles (à l'âge de 85 ans), diplomate, secrétaire de la reine Eilsabeth, bourgmestre de Jodoigne-Souveraine, voir plus loin.
            • Etienne della Faille d'Huysse van den Hecke de Lembeke, né le 11 mars 1892, Gand, Belgique, décédé le 27 août 1975, Zwijnaarde, Belgique (à l'âge de 83 ans) (mère adoptive: Claire van den Hecke de Lembeke 1866-1940).
              Marié le 9 novembre 1922, Bruxelles, Belgique, avec Hélène de Beauffort, née le 3 novembre 1900, Bruxelles, Belgique, décédée le 18 juin 1984, Gand, Belgique (à l'âge de 83 ans), dont
              • Philippe della Faille d'Huysse van den Hecke de Lembeke, né le 27 août 1923, Zwijnaarde.
                Marié le 20 février 1952, Paris 8e, avec Marie-Thérèse de Froissard, née le 13 mai 1927, Azans (Jura), divorcés.
                Marié le 29 décembre 1982, Saint-Michel-Tubeuf (Orne), avec Evelyne Léon, née le 4 décembre 1946, La Selle-Craonnaise (Mayenne).
              • Michel della Faille d'Huysse van den Hecke de Lembeke, né le 17 septembre 1924, Ixelles, décédé le 11 mars 2010, Dongelberg, inhumé le 16 mars 2010, Dongelberg (à l'âge de 85 ans).
                Marié le 7 juin 1949, Schoten, avec Camille van Havre, née le 28 juin 1929, Etterbeek.
              • Engelbert della Faille d'Huysse van den Hecke de Lembeke, né le 18 novembre 1930, Bruxelles.
                Marié le 5 octobre 1959, Sorinnes, Belgique, avec Ode de Villenfagne de Sorinnes, née le 18 novembre 1936, Polleur, Belgique.
              • Marie-Claire della Faille d'Huysse van den Hecke de Lembeke, née le 2 novembre 1932, château de Zwijnaarde, décédée le 6 février 2013, Saint-Denis-Westrem, inhumée, Zwijnaarde (à l'âge de 80 ans).
                Mariée le 5 avril 1956, Zwijnaarde, avec Christian Soenens, chevalier (1986), né le 19 octobre 1928, Gand.
              • Élisabeth della Faille d'Huysse van den Hecke de Lembeke, née le 15 avril 1935, château de Zwijnaarde.
                Mariée le 14 juin 1958, Zwijnaarde (Belgique), avec François-Louis Goethals de Mude de Nieuwland, né le 22 novembre 1931, Liège (Belgique).
              • Thierry della Faille d'Huysse, né le 10 août 1938, Gand, Belgique, décédé le 27 juillet 2012, Bruxelles (Belgique), inhumé le 1er août 2012, Zwijnaarde (à l'âge de 73 ans).
                Marié le 24 avril 1965, Waterloo, Belgique, avec Josine de Hemptinne, née le 30 décembre 1940, Argenteau, Belgique.
            • Jean della Faille d'Huysse van den Hecke de Lembeke, né le 29 octobre 1893, Zwijnaarde, Belgique, décédé le 11 novembre 1955, Faulx, Belgique (à l'âge de 62 ans) (mère adoptive: Claire van den Hecke de Lembeke 1866-1940).
              Marié le 30 juin 1921, Bruxelles, avec Geneviève de Jacquier de Rosée, née le 17 février 1898, Bruxelles (Belgique), décédée le 15 mars 1967, Bruxelles (Belgique) (à l'âge de 69 ans) (4 enfants), dont
              • Eric della Faille d'Huysse, né le 16 avril 1924, Bruxelles, décédé le 6 mars 2015, Lionfontaine, Coutisse, Namur, incinéré (à l'âge de 90 ans).
                Marié le 9 juillet 1947, Sovet, Belgique, avec Claire d'Huart, née le 15 mai 1925, Bruxelles.
              • Ghislaine della Faille d'Huysse van den Hecke de Lembeke, née le 2 mai 1926, Ixelles, décédée le 30 avril 2012, Uccle, incinérée le 7 mai 2012, Uccle (à l'âge de 85 ans).
                Mariée le 31 mars 1951, Ehein-Neupré, Belgique, avec Roland, baron de Wykerslooth de Rooyesteyn, né le 27 février 1928, Tandjong-Kassau, Indes néerlandaises, divorcés.
              • Godelieve della Faille d'Huysse van den Hecke de Lembeke, née le 13 mai 1933, Etterbeek, Bruxelles.
                Mariée le 18 avril 1955, Ehein, Belgique, avec Jean-William Grisard de La Rochette, né le 31 octobre 1924, Chaudfontaine, Belgique.
              • Bernard della Faille d'Huysse van den Hecke de Lembeke, né le 18 novembre 1941, Ottignies, Brabant wallon.
                Marié le 4 septembre 1965, Chokier, Liège, avec Brigitte Frésart de Clercx de Waroux, née le 23 décembre 1937, Liège.
      • Théophile van de Woestyne, baron van de Woestyne d'Herzelé (1845), baron van de Woestyne, né le 27 mai 1816, Gand, Belgique, décédé le 26 mai 1878, Herzele, Belgique (à l'âge de 61 ans), sénateur, bourgmestre de Herzele.
        Marié le 20 juillet 1853, Pailhe, Belgique, avec Marie de Liedekerke de Pailhe, née le 28 février 1834, Bruxelles, décédée le 30 novembre 1909, Herzele, Belgique (à l'âge de 75 ans), dame d'honneur de S.M. Henriette, reine des Belges (6 enfants), dont
        • Madeleine van de Woestyne, née le 13 juin 1854, Bruxelles, décédée le 23 octobre 1875, Bruxelles (à l'âge de 21 ans).
          Mariée le 4 mai 1874, Leeuw-Saint-Pierre, Belgique, avec Théodore de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, né le 26 mars 1846, Bruxelles, décédé le 19 janvier 1926, Conneux, Belgique (à l'âge de 79 ans), bourgmestre de Leeuw-Saint-Pierre, dont
          • Charles de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, né le 12 mars 1875, Bruxelles, décédé le 20 décembre 1958, Palma, Espagne (à l'âge de 83 ans).
            Marié le 17 mai 1900, Bruxelles, avec Alice Du Monceau, née le 23 décembre 1874, Bruxelles, décédée le 4 janvier 1959, Bruxelles (à l'âge de 84 ans), dont
            • Madeleine de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, née le 10 janvier 1902, Bruxelles, décédée le 5 mai 1983, La Bruyère, Belgique (à l'âge de 81 ans).
              Mariée le 16 juillet 1930, Bruxelles, avec Charles, baron de Furstenberg, né le 14 mars 1902, Bolland, Belgique, décédé le 25 janvier 1958, Verviers, Belgique (à l'âge de 55 ans), dont
              • Rose-Marie de Furstenberg, née le 10 juin 1931, Elisabethville, Congo belge.
                Mariée le 28 mai 1955, Sart-lez-Spa, Belgique, avec Henri de Pitteurs de Budingen, né le 25 septembre 1918, Polleur, Belgique, décédé le 9 février 1998, Namur, Belgique (à l'âge de 79 ans).
              • Venemar, comte de Furstenberg (28 août 1964), né le 20 septembre 1933, Remersdael, Belgique.
                Marié le 1er février 1961, Bruxelles, avec Nadine Mourlon Beernaert, née le 29 octobre 1939, Ixelles.
              • Elisabeth Marie de Furstenberg, née le 29 août 1936, Francorchamps, Belgique, décédée le 28 avril 2015 (à l'âge de 78 ans).
                Mariée le 6 mai 1960, Sart-lez-Spa, Belgique, avec Giesbert, Graf von Westphalen zu Fürstenberg, né le 26 août 1930, Münster.
              • Max-Antoine de Furstenberg, né le 23 juillet 1939, Francorchamps, Belgique, décédé le 9 décembre 2012, Verviers, inhumé le 13 décembre 2012, Remersdael (à l'âge de 73 ans).
                Marié le 6 mai 1964, Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles, avec Michelle Cornet d'Elzius de Peissant, née le 17 décembre 1938, Etterbeek, Bruxelles, divorcés.
            • Antoine de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, né le 17 mars 1904, Bruxelles, décédé le 15 juillet 1926, Autgaerden, Belgique (à l'âge de 22 ans).
            • Myriam de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, née le 15 janvier 1906, Bruxelles, décédée le 4 janvier 1970, Delgany, Irlande (à l'âge de 63 ans).
              Mariée le 5 novembre 1939, Riga, Lettonie, avec Michel Golenistchev Koutousov Tolstoï, né le 21 octobre 1896, Saint-Petersbourg, Russie, décédé le 5 septembre 1980, Delgany, Northern Irland (UK) (à l'âge de 83 ans).
            • Monique de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, née le 23 janvier 1907, Bruxelles, décédée le 2 décembre 2003, São Paulo, Brésil (à l'âge de 96 ans).
              Mariée le 18 novembre 1931, Bruxelles, avec Alfredo Chierichetti, né le 21 novembre 1903, Florence, Italie, décédé le 7 mai 1990, São Paulo, Brésil (à l'âge de 86 ans).
            • Thérèse de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, née le 15 juillet 1908, Cortil-Wodon, Belgique, décédée le 24 juin 1981, Etterbeek, Bruxelles (à l'âge de 72 ans).
        • Marie Anne van de Woestyne, née le 28 juin 1858, Herzele, Belgique, décédée le 12 septembre 1954, Virelles, Belgique (à l'âge de 96 ans).
          Mariée le 21 avril 1879, Bruxelles, avec Théodore de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, né le 26 mars 1846, Bruxelles, décédé le 19 janvier 1926, Conneux, Belgique (à l'âge de 79 ans), bourgmestre de Leeuw-Saint-Pierre, dont
          • Ferdinand de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, né le 29 février 1880, Bruxelles, décédé le 30 juin 1886, Moestroff-Diekirch, Luxembourg (à l'âge de 6 ans).
          • Madeleine de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, née le 5 juin 1881, Herzele, Belgique, décédée le 3 juillet 1969, Virelles, Belgique (à l'âge de 88 ans).
            Mariée le 13 mai 1902, Conneux, Belgique, avec Adrien, vicomte de Clerque Wissocq de Sousberghe (1910), né le 28 juin 1873, Gand, Belgique, décédé le 4 décembre 1945, Uccle, Bruxelles (à l'âge de 72 ans), conseiller communal de Virelles, dont
            • Léon de Clerque Wissocq de Sousberghe, vicomte de Clerque Wissocq (1945), né le 25 octobre 1903, Conneux, religieux, prêtre de la Compagnie de Jésus.
            • Anne de Clerque Wissocq de Sousberghe, née le 7 novembre 1904, Bruxelles, religieuse, auxiliaire des âmes du Purgatoire.
          • Jean de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, né le 22 août 1884, Leeuw-Saint-Pierre, Belgique, décédé le 25 août 1965, Conneux, Belgique (à l'âge de 81 ans).
            Marié le 7 janvier 1911, Bruxelles, avec Louise Cornet d'Elzius du Chenoy, née le 7 juin 1889, Bruxelles, décédée le 21 août 1985, Ciney, Belgique (à l'âge de 96 ans), dont
            • Henri de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, né le 3 février 1913, Ixelles, Bruxelles, décédé le 13 octobre 1939, Custinne, Belgique (à l'âge de 26 ans).
            • Elisabeth de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, née le 1er mai 1914, Ixelles, Bruxelles, décédée le 22 février 1998, Uccle, Bruxelles (à l'âge de 83 ans).
              Mariée le 10 août 1935, Conneux, Belgique, avec Marc van der Straten Waillet, né le 21 mai 1910, Waillet, Belgique, décédé le 23 octobre 1983, Bruxelles (à l'âge de 73 ans), dont
              • Geneviève van der Straten Waillet, née le 3 avril 1937, Bruxelles, décédée le 24 juillet 2003, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 66 ans).
                Mariée le 10 septembre 1960, Conneux, Belgique, avec Bernard Camu, né le 17 juillet 1936, Ixelles, Bruxelles, décédé le 5 août 1983, Alost, Belgique (à l'âge de 47 ans).
                Mariée le 21 décembre 1989, Saanen, Suisse, avec Aldo Barra, né le 3 octobre 1931.
              • Henry van der Straten Waillet, né le 26 décembre 1939, Conneux, Belgique.
                Marié le 31 août 1962, Luxembourg, avec Anne de Selys Longchamps, née le 28 octobre 1942, Bruxelles, divorcés.
              • Nadine van der Straten Waillet, née le 22 mars 1941, Conneux, Belgique, décédée le 1er janvier 2004, Eygalières (Bouches-du-Rhône) (à l'âge de 62 ans).
                Mariée le 20 juillet 1961, Conneux, Belgique, avec Paul-Emmanuel Janssen, né le 22 février 1931, Bruxelles, commissaire SA Solvay, administrateur de sociétés, président du CA de la Générale de Banque, divorcés.
              • Daniel van der Straten Waillet, né le 5 mai 1942, Conneux, Belgique, décédé le 8 mars 2001, Ciney, Belgique (à l'âge de 58 ans).
                Marié le 11 mai 1971, Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles, avec Christine de Villenfagne de Vogelsanck, née le 29 mars 1952, Annevoie, Belgique.
              • Yves van der Straten Waillet, né le 12 juillet 1944, Conneux, Belgique, décédé le 10 juin 1976, Conneux, Belgique (à l'âge de 31 ans).
                Marié le 28 août 1971, Uccle, Bruxelles, avec Dominique de Hults, née le 29 avril 1948, Uccle, Bruxelles, décédée le 1er mars 1998, Etterbeek, Bruxelles (à l'âge de 49 ans).
              • Hélène van der Straten Waillet, née le 21 septembre 1946, Bruxelles.
                Mariée le 9 septembre 1967, Conneux, Belgique, avec Michel Jacobs de Morant, né le 13 mars 1940, Bruxelles.
              • Bruno van der Straten Waillet, né le 5 février 1953, Bruxelles, décédé le 2 avril 2008, Uccle, Bruxelles (à l'âge de 55 ans).
                Marié le 29 juin 1977, Woluwe-Saint-Lambert, Bruxelles, avec Sophie Duesberg, née le 25 février 1956, Stembert, Belgique, divorcés.
            • Jacqueline de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, née le 7 juin 1915, Bruxelles, décédée le 8 mai 1927, Pailhe, Belgique (à l'âge de 11 ans).
            • Marthe de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, née le 28 juillet 1918, Dinard (Ille-et-Vilaine), décédée le 5 janvier 2001, Namur, Belgique (à l'âge de 82 ans), en religion.
            • Geneviève de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, née le 24 juin 1920, Ixelles, Bruxelles, décédée le 18 juin 1934, Conneux, Belgique (à l'âge de 13 ans).
            • Jacques de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, né le 27 novembre 1928, Bruxelles, décédé le 1er août 1965, Conneux, Belgique (à l'âge de 36 ans).
          • Frédéric de Villers de Waroux d'Awans de Bouilhet et de Bovenistier, né le 28 juin 1891, Conneux, Belgique, décédé le 6 septembre 1918, Bikschoote, Belgique (à l'âge de 27 ans).
        • Louise van de Woestyne, née le 26 juin 1860, Herzele, décédée le 11 janvier 1937, Bruxelles (à l'âge de 76 ans).
          Mariée le 28 avril 1883, Bruxelles, avec Gaston, baron de Traux de Wardin, né le 10 octobre 1844, Mons, décédé le 27 octobre 1919, Jodoigne-Souveraine (à l'âge de 75 ans), bourgmestre de Jodoigne-Souveraine, dont
          • Henri, baron de Traux de Wardin, né le 14 février 1884, Ixelles, décédé le 18 décembre 1969, Bruxelles (à l'âge de 85 ans), diplomate, secrétaire de la reine Eilsabeth, bourgmestre de Jodoigne-Souveraine.
            Marié le 21 juillet 1910, Swynaerde, avec Gertrude della Faille d'Huysse, née le 17 mai 1889, Gand, décédée le 22 mai 1953, Bruxelles (à l'âge de 64 ans), dont
            • Jean, baron de Traux de Wardin, né le 15 novembre 1916, La Haye, Pays-Bas, décédé le 21 décembre 1993, Woluwe-Saint-Lambert, Bruxelles (à l'âge de 77 ans).
              Marié le 26 août 1940, Bruxelles (Belgique), avec Louise Cornet de Ways-Ruart, née le 15 septembre 1920, Bruxelles, décédée le 21 décembre 1993, Woluwe-Saint-Lambert, Bruxelles (à l'âge de 73 ans), dont
              • Bernard, baron de Traux de Wardin, comte de Traux de Wardin (21 juillet 2013), né le 14 mai 1941, Bruxelles, président de la Fondation Reine Paola.
                Marié le 25 août 1967, Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles, avec Wendy Pastur, née le 22 octobre 1946, Ixelles, Bruxelles.
              • Régine de Traux de Wardin, née le 8 novembre 1943, Bruxelles.
                Mariée le 7 février 1964, Woluwe-Saint-Lambert, avec André Vercoutere, né le 7 août 1943, Uccle.
              • Wenceslas de Traux de Wardin, né le 3 novembre 1946, Etterbeek.
                Marié le 1er mars 1973, La Hulpe, avec Elisabeth Christine Devis, née le 19 octobre 1939, Ixelles, décédée le 12 août 1992, Anderlecht (à l'âge de 52 ans).
                Marié le 3 décembre 1993, Bruxelles, avec Isabelle Thèves, née le 25 mai 1951, Uccle.
              • Philippe de Traux de Wardin, né le 30 janvier 1951, Etterbeek.
                Marié le 22 juin 1986, Rio-de-Janeiro (Brésil), avec Isabel Christina da Costa Trigo, née le 24 octobre 1959, Rio-de-Janeiro, conseiller juridique.
            • Marie-Louise de Traux de Wardin, née le 23 avril 1918, La Haye, Pays-Bas, décédée le 25 décembre 2012, Woluwe-Saint-Pierre, inhumée le 29 février 2012, Woluwe-Saint-Pierre (à l'âge de 94 ans).
              Mariée le 12 avril 1939, Bruxelles, avec Thierry de Beauffort, né le 21 novembre 1916, Bruxelles, décédé le 1er janvier 1999, Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles (à l'âge de 82 ans), directeur à l'Office belge du commerce extérieur, dont
              • Henri de Beauffort, né le 18 janvier 1940, Bruxelles (Belgique), capitaine de frégate.
                Marié le 23 août 1963, Wellen (Belgique), avec Marie-Christine de Giey, née le 24 mars 1940, Bouvignes-sur-Meuse (Belgique).
              • Antoine de Beauffort, né le 27 août 1941, Jodoigne-Souveraine, décédé le 18 septembre 1965, Kerpen, Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne) (à l'âge de 24 ans).
              • Catherine de Beauffort, née le 13 décembre 1944, Bruxelles (Belgique).
                Mariée le 3 mai 1969, Woluwe-Saint-Pierre (Belgique) et à Augerghem le 10, avec Axel du Roy de Blicquy, né le 30 janvier 1944, Etterbeek (Belgique), maître en sciences économiques et sociales.
              • Olivier de Beauffort, né le 25 janvier 1948, Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles.
                Marié le 31 mai 1972, Uccle, Bruxelles, avec Véronique de T'Serclaes de Wommersom, née le 6 août 1952, Dilbeek, Belgique.
              • Jean-Pierre de Beauffort, né le 21 janvier 1952, Etterbeek, Bruxelles.
                Marié le 6 juillet 1974, Wezembeek-Oppem, Belgique, avec Marie-Noëlle Jolly, née le 18 décembre 1953, Uccle, Bruxelles.
              • Dominique de Beauffort, né le 25 juillet 1956, Etterbeek.
                Marié le 29 août 1979, Embourg, avec Pascale Delvaux de Fenffe, née le 12 avril 1958, Liège.
        • Marie-Thérèse van de Woestyne, née le 18 novembre 1870, Bruxelles, décédée le 6 août 1952, Ixelles (à l'âge de 81 ans).
          Mariée le 30 mai 1894, Bruxelles, avec Gustave, vicomte du Parc, né le 8 septembre 1864, Vlamertinge,, décédé le 31 juillet 1946, Herzele (à l'âge de 81 ans), vice-président de la Commission Royale des Monuments et des Sites pour la Flandre Orientale, dont
          • Elisabeth du Parc Locmaria, née le 6 mars 1895, Ixelles, décédée le 1er octobre 1987, Bainville sur Madon (54) (à l'âge de 92 ans).
            Mariée le 18 mai 1922, Ixelles, avec Joseph, marquis de Lambertye et de Cons-La-Grandville (7e, 1932), né le 23 août 1894, Cons-la-Grandville, décédé le 21 janvier 1957, Cons-la-Grandville (à l'âge de 62 ans), maire de Cons-la-Grandville, dont
            • Marguerite de Lambertye.
              Mariée le 17 mai 1952 avec Raoul de Monts de Savasse, né le 2 décembre 1911, Lausanne (Suisse), décédé le 10 septembre 1999, Bouge-Chambalud, 38 (à l'âge de 87 ans), saint-Cyr 1931-33 - chef de bataillon d'infanterie, dont
              • Robert de Monts de Savasse, né le 21 décembre 1953, Nancy (Meurthe-et-Moselle).
                Marié avec Annick Henry, née le 16 janvier 1959.
              • Nicolas-François de Monts de Savasse, né le 6 janvier 1955, Arbaoua (Maroc).
                Marié le 23 juin 2001, Lanneray (Eure-et-Loir), avec Constance Hudault, née le 20 novembre 1971, Chartres (Eure-et-Loir), professeur (Mariage religieux en l'egl. Saint-Pierre de Lanneray Nicolas de Monts).
              • Arnaud de Monts de Savasse, né le 12 juillet 1956, Villerupt (54).
                Marié le 24 juillet 1993, Forges les Bains (91), avec Marie Annonciade Renauldon, née le 8 mai 1963, Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).
              • Humbert de Monts de Savasse, né le 14 février 1958, Thionville (57).
                Marié avec Axelle de Labrouhe de Laborderie.
              • Marie de Monts de Savasse, née le 27 octobre 1959, Mont-Saint-Martin (54) (filleul: Thomas de Monts de Savasse 2008-).
                Mariée le 22 juin 1985, Bougé-Chambalud (38), avec Aynard de Leusse de Syon, né le 2 août 1957, Chamalières (63), architecte DPLG.
              • Alyette de Monts de Savasse, née en 1965.
                Mariée avec Emmanuel Gravier, divorcés.
            • François, marquis de Lambertye et de Cons-La-Grandville (8e, 21 janvier 1957), né le 25 janvier 1925, Uccle, Bruxelles (Belgique), décédé le 11 décembre 2007, Metz (Moselle), inhumé le 15 décembre 2007, crypte de l'église, Cons-la-Grandville (Meurthe-et-Moselle) (à l'âge de 82 ans).
              Marié le 27 septembre 1957, Marolles-en-Hurepoix (Essonne), avec Marie-Françoise de Garnier des Garets, née le 8 avril 1933, Paris 16ème (filleule: Constance de Garnier des Garets 1966-), dont
              • Jean, marquis de Lambertye et de Cons-La-Grandville (9e, 15 décembre 2007), né le 30 janvier 1959, Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), banquier, président de l'Association "La Demeure Historique".
                Marié le 22 avril 1995, Paris 6ème, avec Monique Boudoux d'Hautefeuille, née le 29 décembre 1959, Saint-Rémy (Saône-et-Loire) (mariage religieux célébré le 29 avril 1995 en l'église St Romain, Sèvres (Hauts-de-Seine)).
              • Laurence de Lambertye, née le 25 mars 1960, Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine.
                Mariée le 17 juillet 1982, Cons-la-Grandville (Meurthe-et-Moselle), avec Pascal Boyer Chammard, né le 3 novembre 1957, Lille, Nord, directeur des Ressources Humaines à la "Cité des Sciences & de l'Industrie" (témoins: Rosen de Mieulle d'Estornez d'Angosse 1943-2010) (mariage religieux le même jour), divorcés.
              • Hubert de Lambertye, décédé.
              • Isabelle de Lambertye, décédée.
            • Claude de Lambertye, née le 12 février 1926, Uccle (Belgique).
              Mariée le 18 septembre 1959, Cons-la-Grandville (54, Meurthe-et-Moselle), avec Emmanuel, comte des Courtils de Merlemont, né le 19 novembre 1924, Paris, décédé le 5 novembre 2014, inhumé le 12 novembre 2014, cimetière de Merlemont (Oise) (à l'âge de 89 ans), dont
              • Nicolas des Courtils de Merlemont, né le 21 novembre 1960, Paris 15e.
                Marié le 10 septembre 1994, Ocqueville, 76, avec Marie-Alix de Boissieu, née le 16 août 1963, Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
              • Christophe des Courtils de Merlemont, né en 1963.
              • Marie-Lorraine des Courtils de Merlemont, née en 1966 (filleul: Marcellin Boyer Chammard 1991-).
            • Ysabeau de Lambertye, née le 14 novembre 1928, Cons-la-Grandville (Meurthe-et-Moselle).
              Mariée le 4 juillet 1958, Cons-la-Grandville (Meurthe-et-Moselle), avec Pierre de Malliard, né le 24 janvier 1927, Conflans-sur-Lanterne (Haute-Saône), décédé le 5 juin 2013, Conflans-sur-Lanterne (Haute-Saône) (à l'âge de 86 ans), exploitant agricole, maire de Conflans-sur-Lanterne, dont
              • Jean-Régis de Malliard, né le 7 février 1960, Luxeuil-les-Bains (70, Haute-Saône), ingénieur.
                Marié le 25 juin 1988, en l'église StÉtienne de Jarnioux (69, Rhône), avec Florence de Clavière, née le 14 mai 1963, Saint Cloud, Hauts de Seine, professeur de lettres.
              • Rigal de Malliard, né le 10 février 1961, Luxeuil-les-Bains (70, Haute-Saône), technicien commercial.
                Marié le 4 mai 1996, en l'église St Maurice de Conflans-sur-Lanterne (70, Haute-Saône), avec Françoise de Baynast de Septfontaines, née le 28 mars 1963, Paris XVII.
              • Henri de Malliard, né le 18 mars 1963, Luxeuil-les-Bains (70, Haute-Saône), exploitant agricole.
                Marié avec Laurence Breffeil.
              • Paul de Malliard, né le 28 avril 1966, Luxeuil-les-Bains (70, Haute-Saône), technicien.
                Marié le 14 octobre 1995, église de Saint-Léger-sous-Beuvray (71), avec Lætitia Hême de Lacotte, née le 29 juillet 1967, Boulogne Billancourt, Hauts de Seine.
              • Bertrand de Malliard, né le 25 octobre 1968, Luxeuil-les-Bains (70, Haute-Saône).
                Marié le 18 mai 1996, Saint-Ythaire (Saône-et-Loire), avec Marie-Hélène de La Chapelle, née en 1968.
          • Guillaume, vicomte du Parc Locmaria, né le 2 juillet 1901, Bettendorf (G.-D. Luxembourg), décédé le 18 juillet 1974, Etterbeek (Belgique) (à l'âge de 73 ans), ingénieur civil des mines, ambassadeur, chef du protocole au ministère des Affaires étrangères, échevin d'Herzele.
            Marié le 18 janvier 1939, Bruxelles, avec Jacqueline, comtesse de Lannoy, née le 24 janvier 1908, Anvaing (Belgique), décédée le 1er novembre 1978, Uccle (Belgique) (à l'âge de 70 ans), dont
            • Marie du Parc Locmaria, née le 27 janvier 1940, Etterbeek, Bruxelles.
              Mariée le 22 mai 1965, Bruxelles, avec Charles-Ghislain d'Udekem Gentinnes, né le 28 octobre 1937, Heverlee, Brabant flamand (Belgique), décédé le 27 mars 2014, Woluwe-Saint-Lambert (à l'âge de 76 ans), dont
              • Armelle d'Udekem Gentinnes, née le 25 février 1966, Anderlecht, Bruxelles.
              • Charles-Guillaume d'Udekem Gentinnes, né le 21 novembre 1968, Anderlecht, Bruxelles.
                Marié le 29 avril 2006, Uccle, Bruxelles, avec Caroline van der Bruggen, née le 31 mai 1974, Uccle, Bruxelles.
              • Yolaine d'Udekem Gentinnes, née le 2 octobre 1972, Anderlecht, Bruxelles.
                Mariée le 24 janvier 2001, Philippeville, Belgique, avec Hugues de Failly, né le 14 avril 1971, Namur, Belgique, divorcés.
                Mariée le 22 octobre 2011, Schaerbeek, Bruxelles, avec Jean-Ignace de Villenfagne de Loën, né le 24 avril 1973, Uccle, Bruxelles.
              • Gilone d'Udekem Gentinnes, née le 10 janvier 1978, Anderlecht, Bruxelles.
                Mariée le 8 septembre 2007, Jette, Bruxelles, avec Jean-Charles Carrette, né le 4 janvier 1976, Courtrai, Belgique.
            • Alix du Parc Locmaria, née le 15 mai 1942, Anvaing.
            • Jean, vicomte du Parc Locmaria, né le 28 septembre 1943, Anvaing.
            • Hadelin du Parc Locmaria, né le 14 avril 1948, Ixelles.
          • François, vicomte du Parc Locmaria, né le 30 janvier 1908, Ixelles, Bruxelles, décédé le 10 mars 1968, Polleur, Belgique (à l'âge de 60 ans).
            Marié le 27 août 1935, Bruxelles, avec Emmanuelle Simonis, née le 14 décembre 1910, Verviers, Belgique, décédée le 9 novembre 1993, Lasne, Belgique (à l'âge de 82 ans), dont
            • Isabelle du Parc Locmaria, née en 1943, Verviers, décédée le 20 mai 1994, Lasne (à l'âge de 51 ans).
              Mariée en 1978, Woluwe-Saint-Lambert, avec Christopher Michaël Luff, né le 31 mai 1947, Berlin, Allemagne.
            • Gérard, vicomte du Parc Locmaria, né en 1945, Polleur.
              Marié en 1969, Uccle, avec Marie Claude de Roovere, née le 23 septembre 1948, Soignies, dont
              • Jehanne du Parc Locmaria, née le 6 août 1971, USA.
              • Donatienne du Parc Locmaria, née le 11 novembre 1973, USA.
            • Yolande du Parc Locmaria, née le 19 janvier 1947, Polleur, Belgique.
              Mariée le 21 juin 1969, Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles, avec Tanguy Verhaegen, né le 13 juillet 1945, Woluwe-Saint-Lambert, Bruxelles (la cérémonie religieuse ayant eu lieu le 2 août à Saint-Michel-les-Bruges), divorcés.
        • Elisabeth van de Woestyne, née le 22 octobre 1875, Château d'Herzele (Flandre Orientale), décédée le 30 novembre 1909 (à l'âge de 34 ans).
          Mariée le 16 juin 1896, Bruxelles, avec René, comte de Chérisey, né le 15 février 1860, Clermont-Ferrand (63), décédé le 3 août 1945, Château de Joncy, Genouilly (71) (à l'âge de 85 ans), diplomate, dont
          • Philippe de Chérisey, né le 5 juillet 1897, Bruxelles, décédé le 2 novembre 1969, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 72 ans).
            Marié le 16 octobre 1923, Leignon, Belgique, avec Béatrice Hennequin de Villermont, née le 23 octobre 1897, Conneux, Belgique, décédée le 4 décembre 1990, Erezée, Belgique (à l'âge de 93 ans), dont
            • Françoise de Chérisey, née en février 1925.
          • Pierre de Chérisey, né en 1898, décédé en 1916 (à l'âge de 18 ans).
          • Guillaume de Chérisey, né en 1901, décédé en 1986 (à l'âge de 85 ans).
            Marié le 11 juillet 1927, Paris 7e, avec Yolande de Murard de Saint-Romain, née le 10 avril 1906, Golfe-Juan, Vallauris (Alpes-Maritimes), décédée le 7 octobre 1988, Joncy (Saône-et-Loire) (à l'âge de 82 ans) (mariage religieux célébré le 12.07.1927 à St Pierre de Chaillot, Paris - 75, 16e arrondissement), dont
            • Ghislaine de Chérisey, née le 10 mai 1928, Boulogne-Billancourt (92).
              Mariée le 17 septembre 1948, Joncy (Saône-et-Loire) (et religieux le 18), avec Robert Hébert de Beauvoir du Boscol, marquis de Beauvoir, né le 20 août 1921, Havesin-Serinchamps (Belgique), décédé le 5 janvier 2009, Paris 17e, inhumé, cimetière d'Héricourt en Caux (76) (à l'âge de 87 ans), capitaine jusqu'en 1948, puis PDG de sociétés bancaires, dont
              • Charles-Henri Hébert de Beauvoir du Boscol, marquis de Beauvoir, né le 16 juin 1950, Sainte-Adresse (76).
                Marié le 14 septembre 1974 avec Sylvie Bathiat, née le 12 octobre 1952, Roubaix, 59.
              • Isabelle Hébert de Beauvoir du Boscol, née le 24 août 1952, Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), décédée le 15 août 1992, Hendaye (Pyrénées-Atlantiques) (à l'âge de 39 ans).
              • Louis Hébert de Beauvoir du Boscol, né le 13 mars 1957, Casablanca, Maroc.
                Marié le 7 juillet 1984, Oostkamp, Belgique, avec Valentine d'Ursel, née le 21 juillet 1963, Uccle, Bruxelles.
            • Claude de Chérisey, née en 1930, décédée le 30 juin 2011, Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) (à l'âge de 81 ans).
            • Marie Noëlle de Chérisey, née le 20 décembre 1931, Meknès (Maroc).
              Mariée avec Claude Gentil, né le 27 novembre 1922, décédé le 6 janvier 2015, inhumé le 9 janvier 2015, cimetière de Chindrieux (Savoie) (à l'âge de 92 ans), capitaine de vaisseau, dont
              • Vincent Gentil, né le 15 mai 1959, Toulon (Var), décédé le 12 avril 1984, Meylan (Isère) (à l'âge de 24 ans).
              • Laure Gentil, née le 23 mai 1961, Toulon (Var).
              • Anne Gentil, née le 27 novembre 1963, Nice (Alpes-Maritimes).
                Mariée avec Eric Marmorat, né le 25 août 1965, Saint-Vallier (Saône-et-Loire).
              • Claire Gentil, née le 18 juillet 1966.
              • Guillaume Gentil, né en 1971.
            • Philippe de Chérisey, né le 26 janvier 1936, Meknès (Maroc), ingénieur agronome (INA).
              Marié le 6 décembre 1962, Paris, avec Alix Hurault de Vibraye, née en 1940, dont
              • Béatrice de Chérisey, née le 23 juin 1964, Poitiers (Vienne), décédée le 19 octobre 2006, Montpellier (Hérault) (à l'âge de 42 ans), publicitaire.
                Mariée le 13 juin 1992, Joncy (Saône-et-Loire), avec Pierre-Ivan Noton, né le 13 septembre 1958, Brest (Finistère), publicitaire.
              • Elisabeth de Chérisey, née le 7 mai 1967, Poitiers (Vienne), styliste.
                Mariée le 23 juillet 1988, Joncy (Saône-et-Loire), avec Thierry Marchal, né le 11 juin 1960, Paris 14e, publicitaire.
              • Sibylle de Chérisey, née le 29 mai 1970, Laval (Mayenne).
                Mariée le 27 septembre 2003, Joncy (Saône-et-Loire), avec Jérôme Lefébure, né le 26 janvier 1963, Paris 15e.
            • Bertrand de Chérisey, né le 12 juillet 1941, Meknès (Maroc).
              Marié le 26 mars 1994, Paris 13ème, avec Françoise Aguillon, née le 5 mai 1952, Toulon (Var), dont
              • Clara de Chérisey, née en 1994.
          • Marie de Chérisey, née en 1908, décédée le 10 février 2011, La Tour de l'Ange, inhumée le 15 février 2011, Charnay-lès-Mâcon (71) (à l'âge de 103 ans).
            Mariée le 5 février 1929 avec Guillaume de Buxeuil, baron de Roujoux (5e), né le 9 juillet 1899, Paris (Seine), décédé le 25 mars 1962, Paris, inhumé, Charnay-lès-Macon (71) (à l'âge de 62 ans), dont
            • Marie-Eglé de Buxeuil de Roujoux, née en 1931.
              Mariée le 31 octobre 1956, cathédrale St Louis des Invalides, Paris 7e, avec Hubert Leclerc de Hauteclocque, né en 1927, décédé le 19 avril 2015, Tailly (Somme) (à l'âge de 88 ans), dont
              • Bénédicte Leclerc de Hauteclocque, née le 2 août 1957, présidente de La Financière Lamartine et de l'AFER, administrateur de Wendel (iii 2013).
                Mariée le 11 décembre 1982, Paris (St Louis de l'Ecole Militaire), avec Emmanuel Coste, né le 13 septembre 1953, Milan (Italie), ingénieur du Corps des Mines.
              • Sylvia Leclerc de Hauteclocque, née en 1959, décédée en 1966 (à l'âge de 7 ans).
              • Marie-Thérèse Leclerc de Hauteclocque, née en 1964.
                Mariée avec Gilles de Montaigne de Poncins, né en 1963.
              • Gilone Leclerc de Hauteclocque, née en 1969.
            • Elisabeth de Buxeuil de Roujoux, née entre 1931 et 1934.
              Mariée le 22 août 1955, en l'église de Charnay-lès-Macon (71, Saône-et-Loire), avec Richard Fryszowski, né en 1924, décédé en 1975, inhumé, Charnay-lès-Macon (71) (à l'âge de 51 ans).
            • Bernard de Buxeuil de Roujoux, né le 25 octobre 1934, Paris 16ème (75), décédé le 23 février 1964, Saint-Étienne-sur-Chalaronne (01, Ain), inhumé le 26 février 1964, Charnay-les Mâcon (71, Saône-et-Loire) (à l'âge de 29 ans).
              Marié le 7 juillet 1962, Saint-Étienne-sur-Chalaronne (01, Ain), avec Odile de Clavière, née le 7 octobre 1940, Mâcon (Saône-et-Loire), dont
              • Marie-Eglée de Buxeuil de Roujoux, née le 21 avril 1963, Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
                Mariée le 17 juin 1995, Saint-Étienne-sur-Chalaronne (01, Ain), avec Olivier Tillette de Clermont-Tonnerre, né le 29 mai 1960, Lyon 6e (Rhône) (témoins: Xavier Pimont de Cecire de Honnaville 1957-).
            • Béatrice de Buxeuil de Roujoux, née en 1938.
              Mariée le 27 octobre 1960 avec Charles de Beauchef de Servigny, né le 11 août 1930, décédé le 8 avril 2008, inhumé le 11 avril 2008, Saône et Loire (à l'âge de 77 ans), dont
              • Marie-Pierre de Beauchef de Servigny, née le 21 janvier 1962, Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
                Mariée le 15 septembre 1984, Charnay-lès-Mâcon (71), avec Pierre-Antoine Huré, né le 1er janvier 1959, Limoges (Haute-Vienne).
              • Jacques Bernard de Beauchef de Servigny, né le 18 décembre 1963, décédé le 10 décembre 2009, inhumé le 18 décembre 2009, cimetière de Sarzeau (56) (à l'âge de 45 ans).
                Marié avec Anne Elisabeth Thély.
              • Laure de Beauchef de Servigny, née le 18 février 1965.
                Mariée avec Stéphane Astruc, né en 1963.
              • Prisca de Beauchef de Servigny, née le 11 octobre 1968.
                Mariée le 11 septembre 1993, en l'église de La Forêt-Fouesnant (Morbihan), avec Christian Mercier de Beaurouvre, né en 1962.
              • Antoine de Beauchef de Servigny, né en 1973.
            • Roselyne de Buxeuil de Roujoux, née en 1942, décédée le 3 juillet 2013 (à l'âge de 71 ans).
              Mariée avec Henri Gabet, né en 1932, décédé le 21 décembre 2010, inhumé le 23 décembre 2010, Charnay-lès-Mâcon (Sainte-Madeleine)(Saône-et-Loire) (à l'âge de 78 ans), dont
              • Marie-Laurence Gabet, née en 1971.
                Mariée avec Henry de Bryas, né en 1968.
              • Valérie Gabet, née en 1973.
                Mariée avec Fredrik Sontag.
              • Ariadne Gabet, née en 1978.
            • Patrick de Buxeuil de Roujoux, né en 1947.
              Marié avec Anne Bouchacourt, née en 1947, dont
              • Marie de Buxeuil de Roujoux, née en 1974.
                Mariée le 24 mai 2008, en l'église de Charnay-lès-Mâcon (Saône-et-Loire), avec Guillaume Malespine.
              • Guillaume de Buxeuil de Roujoux, né en 1977, x 1997.
                Marié avec Julie Langlais, née en mars 1978, x 1997, ingénieur des ponts, des eaux & des forêts, directeur de la stratégie du groupe Akerys.
              • Audoin de Buxeuil de Roujoux, né en 1980.
                Marié avec Lucy N.
              • Diane de Buxeuil de Roujoux, née en 1986.
                Mariée le 23 juin 2012 avec Mathieu Thierry.
      • Victor van de Woestyne, né le 27 mai 1816, Gand, décédé le 24 juillet 1843, Copenhague, inhumé, Vinderhaute (à l'âge de 27 ans).
  • François Amand Clemmen, chevalier (5 mai 1822), né le 6 février 1753, Gand, décédé le 24 mars 1824, Gand (à l'âge de 71 ans), bourgmestre de Merendree.
    Marié le 8 avril 1780, Gand, avec Colette Joséphine Tricot, née le 20 mars 1758 (sans postérité).
    Marié avec Anne Rosalie Dael, née le 17 fructidor an VIII (4 septembre 1800), Gand, décédée le 15 août 1867, Merendree, Flandre-Orientale (à l'âge de 66 ans) (sans postérité).
  • Anne Barbe Clemmen, née le 28 septembre 1754, Gand (Belgique), décédée le 4 mars 1821, Gand (Belgique), inhumée, Peteghem (à l'âge de 66 ans).
    Mariée le 23 février 1779, Gand (Belgique), avec Pierre Marie Régis Durot, né le 14 mai 1751, Lille (Nord), décédé le 10 avril 1830 (à l'âge de 78 ans), dont
    • Jeanne Reine Durot, née le 27 juillet 1785, Lille (Nord), décédée le 15 juin 1851, Paris (à l'âge de 65 ans).
      Mariée le 1er juin 1808 avec Bernard François Benoît Hamelinck, né le 31 janvier 1783, décédé le 17 mai 1865 (à l'âge de 82 ans), dont
      • Guillaume Hamelinck, né le 21 mars 1809, Gand (Belgique), décédé le 22 janvier 1890, Gand (Belgique) (à l'âge de 80 ans), commis aux écritures à l'université de Gand.
        Marié le 28 juillet 1851, Gand (Belgique), avec Fannie Josèphe Van Laer, née le 12 mai 1811, Gand (Belgique), décédée le 23 août 1888, Mariakerke, Ostende (Belgique) (à l'âge de 77 ans), dont
        • Isidore Hamelinck, né en 1835, Gand (Belgique).
          Marié avec Aimable Adèle Reclus, née en 1838, Paris, dont
          • Fanny Hamelinck, née en 1861.
          • Caroline Hamelinck, née en 1862.
          • Marie Hamelinck, née en 1864.
        • François Joseph Hamelinck, né le 28 mai 1837, Gand (Belgique), décédé en 1837, Gand (Belgique).
        • François Bernard Victor Hamelinck, né le 5 février 1839, décédé le 17 février 1849 (à l'âge de 10 ans).
        • Maria Hamelinck, née le 13 août 1842, Gand (Belgique), décédée en 1917 (à l'âge de 75 ans).
          Mariée le 29 janvier 1867, Gand (Belgique), avec Auguste Louis Verbrugghen, né le 21 février 1829, Sint-Lievens-Houtem, Flandre-Occidentale (Belgique), décédé le 23 octobre 1901, Sint-Lievens-Houtem, Flandre-Occidentale (Belgique) (à l'âge de 72 ans), notaire, bourgmestre de Sint-Lievens-Houtem (1857-1901), sénateur.
        • Virginie Hamelinck, née en 1846, Gand (Belgique), décédée en 1919, Fleurines, Oise (à l'âge de 73 ans).
          Mariée avec Henri Edmond Courtier, né en 1846, Boursonne, Oise, dont
          • André Maurice Courtier, né en 1868, Saint-Christophe-en-Halatte, Fleurines, Oise, décédé en 1932, Dieulefit, Drôme (à l'âge de 64 ans).
            Marié avec Mary Vergouin-Kindt, décédée en 1932, Loches, Indre-et-Loire, dont
            • Jacqueline Courtier, née le 21 mars 1911, Pontpoint, Oise, décédée le 22 décembre 1972, Paris (à l'âge de 61 ans).
              Mariée en 1935, Paris, avec Jean-François Hippolyte Dussart-Laigle, né en 1913, décédé en 1943 (à l'âge de 30 ans), dont
              • Marie-Christine Dussart-Laigle.
                Mariée avec Jean-Marie Barthélemy.
              • Claire Hélène Dussart-Laigle.
              • Marie-France Dussart-Laigle, née le 15 juillet 1940, Les Sables-d'Olonne, Vendée, décédée le 14 avril 2014, Grasse, Alpes-Maritimes, inhumée, Versailles, Yvelines (à l'âge de 73 ans).
                Mariée avec François Delamare.
              • Françoise Dussart-Laigle, née le 27 octobre 1944.
                Mariée avec Alain Tavernier.
      • Chantal Hamelinck, née le 14 août 1812, Gentbrugge, Flandre-Oirentale (Belgique), décédée le 5 juillet 1886, Gentbrugge, Flandre-Orientale (Belgique) (à l'âge de 73 ans).
        Mariée le 9 septembre 1829, Gand (Belgique), avec Jean Albert de Keyser, écuyer , né le 22 frimaire an VII (12 décembre 1798), Gand (Belgique), décédé le 21 novembre 1892, Gentbrugge, Flandre-Orientale (Belgique) (à l'âge de 93 ans), avocat à Gand, dont
        • Anaïs de Keyser, née le 14 juillet 1830, Gand (Belgique), décédée le 17 avril 1903, Destelbergen, Belgique (à l'âge de 72 ans).
          Mariée le 14 janvier 1859, Gand, Belgique, avec Alfred Le Bas de Courmont, né le 28 septembre 1824, Paris, décédé le 13 juin 1860, Destelbergen, Belgique (à l'âge de 35 ans), dont
          • Berthe Marie Henriette Le Bas de Courmont, née le 10 décembre 1859, décédée en 1860 (à l'âge de un an).
        • Colette de Keyser, née le 15 janvier 1835, Gand (Belgique), décédée le 3 juin 1901, Gentbrugge, Belgique (à l'âge de 66 ans).
          Mariée le 28 avril 1855 avec Edmond van Hoobrouck de ten Hulle, né le 16 décembre 1830, Gand (Belgique), dont
          • Raoul van Hoobrouck de ten Hulle, née le 26 mars 1856, Gand (Belgique), décédée le 12 mars 1908, inhumée (à l'âge de 51 ans).
            Mariée le 16 avril 1895, Gand, avec Blanche de Séjournet de Rameignies.
        • Oscar de Keyser, écuyer , né le 12 mai 1836, Gentbrugge, Belgique, décédé le 18 septembre 1868, Gentbrugge, Belgique (à l'âge de 32 ans).
          Marié le 15 juillet 1865, Oostacker, Belgique, avec Hélène Coget, née le 14 décembre 1841, Anvers, Belgique, décédée le 24 mars 1867, Nice (Alpes-Maritimes) (à l'âge de 25 ans), dont
          • Madeleine de Keyser, née le 15 avril 1866, Gand, Belgique, décédée le 26 octobre 1936, Gand, Belgique (à l'âge de 70 ans).
            Mariée le 5 août 1890, Destelbergen, Belgique, avec Ferdinand Fallon, né le 17 avril 1861, Gand, Belgique, décédé le 5 août 1926, Destelbergen, Belgique (à l'âge de 65 ans), dont
            • Christiane Fallon, née le 1er novembre 1891, Gand, Belgique, décédée le 12 novembre 1970, Dilbeek, Belgique (à l'âge de 79 ans).
            • Hélène Fallon, née le 30 novembre 1892, Gand, Belgique, décédée le 27 février 1898, Gand, Belgique (à l'âge de 5 ans).
            • Marie-Anne Fallon, née le 15 juillet 1894, Tronchiennes, Belgique, décédée le 17 septembre 1970, Destelbergen, Belgique (à l'âge de 76 ans).
              Mariée le 20 août 1921, Destelbergen, Belgique, avec Jacques Wahis, né le 30 novembre 1895, Schaerbeek, Bruxelles, décédé le 17 février 1956, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 60 ans), dont
              • Théophile Wahis, né le 10 juillet 1922, Wilrijk.
                Marié le 4 février 1948, Poppel, Belgique, avec Yolande de Peñaranda de Franchimont, née le 30 août 1924, Blankenberghe, Belgique, divorcés.
                Marié le 29 janvier 1969, Bruxelles, avec Thérèse Borboux, née le 2 mars 1914, Verviers (Belgique), décédée le 9 septembre 2005, Uccle (Belgique) (à l'âge de 91 ans).
              • Monique Wahis, née le 28 février 1925, Destelbergen, Belgique, décédée le 28 mars 1992, Gand, Belgique (à l'âge de 67 ans).
                Mariée le 5 juin 1950, Destelbergen, Belgique, avec Alfred Fallon Kund, né le 19 septembre 1913, Beez, Belgique, décédé le 18 septembre 2001, Destelbergen, Belgique (à l'âge de 87 ans) (père adoptif: Gustave Kund ).
              • Nicole Wahis, née le 25 avril 1926, Destelbergen, province de Flandre-Orientale (Belgique).
                Mariée le 17 septembre 1945, Destelbergen, province de Flandre-Orientale (Belgique), avec Paul Cooreman, né le 23 mars 1916, Gand, Belgique, décédé le 6 mars 1989, Marbella (Espagne) (à l'âge de 72 ans) (3 enfants).
            • Joseph Fallon, né le 4 décembre 1896, Gand, Belgique, décédé le 16 février 1977, Etterbeek, Bruxelles (à l'âge de 80 ans).
              Marié le 23 octobre 1924, Uccle, Bruxelles, avec Thérèse Carton de Wiart, née le 27 juin 1906, Bruxelles, décédée le 21 décembre 1992, Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles (à l'âge de 86 ans), dont
              • Marie-Noëlle Fallon, née le 6 avril 1927, Beez, Belgique, décédée le 21 janvier 2007, Uccle, Bruxelles (à l'âge de 79 ans).
                Mariée le 20 décembre 1950, Etterbeek, Bruxelles, avec Guy van Wassenhove, né le 19 février 1924, Etterbeek, Bruxelles, décédé le 10 août 1968, Louvain, Belgique (à l'âge de 44 ans).
              • Anne Fallon, né le 5 septembre 1928, Beez, décédé le 18 décembre 2010, Etterbeek, Bruxelles, inhumé le 22 décembre 2010, Scheldewinkele, Belgique (à l'âge de 82 ans).
              • Hubert Fallon, né le 19 septembre 1930, Namur, Belgique, décédé le 20 juillet 1958, Breukelen, Pays-Bas (à l'âge de 27 ans).
              • Marie-Thérèse Fallon, née le 24 juin 1932, Uccle, Bruxelles.
                Mariée le 14 novembre 1956, Etterbeek, Bruxelles, avec Etienne van Wassenhove, né le 1er novembre 1912, Bruxelles, décédé le 13 mars 2005, Uccle, Bruxelles (à l'âge de 92 ans), colonel de cavalerie blindée.
              • Magdeleine Fallon, née le 15 mai 1935, Etterbeek, Bruxelles.
              • Etienne Fallon, né le 28 octobre 1941, Etterbeek, Bruxelles (Belgique).
                Marié le 23 août 1968, Woluwe-Saint-Lambert, Bruxelles (Belgique), avec Christine Davignon, née le 5 novembre 1948, Louvain (Belgique).
        • Edgard de Keyser, écuyer , né le 26 décembre 1841, Gand (Belgique), décédé le 18 février 1917, Destelbergen, Belgique (à l'âge de 75 ans).
          Marié le 23 mars 1871, Gand, Belgique, avec Maria de Burbure de Wesembeek, née le 23 décembre 1845, Gand (Belgique), décédée le 4 juillet 1929, Destelbergen (Belgique) (à l'âge de 83 ans), dont
          • Fernand de Keyser, écuyer , né le 24 février 1872, Gand (Belgique), décédé le 9 juin 1914, Destelbergen, Belgique (à l'âge de 42 ans).
            Marié le 6 août 1895, Seeverghem, Belgique, avec Marie de Pelichy, née le 19 mai 1869, Seeverghem, Belgique, décédée le 4 juin 1950, Gand (Belgique) (à l'âge de 81 ans) (5 enfants), dont
            • Jean de Keyser, écuyer , né le 17 avril 1897, Gand (Belgique), décédé le 5 février 1925, Waimes, province de Liège (Belgique) (à l'âge de 27 ans).
              Marié le 20 septembre 1920, Puy-Guillaume (Puy-de-Dôme), avec Anne Marie Chirac, née le 12 août 1900, Puy-Guillaume (Puy-de-Dôme), décédée le 28 septembre 1967, Vichy (Allier) (à l'âge de 67 ans), dont
              • Andrée de Keyser, née le 29 septembre 1921, Gand (Belgique) (père adoptif: Christophe André Dumas ).
                Mariée le 24 juillet 1946, Vichy (Allier), avec Louis Guibal La Conquié, né le 1er octobre 1920, Montpellier (Hérault), décédé le 4 septembre 2009, Moulins (Allier), inhumé le 8 septembre 2009, caveau familial de Neuilly-le-Réal (Allier) (à l'âge de 88 ans), avocat bâtonnier du Barreau de Montpellier.
              • Ghislaine de Keyser, née le 13 janvier 1924, Liège, Belgique (père adoptif: Christophe André Dumas ).
                Mariée avec Charles Gérard, né en 1922, décédé le 12 juin 2013 (à l'âge de 91 ans).
          • Jeanne de Keyser, née le 30 juillet 1873, Destelberghen, Belgique, décédée le 6 août 1963, Gentbrugge, Belgique (à l'âge de 90 ans).
            Mariée le 15 septembre 1898, Destelberghen, Belgique, avec Joseph Morel de Westgaver, né le 25 octobre 1868, Gand (Belgique), décédé le 20 janvier 1934, Gentbrugge, Belgique (à l'âge de 65 ans), dont
            • Pierre Morel de Westgaver, né le 2 octobre 1899, Courtrai, Belgique, décédé le 15 novembre 1944, Gand (Belgique) (à l'âge de 45 ans).
              Marié le 27 novembre 1923, Gand, Belgique, avec Ghislaine Delebecque, née le 5 mars 1901, Gand (Belgique), décédée le 4 juin 1978, Sint-Denijs-Westrem, Belgique (à l'âge de 77 ans), dont
              • Yolande Morel de Westgaver, née le 15 octobre 1924, Destelberghen, Belgique, décédée le 28 septembre 1971, Gand (Belgique) (à l'âge de 46 ans).
              • Agnès Morel de Westgaver, née le 15 septembre 1925, Gand (Belgique), décédée le 12 mars 1929, Gand (Belgique) (à l'âge de 3 ans).
              • Edith Morel de Westgaver, née le 16 octobre 1926, Gand, Belgique, décédée le 24 février 2005, Temploux, Belgique (à l'âge de 78 ans).
                Mariée le 23 avril 1960, Desteldonk, Belgique, avec Pierre Boisset, né le 6 mars 1920, Paris XVIIe, décédé le 27 février 1990, Temploux, Belgique (à l'âge de 69 ans).
              • Denyse Morel de Westgaver, née le 23 septembre 1927, Desteldonk, Belgique.
                Mariée le 27 avril 1955, Rabat, Maroc, avec Léon de Turck, né le 2 août 1923, Bruxelles (Belgique), décédé le 5 mars 2011, Blankenberghe, Belgique, inhumé le 18 mars 2011, Laeken, Bruxelles (à l'âge de 87 ans).
              • Marie-Madeleine Morel de Westgaver, née le 27 novembre 1928, Gand, Belgique.
                Mariée le 26 avril 1958, Desteldonk, Belgique, avec Ludovic Forgeur, né le 2 janvier 1933, Bruges, Belgique.
              • Joseph Morel de Westgaver, né le 2 novembre 1931, Gentbrugge, Belgique, décédé le 10 septembre 2008, Grez-Doiceau, Belgique (à l'âge de 76 ans).
                Marié le 4 avril 1956, Destelbergen, Belgique, avec Bénédicte Cardon de Lichtbuer, née le 17 mai 1934, Destelbergen, Belgique.
              • Jean Morel de Westgaver, né le 29 novembre 1932, Gentbrugge, Belgique, décédé le 17 janvier 1943, Gand, Belgique (à l'âge de 10 ans).
              • Xavier Morel de Westgaver, né le 7 mars 1934, Gentbrugge, Belgique, géomètre.
                Marié le 26 mars 1965, Autrêches (Oise), avec Odette Parent, née le 7 janvier 1937, Perpignan (Pyrénées-Orientales).
              • Yves Morel de Westgaver, né le 7 mars 1934, Gentbrugge, Belgique.
                Marié le 27 juin 1959, Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles, avec Martine Lechat, née le 30 novembre 1938, Uccle, Bruxelles.
              • Andrée Morel de Westgaver, née le 25 juillet 1935, Gentbrugge, Belgique.
                Mariée le 22 avril 1960, Desteldonk, Belgique, avec André de Buck van Overstraeten, né le 12 février 1935, Gand, Belgique.
              • Françoise Morel de Westgaver, née le 13 septembre 1936, Gand, Belgique, décédée le 23 juillet 2009, Zomergem, Belgique, inhumée le 3 août 2009, Zomergem, Belgique (à l'âge de 72 ans).
                Mariée le 16 décembre 1982, Zomergem, Belgique, avec Michel Fontaine, né le 6 mai 1940, Ixelles, Bruxelles.
              • Nicole Morel de Westgaver, née le 15 juin 1940, Bouée (Loire-Atlantique), décédée le 15 janvier 1941, Gand, Belgique (à l'âge de 7 mois).
            • Roger Morel de Westgaver, né le 31 mars 1901, Courtrai, Belgique, décédé le 14 mars 1945, Borsbeek, Belgique (à l'âge de 43 ans).
              Marié le 18 janvier 1945, Gand, Belgique, avec Yvonna De Bruycker, née le 14 décembre 1908, Gentbrugghe, Belgique, décédée le 7 janvier 1981, Gand, Belgique (à l'âge de 72 ans).
            • Gérald Morel de Westgaver, né le 30 décembre 1902, Gand, Belgique, décédé le 5 mai 2002, Gand, Belgique (à l'âge de 99 ans), président émérite à la Cour d'appel de Gand, président du Conseil de guerre de Gand, membre du Conseil héraldique.
              Marié le 4 juillet 1934, Gentbrugge, Belgique, avec Chantal Cardon de Lichtbuer, née le 23 août 1912, Gentbrugge, Belgique, décédée le 10 octobre 1995, Gand, Belgique (à l'âge de 83 ans), dont
              • Jacques Morel de Westgaver, né le 29 septembre 1935, Bevere, Belgique.
                Marié le 21 août 1965, Saint-Amand, Belgique, avec Bernadette Dumont de Chassart, née le 6 octobre 1943, Saint-Amand, Belgique.
              • Colette Morel de Westgaver, née le 28 septembre 1936, Bevere (Audenarde), Belgique.
                Mariée le 21 avril 1962, Gentbrugge, Belgique, avec Bruno de Brouwer, né le 20 septembre 1935, Bruges, Belgique, décédé le 4 février 1982, Ténériffe, Espagne (à l'âge de 46 ans).
                Mariée le 6 juin 1992, Nazareth, Belgique, avec Georges de Meulenaere, né le 13 décembre 1932, Moorslede, Belgique.
              • Durot-meulenaere
                Blason Meulenaere 
              • Benoît Morel de Westgaver, né le 4 mai 1940, Bevere (Audenarde), Belgique.
                Marié le 18 mars 1972, Uccle, Bruxelles, avec Dominique André-Dumont, née le 29 juillet 1948, Wilrijk, Belgique (le 29 avril, Wilrijk).
              • Emmanuel Morel de Westgaver, né le 23 août 1943, Bevere (Audenarde), Belgique.
                Marié le 14 février 1970, Gentbrugge, Belgique, avec Kathleen Wilmart, née le 16 décembre 1944, Seny, Belgique (le 30 mars, Forest, Bruxelles).
            • Marie-Louise Morel de Westgaver, née le 24 mai 1906, Gand, Belgique, décédée le 27 février 1989, Rhode-Saint-Genèse, Belgique (à l'âge de 82 ans).
              Mariée le 19 août 1929, Destelbergen, Belgique, avec Paul de Halleux, né le 22 avril 1905, Ostende, Belgique, décédé le 17 avril 1958, Gand, Belgique (à l'âge de 52 ans), dont
              • Thierry de Halleux, né le 21 mai 1930, Bruges, Belgique.
                Marié le 10 avril 1959, Sint-Denijs-Westrem, Belgique, avec Régine Lamarche, née le 22 octobre 1935, Sint-Denijs-Westrem, Belgique.
              • Ignace de Halleux, né le 31 août 1931, Gentbrugge, Belgique.
                Marié le 29 janvier 1959, Gand, Belgique, avec Myriam Ortegat, née le 28 janvier 1932, Gand, Belgique.
              • Anne de Halleux, née le 12 mars 1933, Bruges, Belgique.
                Mariée le 29 avril 1961, Bruges, Belgique, avec Jacques Legrand, né le 25 février 1930, Louvain, Belgique, décédé le 21 décembre 1983, Gosselies, Belgique (à l'âge de 53 ans).
                Mariée le 3 octobre 1987, Montigny-le-Tilleul (Belgique), avec Christian Gilbert-Davy de Boisroger, né le 8 juin 1928, Paris.
              • André de Halleux, né le 24 janvier 1935, Bruges.
                Marié le 28 septembre 1961, Rhode-Saint-Genèse, Belgique, avec Chantal Rolin, née le 5 octobre 1940, Rhode-Saint-Genèse, Belgique.
              • Régine de Halleux, née le 21 mars 1938, Bruges, Belgique, décédée le 21 janvier 1988, Amiens (Somme) (à l'âge de 49 ans).
                Mariée le 9 avril 1960, Bruges, Belgique, avec Dominique Levoir, né le 13 avril 1933, Domqueur (Somme).
              • Ivan de Halleux, né le 15 janvier 1942, Bruges, Belgique, décédé le 24 janvier 2003, Uccle, Bruxelles (Belgique) (à l'âge de 61 ans), facteur de clavecins.
                Marié le 13 septembre 1969, Watermael-Boitsfort, Bruxelles, avec Liliane Raes, née le 3 janvier 1943, Gand (Belgique), divorcés.
                Marié le 28 juin 1985, Uccle, Bruxelles, avec Marie Catherine Verkindere, née le 22 mars 1948, Uccle, Bruxelles (Belgique), divorcés.
              • Claire de Halleux, née le 12 mars 1952, Bruges, Belgique.
                Mariée le 2 juin 1973, Bruges, Belgique, avec Serge Le Grelle, né le 3 novembre 1945, Wiesme, Belgique.
            • Françoise Morel de Westgaver, née le 5 octobre 1907, Destelberghen, Belgique, décédée le 21 mai 1986, Gand, Belgique (à l'âge de 78 ans).
              Mariée le 2 août 1927, Destelberghen, Belgique, avec Xavier de Burbure de Wesembeek, né le 16 juillet 1904, Fayt-lez-Manage, Belgique, décédé le 18 décembre 1978, Merelbeke, Belgique (à l'âge de 74 ans), dont
              • Maritza de Burbure de Wesembeek, née le 6 janvier 1929, Gand (Belgique).
                Mariée le 12 juillet 1950, Gand, avec Jean-Pierre Ancion, né le 2 octobre 1924, Liège, Belgique, décédé le 9 mai 1984, Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles (à l'âge de 59 ans), agronome.
              • Henri de Burbure de Wesembeek, né le 1er décembre 1931, Zwijnaerde.
                Marié le 2 juillet 1954, Courtrai, Belgique, avec Rose-Anne Nys, née le 3 mai 1931, Courtrai, Belgique.
              • Michel de Burbure de Wesembeek, né le 25 janvier 1933, Gentbrugge, décédé le 30 mars 1933, Gabd (à l'âge de 2 mois).
              • Chantal de Burbure de Wesembeek, née le 24 mars 1934, Zwijnaarde, Gand, Flandre-Orientale (Belgique).
                Mariée le 25 septembre 1956, Gand, Flandre-Orientale (Belgique), avec Pierre Stas de Richelle, chevalier , né le 27 octobre 1930, Ledeberg, Flandre-Orientale, décédé le 30 octobre 2015, Gand, inhumé le 5 novembre 2015, Bottelare, Flandre-Orientale (à l'âge de 85 ans).
              • Michèle de Burbure de Wesembeek, née le 29 janvier 1937, Zwijnaarde, Flandre-Orientale.
                Mariée le 20 février 1960, Gand, avec Thomas Louis van Rijckevorsel, écuyer (2 février 1977), né le 21 juin 1928, Charleroi, Hainaut, décédé le 24 janvier 2015, Bruxelles (à l'âge de 86 ans), industriel.
      • Marie Octavie Hamelinck.
        Mariée le 19 avril 1831 avec Louis Emile Joseph Lauwick, né le 11 juin 1809, dont
        • Maria Lauwick, née le 29 mai 1833, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédée le 25 avril 1914, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 80 ans).
          Mariée le 14 juillet 1855, Gentbrugge, Belgique, avec Octave Groverman, né le 15 janvier 1831, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédé le 4 juillet 1897, Gentbrugge, Belgique (à l'âge de 66 ans) (5 enfants), dont
          • Adrien Groverman, né le 10 août 1859, Gand, Belgique, décédé le 26 septembre 1919, Gand, Belgique (à l'âge de 60 ans).
            Marié le 17 juillet 1886, Gand, Belgique, avec Marie Maertens de Noordhout, née le 14 septembre 1867, Gand, Belgique, décédée le 8 mai 1947, Evergem, Belgique (à l'âge de 79 ans), dont
            • Jacques Groverman, né le 5 août 1888, Evergem, Belgique, décédé le 9 mars 1917, La Haye, Pays-Bas (à l'âge de 28 ans).
              Marié le 31 août 1909, Wondelgem, Belgique, avec Yvonne de Hemptinne, née le 22 février 1888, Gand, Belgique, décédée le 14 juin 1974, Erps-Kwerps, Belgique (à l'âge de 86 ans), dont
              • Marthe Groverman, née le 24 septembre 1910, Evergem, décédée le 26 août 2001, Kortenberg, Belgique (à l'âge de 90 ans).
                Mariée le 3 novembre 1932, Evergem, Belgique, avec Gaëtan Christyn de Ribaucourt, né le 3 mai 1910, Bruxelles (Belgique), décédé le 9 avril 1991, Woluwe-Saint-Lambert, Bruxelles (à l'âge de 80 ans).
              • Emmanuel Groverman, né le 23 juillet 1912, Evergem, Belgique, décédé le 25 décembre 1990, Buenos Aires, Argentine (à l'âge de 78 ans).
                Marié le 17 octobre 1933, Gand, Belgique, avec Martine Stas de Richelle, née le 12 janvier 1911, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédée le 24 janvier 1998, San Carlos de Barilroche, Argentine (à l'âge de 87 ans).
          • Robert Groverman, né le 2 décembre 1860, Gand (Belgique), décédé le 13 mai 1951, Bruges (Belgique) (à l'âge de 90 ans).
            Marié le 14 novembre 1882, Gentbrugge, Flandre-Orientale (Belgique), avec Marie de la Kethulle de Ryhove, née le 4 juillet 1860, Gand (Belgique), décédée le 1er juillet 1914, Gentbrugge, Flandre-Orientale (Belgique) (à l'âge de 53 ans), dont
            • Roger Groverman, né le 16 août 1883, Gentbrugge, Belgique, décédé le 18 octobre 1971, Gentbrugge, Belgique (à l'âge de 88 ans).
              Marié le 21 août 1909, Oostkamp (Belgique), avec Louise Rapaert de Grass, née le 7 juin 1887, Loppem (Belgique), décédée le 31 mai 1919, Gentbrugge (Belgique) (à l'âge de 31 ans), dont
              • Wilhelmine Groverman, née le 14 décembre 1912, Gentbrugge, Flandre-Orientale, décédée le 5 août 2007, Zomergem, Flandre-Orientale (à l'âge de 94 ans).
                Mariée le 11 avril 1934, Vinderhoute, Flandre-Orientale, avec Louis, baron Dons de Lovendeghem, né le 26 décembre 1904, Lovendegem, Flandre-Orientale, décédé le 18 juin 1950, Lovendegem, Flandre-Orientale (à l'âge de 45 ans).

Marié le 22 octobre 1920, Dilbeek, Belgique, avec Maria de T'Serclaes, née le 29 octobre 1886, Anvers, Belgique, décédée le 19 mai 1965, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 78 ans).

          • Eva Groverman, née le 13 octobre 1868, Gand (Belgique), décédée le 6 janvier 1926, Pietra-Ligure (Italie) (à l'âge de 57 ans).
            Mariée le 1er août 1891, Gand (Belgique), avec Ferdinand de Maleingreau d'Hembise, né le 27 juin 1855, Sainte-Croix, Bruges (Belgique), décédé le 3 octobre 1923, Sainte-Croix, Bruges (Belgique) (à l'âge de 68 ans) (5 enfants), dont
            • Marthe de Maleingreau d'Hembise, née le 30 avril 1897, Sainte-Croix, Bruges (Belgique), décédée le 22 février 1986, Ixelles (Bruxelles) (à l'âge de 88 ans).
              Mariée le 28 avril 1925, Sainte-Croix, Bruges (Belgique), avec Jacques, chevalier van de Walle, né le 2 avril 1896, Bruges (Belgique), décédé le 14 août 1970, Ixelles (Bruxelles) (à l'âge de 74 ans), dont
              • Colette van de Walle, née le 13 mai 1926, Sainte-Croix, Bruges.
                Mariée le 27 décembre 1948, Albertville, Kalemie (Congo), avec Paul Pieraerts, né le 28 décembre 1916, Anvers, Belgique, décédé le 7 février 2002, La Hulpe, Belgique (à l'âge de 85 ans).
              • Francine van de Walle, née le 17 août 1927, Sainte-Croix-lez-Bruges, Flandre-Occidentale (Belgique), décédée le 28 décembre 2012, Saint-Jean-Saint-Germain (Indre-et-Loire), inhumée le 2 janvier 2013, Saint-Jean-Saint-Germain (Indre-et-Loire) (à l'âge de 85 ans) (filleul: François Rougnon 1960-).
                Mariée le 26 juillet 1952, Kalehe, Sud-Kivu (R.D. Congo), avec François de Crevoisier d'Hurbache, né le 24 novembre 1928, Paris 16e, agriculteur et industriel au Zaïre, puis industriel en Afrique noire et en France, consul de France et de Belgique au Zaïre (filleule: Odile de Crevoisier d'Hurbache 1960-).
              • Brigitte van de Walle, née le 21 mars 1929, Bruges (Belgique), décédée le 3 mai 1992, Uccle (à l'âge de 63 ans).
                Mariée le 3 août 1961, Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), avec Paul Lapierre, né le 15 août 1925, Antibes (Alpes-Maritimes), général, juge aux armées (filleul: Jean Rougnon 1963-2004), divorcés.
              • Marc, chevalier van de Walle, né le 27 avril 1930, Bruges.
                Marié le 4 mai 1955, Groot-Gelmen, Limbourg (Belgique), avec Monique de Borman, née le 16 juin 1930, Gotem, Limbourg (Belgique).
              • Eric van de Walle, né le 17 juin 1931, Bruges, décédé le 25 juillet 2014, Ottignies, Brabant wallon, inhumé le 31 juillet 2014, Florée, Namur (à l'âge de 83 ans).
                Marié le 29 septembre 1958, Schoten, Anvers (Belgique), avec Nadine della Faille de Leverghem, née le 21 mars 1934, Schoten, Anvers (Belgique).
              • Luc van de Walle, né le 8 janvier 1933, Bruges, décédé le 9 novembre 2008, Bruges, inhumé le 15 novembre 2008, Zedelgem, après cérémonie religieuse en l'église Sint-Eligius (à l'âge de 75 ans).
                Marié le 10 octobre 1964, Loppem, avec Marie-Thérèse Joly, née le 7 novembre 1945, Moerkerke.
              • Anne van de Walle, née le 2 novembre 1934, Sainte-Croix, Bruges.
              • Rose-Marie van de Walle, née le 11 janvier 1936, Sainte-Croix, Bruges.
                Mariée le 1er août 1964, Ixelles, avec Jean-Christian Coppieters, né le 21 février 1941, Loppem (Belgique), assistant à l'Université de Louvain, chargé de recherche au Centre national de recherche scientifique, divorcés.
              • Bruno van de Walle, né le 7 septembre 1937, Sainte-Croix, Bruges, décédé le 25 décembre 1937, Bruges (à l'âge de 3 mois).
              • Philippe van de Walle, né le 17 octobre 1938, Sainte-Croix, Bruges.
                Marié le 7 juillet 1970, Bruges, Flandre Occidentale (Belgique), avec Patricia de Brouwer, née le 10 mai 1941, Bruges, Flandre Occidentale (Belgique).
            • Charles de Maleingreau d'Hembise, né le 4 novembre 1898, Sainte-Croix, Bruges, Belgique, décédé le 6 avril 1974, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 75 ans).
              Marié le 21 septembre 1942, Kampala, Uganda, avec Wivine van de Velde, née le 30 septembre 1918, Ixelles, Bruxelles, décédée le 17 septembre 1996, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 77 ans), divorcés, dont
              • Anne de Maleingreau d'Hembise, née le 13 juin 1943, Katana (Congo).
                Mariée le 30 octobre 1965, Uccle, Bruxelles, avec Georges Dupret, né le 9 avril 1940, Uccle, Bruxelles.
              • Marc de Maleingreau d'Hembise, né le 10 novembre 1944, Bukawu (Congo), décédé le 20 octobre 2003, Etterbeek, Bruxelles (à l'âge de 58 ans).
                Marié le 22 octobre 1969, Bruxelles (Belgique), avec Béatrice de Chestret de Haneffe, née le 7 juillet 1944, Rekem, Belgique, décédée le 3 septembre 2007, Uccle, Bruxelles (à l'âge de 63 ans).
              • Edith de Maleingreau d'Hembise, née le 11 novembre 1947, Etterbeek, Bruxelles.
                Mariée le 13 décembre 1975, Ixelles, avec André Neut, né le 14 août 1939, Leefdaal, Belgique.
              • Jean-Charles de Maleingreau d'Hembise, né le 29 mai 1951, Bukawu (Congo).
                Marié le 12 mars 1983, Uccle, Bruxelles, avec Christiane Vantieghem, née le 21 mai 1953, Goutroux, Belgique.

Marié le 21 septembre 1962, Ixelles, Bruxelles, avec Wivine van de Velde, née le 30 septembre 1918, Ixelles, Bruxelles, décédée le 17 septembre 1996, Ixelles, Bruxelles (à l'âge de 77 ans).

          • Prisca Groverman, née le 2 avril 1874, Gand, décédée le 17 octobre 1939, Ixelles (à l'âge de 65 ans).
            Mariée le 24 mai 1900, Gentbrugge, avec Albert de le Court, né le 7 mai 1873, Schaerbeek, décédé le 30 mai 1922, Ixelles (à l'âge de 49 ans), directeur au ministère de la justice, dont
            • Edith de le Court, née le 26 novembre 1901, Ixelles.
              Mariée le 11 décembre 1947, Uccle, avec Jacques de Meulenaer, né le 15 septembre 1910, Essene, décédé le 5 février 1978, Dormaal (à l'âge de 67 ans).
        • Ida Lauwick, née en 1836, décédée en 1878 (à l'âge de 42 ans).
          Mariée avec Octave de Meulenaere, né en 1840, décédé en 1905 (à l'âge de 65 ans), dont
          • Armand de Meulenaere, né le 14 juillet 1862, décédé le 9 octobre 1904 (à l'âge de 42 ans).
            Marié avec Elisabeth de Moerman d'Harlebeke, née le 22 août 1867, décédée le 15 février 1950 (à l'âge de 82 ans), dont
            • Mathilde de Meulenaere, née le 9 novembre 1889, décédée le 4 août 1967, Gand (Flandre-Orientale, Belgique) (à l'âge de 77 ans).
              Mariée le 27 janvier 1920 avec Marcel de Neve de Roden, né le 15 juillet 1886, décédé le 3 juillet 1941, en captivité (à l'âge de 54 ans), dont
              • Marie José de Neve de Roden, née le 27 novembre 1920, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédée.
                Mariée le 6 octobre 1944, Gand, avec Jacques van der Straeten, né le 20 avril 1920, Eyne, décédé.
              • Philippe de Neve de Roden, né le 12 septembre 1922, Gand, Belgique, décédé le 19 février 2008, Uccle, inhumé le 23 février 2008, Gentbrugge (à l'âge de 85 ans).
                Marié le 7 mai 1949, Malines, Belgique, avec Marie-Henriette Struye de Swielande, née le 7 juin 1927, Malines, décédée le 13 août 2010, Uccle (à l'âge de 83 ans).
              • Françoise de Neve de Roden, née le 28 mars 1925, Oostacker, Belgique.
                Mariée le 19 avril 1950, Gand, Belgique, avec Josse de Smet d'Olbecke, né le 6 février 1924, Gand, Belgique.
            • Juliette de Meulenaere, née le 15 avril 1903, Gentbrugge, Belgique, décédée le 27 août 1977, Nijlen, Belgique (à l'âge de 74 ans).
              Mariée le 11 avril 1928, Gand, Belgique, avec Charley Gilliot, né le 4 mai 1906, Anvers, Belgique, décédé le 25 mars 1987, Uccle, Bruxelles (à l'âge de 80 ans), dont
              • Monique Gilliot, née le 11 février 1929, Aartselaar, Anvers, décédée le 3 octobre 2015, La Hulpe, Brabant wallon (à l'âge de 86 ans).
                Mariée avec Etienne de Biolley, né le 17 septembre 1924, Rocourt, Liège, décédé le 11 avril 2006, Alsemberg, Brabant flamand (à l'âge de 81 ans).
              • Nicole Gilliot, née le 26 février 1930, Aartselaar, Anvers.
                Mariée le 22 avril 1954, Nijlen, Anvers, avec Jean Nobels, né le 27 mars 1927, Gand (Belgique).
              • André Gilliot, né le 25 avril 1931, Aartselaar, Anvers.
                Marié le 1er août 1958, Loppem, Flandre-Occidentale, avec Régine van Outryve d'Ydewalle, née le 14 août 1937, Loppem, Flandre-Occidentale.
              • Pierre Gilliot, né le 1er juin 1932, Aartselaar, Anvers.
                Marié le 25 avril 1956, Loppem, Flandre-Occidentale, avec Edith van Outryve d'Ydewalle, née le 28 avril 1933, Loppem, Flandre-Occidentale, décédée le 26 mars 2014, Nieuwkerken-Waas, Flandre-Orientale (à l'âge de 80 ans).
              • Laurette Gilliot, née le 7 octobre 1934, Aartselaar, Anvers.
                Mariée en 1957 avec Roger Derriks, né le 1er août 1931, Kuringen, Limbourg (Belgique), décédé le 1er février 2015, Tongres, Limbourg (Belgique), inhumé, Jesseren, Limbourg (Belgique) (à l'âge de 83 ans), administrateur de sociétés, fondateur de Derriks Sport.
              • Michel Gilliot.
              • Colette Gilliot, née le 26 août 1939, Nijlen, Anvers (Belgique).
                Mariée le 12 octobre 1961, Nijlen, Anvers (Belgique), avec Joseph Mesmaekers, né le 12 juillet 1936, Turnhout, Anvers (Belgique) (3 enfants).
              • Yves Gilliot.
            • Alice de Meulenaere, née le 15 avril 1903, Gentbrugge, décédée le 7 mai 1972, Sint-Joris-ten-Distel (à l'âge de 69 ans).
              Mariée avec Jean de Lanier, né le 8 septembre 1889, Gand, décédé le 13 avril 1977, Sint-Jooris-ten-Distel (à l'âge de 87 ans), dont
              • Jacqueline de Lanier, née le 6 octobre 1928, Gand (Belgique), décédée le 22 octobre 2015, Beernem-Sint-Joris, Flandre-Occidentale (à l'âge de 87 ans).
                Mariée le 15 avril 1952, Beernem, Sint-Joris, Flandre-Occidentale, avec Philippe van Pottelsberghe de la Potterie, né le 3 août 1928, Lovendegem (7 enfants).
              • Marie-Thérèse de Lanier, née le 4 janvier 1931, Gand.
                Mariée le 17 septembre 1955, Sint-Joris-ten-Distel, avec Thierry van Pottelsberghe de la Potterie, né le 11 mai 1931, Merendree, Belgique, décédé le 31 octobre 2009, Waregem, Belgique (à l'âge de 78 ans).
              • Francine de Lanier, née le 25 juin 1932, Gand, Belgique.
                Mariée le 9 avril 1955, Saint-Georges-ten-Distel, Belgique, avec Thierry Coppieters 't Wallant, né le 14 mai 1927, Saint-Michel-lèz-Bruges, Belgique (rel. le 16 avril).
          • Clara de Meulenaere, née le 25 novembre 1863, Gand (Flandre-Orientale, Belgique), décédée le 1er février 1919, Gand (Flandre-Orientale, Belgique) (à l'âge de 55 ans).
            Mariée le 10 septembre 1889, Gentbrugge, avec Léon, baron de Pelichy, né le 13 février 1863, Gand, Flandre-Orientale (Belgique), décédé le 1er mars 1936, Gentbrugge, Flandre-Orientale (à l'âge de 73 ans), dont
            • Yvonne de Pelichy, née le 29 juin 1890, Gentbrugge, Belgique, décédée le 19 décembre 1980, De Pinte, Belgique (à l'âge de 90 ans), bourgmestre.
              Mariée le 3 février 1914, Gentbrugge, Belgique, avec Raoul de Hemptinne, né le 29 mai 1884, Gand, Belgique, décédé le 1er mars 1945, camp de Flossenbürg, Allemagne (à l'âge de 60 ans), dont
              • Suzanne de Hemptinne, née le 26 novembre 1914, Gentbrugge, Belgique, décédée le 10 avril 1993, Bruxelles (à l'âge de 78 ans).
                Mariée le 30 juin 1937, Zevergem, Belgique, avec André de Schietere de Lophem, né le 28 février 1908, Sainte-Croix, Bruges, Belgique, décédé le 8 novembre 1998, Etterbeek, Bruxelles (à l'âge de 90 ans).
              • Ferdinand de Hemptinne, né le 11 janvier 1916, Gentbrugge, Belgique, décédé le 1er juillet 1976, Gand, Belgique (à l'âge de 60 ans).
                Marié le 27 mai 1946, Gand, Belgique, avec Marie-Louise Casier, née le 14 novembre 1919, Gand, Belgique, décédée le 22 novembre 2013, Uccle, inhumée le 27 novembre 2013, Zevergem, Flandre-Orientale (à l'âge de 94 ans).
              • Roger de Hemptinne, né le 1er janvier 1917, Getbrugge, Belgique, décédé le 11 janvier 1970, Gand, Belgique (à l'âge de 53 ans).
              • Thierry de Hemptinne, né le 14 août 1918, Gentbrugge, Belgique, décédé le 14 février 1999, Gand, Belgique (à l'âge de 80 ans).
                Marié le 20 juillet 1945, Neerrepen, Belgique, avec Caroline de Pierpont, née le 26 avril 1920, Rivière, Belgique, décédée le 29 juin 2000, Gand, Belgique (à l'âge de 80 ans).
              • Claire de Hemptinne, née le 2 novembre 1919, Gentbrugge, Flandre-Orientale, décédée le 3 novembre 2013, Genval, Brabant wallon (à l'âge de 94 ans).
                Mariée le 14 juin 1939, Zevergem, Belgique, avec Adolphe, baron Mols (17 août 1971), né le 24 juin 1912, Gand, Belgique, décédé le 20 juin 2006, Rhode-Saint-Genèse, Belgique (à l'âge de 93 ans), ingénieur.
              • Georges de Hemptinne, né le 13 juin 1927, Zevergem (Belgique), décédé le 15 janvier 2011, Jette, incinéré le 20 janvier 2011, crematorium de Bruxelles, à Uccle (à l'âge de 83 ans).
            • François, baron de Pelichy, né le 3 septembre 1891, Termonde, Flandre-Orientale (Belgique), décédé le 17 novembre 1962, Gand, Flandre-Orientale (Belgique) (à l'âge de 71 ans), administrateur territorial au Congo belge.
              Marié le 7 octobre 1924, Gand (Belgique), avec Christiane d'Hoop, née le 27 juillet 1892, Gand, Flandre-Orientale (Belgique), décédée le 14 septembre 1972, Gand, Flandre-Orientale (Belgique) (à l'âge de 80 ans), dont
              • Juliette de Pelichy, née le 5 juin 1921, Itula (Congo).
              • Lily de Pelichy, née le 5 juin 1921, Itula (Congo) (fils adoptif: Serge de Cocquéau des Mottes 1958-).
                Mariée le 21 juin 1950, Gentbrugges, avec Jean de Cocquéau des Mottes, né le 2 mai 1909, Herchies (fils adoptif: Serge de Cocquéau des Mottes 1958-) (1 fils, adopté).
              • Jacques de Pelichy, né le 6 août 1925, Kindu (Congo), décédé le 7 avril 1926, Shabunda (Congo) (à l'âge de 8 mois).
  • Pierre François Clemmen, chevalier (5 mai 1822), né le 16 septembre 1757, Gand, décédé le 24 janvier 1841, Gand (à l'âge de 83 ans).

Total: 377 personnes (conjoints non compris).

 

Dauphin-couronne-Manufactures-Royale-Lille

Retour